Éthiopie: méga défaite US/OTAN (Zoom Afrique)

PressTV Français 19 views
Les rebelles opérant dans l’État éthiopien du Tigré ont été contraints d’abandonner la ville de Sheraro, qui a été reprise par les forces gouvernementales.

Actualité en Afrique :

Le ministre des Affaires étrangères souligne la détermination de l'Iran à parvenir à un accord solide et durable

La Côte d’Ivoire inaugure le Terminal Industriel Polyvalent de San Pedro

Mali : Goïta invite à l'union sacrée pour une Nation et une armée refondée

Le Soudan du Sud abandonne le Kenya et se tourne vers Djibouti pour ses importations de produits pétroliers

 

Analyses de la rédaction :

En France, un étudiant étranger sur deux est africain 

Toujours désireux de faire passer tous les étrangers en France pour des profiteurs, des mendiants et des bons à rien, les oligarques français ne parlent effectivement jamais de la majorité des étrangers qui travaillent et étudient en France.  

Selon une statistique publiée, la moitié des étudiants étrangers en France sont africains. Une statistique qui peut être tendancieuse, car la France a de plus en plus de mal à attirer des étudiants africains sur son territoire.  

Selon Campus France, le nombre d'étudiants étrangers inscrits en France aurait augmenté de 8 % en 2021-22. Ils seraient désormais 400 000 étudiants étrangers à s'asseoir sur les bancs des facultés et écoles françaises. "Il s'agit de la plus forte croissance enregistrée depuis plus de 15 ans", précise l'organisme public, dont l'objectif est de promouvoir le système d'enseignement supérieur et de formation professionnelle français à l'étranger. 

Le Maroc et l'Algérie sont les deux pays qui comptent le plus d'étudiants de l'enseignement supérieur et d'apprentis en France, avec respectivement 46 000 et 31 000. Les Tunisiens, Sénégalais, Ivoiriens et Camerounais sont également bien placés. 

La zone Afrique du Nord/Moyen-Orient est "la première zone en termes de nombre d'étudiants accueillis", selon l'agence publique, qui souligne une "augmentation particulièrement importante en provenance du Moyen-Orient". 

Alors que les étudiants africains représentent la moitié des étudiants étrangers en France, l'Afrique subsaharienne fait moins bien : cette région "a enregistré une hausse de 5%, inférieure à la moyenne de 8%", reconnaît Campus France. 

La situation des étudiants africains venant d'Ukraine n'y est sans doute pas étrangère : Les étudiants africains vivant en Ukraine ont été exclus du plan d'urgence mis en place par Paris. Pierre Henry, président de France Fraternités, a publié en mars dernier un article affirmant que "trier les réfugiés d'Ukraine entraînerait des accusations de traitement discriminatoire". Les étudiants subsahariens n'ont pas vraiment apprécié d'être exclus de la protection temporaire. Ils n'ont obtenu qu'un visa d'un mois. 

De plus, pendant la crise sanitaire, les étudiants africains venus en France pour poursuivre leurs études ont dû faire face à de grandes difficultés financières, doublées de la crainte d'une expulsion du territoire. Négligés par les universités, les étudiants africains hésitent désormais à poursuivre leurs études en France. 

Au-delà de la guerre en Ukraine et de Covid-19, la France attire en réalité de moins en moins d'étudiants africains. D'abord, à cause de la concurrence étrangère et du recul des écoles françaises dans les classements internationaux. Les étudiants d'Afrique francophone commencent à délaisser la France pour de nouvelles destinations, comme le Canada, les États-Unis ou le Royaume-Uni. 

Sur l'ensemble des bacheliers de l'AEFE ayant choisi la France, 56,2% proviennent d'un lycée du continent africain, cependant ce chiffre est en baisse ces dernières années. La France peut encore compter sur plusieurs attraits, comme sa langue ou ses liens historiques avec certains pays africains. Mais le nombre d'étudiants africains en France est en baisse depuis une quinzaine d'années.

Un manque d'attractivité combiné à des difficultés d'obtention de visas, mais aussi à une politique discriminatoire exagérée envers les étudiants venant de l'étranger. La propagande médiatique concernant les étrangers en France est exagérée. Outre les études et le coût de la vie, les Africains et les Moyen-Orientaux doivent également faire face à des discriminations dans leur vie quotidienne. Cela n'encourage pas vraiment les étudiants à venir en France. Par conséquent, la recherche française est en crise et il devient de plus en plus difficile pour la France de recruter des talents. 

 

Éthiopie: les rebelles reculent ! 

Les rebelles opérant dans l'État éthiopien du Tigré ont été contraints d'abandonner la ville de Sheraro, qui a été reprise par les troupes gouvernementales. C'est ce qu'ont rapporté les médias britanniques mercredi, citant le général Tadesse Werede, le commandant des forces rebelles du Tigré. 

"La ville de Sheraro, dans le nord-ouest du Tigré, a été reprise par des unités conjointes éthiopiennes et érythréennes", a-t-il déclaré. Sheraro est située à 50 km de la frontière avec l'Érythrée. Tadesse Werede a également déclaré que les unités éthiopiennes avaient également repris le contrôle de la ville d'Adi Arcai dans l'État voisin d'Amhara, qui est aux mains des rebelles tigréens depuis plus d'un an. 

"Le gouvernement éthiopien a l'intention de reprendre les villes d'Aksum, Addigrat, Shire, ainsi que la capitale du Tigré, Mekele", a déclaré le général. "Nous sommes confrontés à l'attaque la plus importante et la plus coordonnée des forces éthiopiennes, dont le but ultime est de désarmer les rebelles du Tigré." 

Les autorités fédérales éthiopiennes ont dénoncé les violations répétées de la trêve humanitaire et du cessez-le-feu par le groupe rebelle terroriste. Des combats ont éclaté dans le sud du Tigré et dans le nord de l'État d'Amhara, en Éthiopie voisine. Le 1er septembre, les chefs rebelles du TPLF ont accusé les autorités éthiopiennes et érythréennes voisines de lancer une offensive contre leurs positions dans le nord-ouest du Tigré. 

Les rebelles du Tigré ont déclaré dimanche qu'ils étaient prêts à entamer des pourparlers de paix avec les autorités fédérales éthiopiennes sous les auspices de l'Union africaine. Les rebelles ont également déclaré qu'ils avaient accepté une cessation immédiate et simultanée des hostilités dans le nord de l'Éthiopie afin de créer les conditions nécessaires au début des pourparlers. 

En novembre 2020, les rebelles ont pris la région du Tigré en attaquant les bases des forces de l'État fédéral dans la région. Ils ont ensuite avancé dans le sud du pays pour tenter d'assiéger la capitale éthiopienne Addis-Abeba, mais les forces gouvernementales ont pu stopper leur progression. 

Centrafrique: le président Touadéra installe le comité de rédaction d’une nouvelle Constitution

Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a installé ce mercredi après-midi le comité de rédaction d’une nouvelle Constitution pour le pays.

Quels sont les points importants de cette Constitution ? Réponse avec Luc Michel, géopoliticien.

Add Comments