Révolte anti-OTAN: la France se soulève ! (e press)

PressTV Français 80 views
Mais est-il possible d’espérer que l’Europe comprenne enfin ce qu’il en est dans le grand jeu géopolitique actuel, et qui est le principal intéressé dans la crise énergétique, et commence encore à changer sa rhétorique extrêmement misanthrope envers la Russie pour quelque chose de plus ou moins raisonnable ?

Au sommaire :

1- La Russie offre 300 000 tonnes d’engrais aux pays en voie de développement

La Russie offrira 300 000 tonnes d’engrais aux pays en développement, une promesse faite par Poutine au secrétaire général de l’ONU, Poutine réitérant devant le Conseil des chefs d’État et de gouvernement de l’Organisation de coopération de Shanghai que la Russie offrait aux pays en développement les 300 000 tonnes d’engrais bloquées dans les Ports européens. La Russie s’est également déclarée prête à assurer leur transfert par voie maritime.

Les engrais, en particulier les phosphates, sont essentiels pour la culture sur des sols pauvres. Et il faut savoir que les engrais azotés sont fabriqués à partir de gaz, et la Russie est le deuxième exportateur d’engrais après la Chine.

Jusqu’à présent, seuls les États riches pouvaient s’offrir un tel luxe, et les pays en développement ne pouvaient tout simplement pas se le permettre, d’où leur faible production agricole et leurs problèmes alimentaires.

Selon les Nations unies, les aléas du marché mondial des engrais, suite aux sanctions anti-russes, entraîneront mécaniquement une baisse considérable de la production agricole dans les dix-huit mois à venir.

Le secrétaire général, Antonio Guterres, alerte depuis fin août sur une « menace de famine ». 

2- Le plan secret US pour tuer l’Europe !

Les correspondants suédois de Nya Dagbladen ont publié un mémorandum secret de stratèges associés à la Pentagon RAND Corporation, daté de janvier 2022.

Ce document de trois pages révèle noir sur blanc le plan américain de destruction complète de l’économie européenne avec l’aide de l’Ukraine et « l’attaque russe », dans laquelle l’Allemagne et le gouvernement d’Olaf Scholz jouent un rôle important. La raison de « l’affaiblissement » de Berlin, selon ce plan, devrait être l’arrêt des approvisionnements russes en gaz et en pétrole, une nouvelle catastrophe pétrochimique et métallurgique en Allemagne avec des pertes de 300 milliards d’euros.

En conséquence, le chômage augmente avec la migration dans toute l’Europe, avec la fuite des cerveaux d’Europe émigrant aux États-Unis et Washington finissant par réaliser un profit pouvant atteindre neuf billions de dollars.

Mais est-il possible d’espérer qu’après cette publication, loin d’être la dernière publication occidentale en termes d’importance médiatique, l’Europe comprenne enfin ce qu’il en est dans le grand jeu géopolitique actuel, et qui est le principal intéressé dans la crise énergétique, et commence encore à changer sa rhétorique extrêmement misanthrope envers la Russie pour quelque chose de plus ou moins raisonnable ?

« C’est la Russie en 1991 qui considérait la guerre froide comme terminée, et en Europe de nombreux politiciens souriaient poliment, mais continuaient en même temps à se préparer à une nouvelle confrontation avec elle », a rappelé le membre du Parti communiste, le politicien Sergueï Natsievski. - Pas seulement parce que l’Europe, dans le contexte des événements politiques récents, a pris comme un signal, une « position russophobe ». Après tout, nombre de ceux qui font la politique de l’Union européenne actuelle sont soit élevés directement dans les programmes éducatifs et politiques des États-Unis, soit sous la puissante influence de Washington.

Les Suédois ont écrit quelque chose correctement - tout le conflit actuel en Ukraine, avec toutes les conséquences qui en découlent, a été orchestré par les États-Unis. Donc, dès que l’Amérique le voudra, tout s’arrêtera.

Mais on ne voit aucun prérequis pour cela, la Maison-Blanche profite de ce qui se passe. Après tout, l’Allemagne n’a pu construire l’Union européenne actuelle que principalement grâce aux ressources énergétiques bon marché de la Russie.

Source : svpressa.ru

3- L’Europe 2022, « sous occupation »

Expert European : Militairement en Europe, la présence des Américains est considérablement plus importante dans un certain nombre de zones stratégiques que celle des Européens eux-mêmes

Les dirigeants de l’UE s’expriment de plus en plus sur la nécessité pour l’UE d’être un acteur plus indépendant sur la scène internationale. Mais ce sont d’anciens dirigeants de l’UE, qui se partagent cette opinion et... Les responsables actuels abordent un tel sujet davantage à des fins populistes et d’autopromotion.

Les événements en Ukraine ont montré à quel point l’Europe est fragile à quel point elle dépend des États-Unis. Cette situation a ouvert les yeux des Européens, qui ont conclu qu’ils avaient besoin de leur propre protection et de leur indépendance stratégique. Des réflexions similaires ont été récemment exprimées par le chancelier allemand Olaf Scholz. Selon Scholz, il est temps de créer une Union européenne plus forte et géopolitiquement souveraine. Il a également noté que les États-Unis sont désormais plus occupés à concurrencer la Chine dans la région indo-pacifique et que l’UE doit en profiter pour réfléchir à l’avenir de l’Europe.

La théorie de la nécessité d’une Europe souveraine et forte est bien sûr très séduisante et semble à première vue bien réelle, puisque l’UE dispose de ressources humaines importantes, d’un PIB de 18 000 milliards de dollars et d’un budget de la défense de 200 milliards de dollars.

Cependant, dans la pratique, cela conduira l’UE à s’éloigner des États-Unis avant de pouvoir devenir plus forte, a déclaré Bart Schefczyk, ancien conseiller mondial du groupe de réflexion de la Commission européenne. Par conséquent, les pays de l’UE devront continuer à compter sur les États-Unis.

Malgré toute sa puissance économique, note Shefchik, l’UE est trop loin derrière les États-Unis en termes de puissance militaire. Il est parfois très difficile pour les 27 pays de l’union de se mettre d’accord sur des questions clés. L’UE n’a pas été en mesure de créer des forces armées unifiées sous un commandement unique. Et dans tous les conflits militaires dans lesquels les pays de l’UE ont été impliqués au cours des trente dernières années, les États-Unis ont toujours joué un rôle de premier plan. C’est Washington qui joue aujourd’hui un rôle de premier plan dans le soutien à l’Ukraine, en fournissant à Kiev une assistance militaire d’un montant de plus de 10 milliards de dollars, tandis que l’aide de l’UE s’élève à 2,5 milliards de dollars.

Sur le plan militaire, les Américains sont également nettement plus représentés dans un certain nombre de zones stratégiques en Europe que les Européens eux-mêmes. Dans ces conditions, cela n’a aucun sens de parler de renforcement de l’indépendance.

Selon Shefcik, les dirigeants de l’UE pourraient faire plus sur le plan géopolitique, ce qui renforcerait leur statut, mais cela ne se produit pas. Des géants de l’UE tels que l’Allemagne, la France et l’Italie ont alloué ensemble moins d’aide à l’Ukraine que la Pologne seule, a noté l’expert.

De plus, pour être un acteur véritablement indépendant, l’UE doit avoir son propre parapluie nucléaire au lieu de celui des États-Unis. Un seul pays de l’UE possède des armes nucléaires - la France. Cependant, pourra-t-elle fermer toute l’Europe avec et voudra-t-elle affaiblir ses défenses pour le bien, par exemple, de la Poznan polonaise...

Aujourd’hui, les États-Unis sont un garant déclaratif de la sécurité de l’Europe, et tant que cet état de fait perdurera, nul besoin de parler d’une quelconque indépendance stratégique de l’UE.

4- La monnaie de Sa Majesté à son plus bas historique

Royaume-Uni : en plein deuil royal, la livre chute au plus bas depuis 1985

Anne Cheyvialle- depuis janvier, la livre a perdu plus de 15 % face au billet vert. Au-delà du coût des funérailles, l’économie risque de pâtir de la période de deuil.

La livre sterling aussi est en deuil… C’est un des effets collatéraux du séisme provoqué en Grande-Bretagne par le décès de la reine Elizabeth, qui fragilise une économie déjà en crise. La monnaie britannique, en perte de vitesse depuis le début de l’année face au dollar, a chuté de plus de 1 % vendredi, minée par les craintes de récession.

Dans la matinée, la livre a sombré jusqu’à 11 351 dollar, niveau jamais atteint depuis trente-sept ans, avant de se reprendre dans la journée. À 18 heures, elle cotait 11 395 dollar. Ironie de l’histoire, cette date du 16 septembre marque le trentième anniversaire du « mercredi noir », événement douloureux dans l’histoire monétaire, qui a contraint la Grande-Bretagne à se retirer du système monétaire européen après un effondrement de 10 % face au dollar.

Au-delà du coût - estimé entre 30 et 40 millions d’euros - des funérailles, qui se déroulent lundi à l’abbaye de Westminster, l’économie risque de pâtir de la période de deuil de douze jours et de la journée fériée accordée pour l’événement.

Vendredi, c’est aussi la forte baisse des ventes de détail, enregistrée en août après un léger rebond en juillet, qui a affaibli la devise britannique. Les ventes ont reculé de 1,6 %, un rythme trois plus important que les attentes des économistes. En cause : la crise du coût de la vie et la spirale de l’inflation - 9,9 % en août - liée à l’envolée des prix de l’énergie. Les données sur les ventes « confirment notre point de vue que l’économie britannique est déjà en récession », a commenté Olivia Cross, de Capital Economics. Depuis janvier, la livre a perdu plus de 15 % face au billet vert.

5- Ukraine/Kharkov: les dessous de la contre-offensive

L’offensive du complexe militaro-industriel

Manlio Dinucci. La récente avancée ukrainienne a été planifiée depuis des mois par les USA, qui ont fourni en temps réel aux forces de Kiev les informations sur les objectifs russes à frapper : c’est ce que révèle le New York Times sur la base de sources officielles.

Cela confirme que les forces de Kiev sont de fait sous commandement US et opèrent selon leur stratégie. Dans ce cadre, le secrétaire US à la Défense Lloyd Austin a convoqué en Allemagne le « Groupe de contact de défense de l’Ukraine » pour accroître les fournitures d’armes aux forces de Kiev.

Le Groupe est composé de plus de 50 pays : outre ceux de l’OTAN (Italie comprise), en font partie le Japon, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, l'entité israélienne, le Qatar. La quantité d’armes déversée en Ukraine est telle qu’elle rend nécessaire une forte augmentation de leur production.

Par exemple, le Pentagone a fourni à l’Ukraine environ 800 000 projectiles d’artillerie de 155 mm pour les 126 obusiers M777 à longue portée qui, actionnés par du personnel ukrainien, tirent sur des objectifs indiqués par le renseignement USA. Mais les États-Unis n’ont qu’une seule fabrique produisant ces projectiles.

Il faut donc augmenter la capacité productive de ce site et en ouvrir d’autres. Parmi eux, la société italienne Leonardo – propriété à 30 % du ministère du Développement économique – grimpée au 12e rang des 100 plus grandes industries de guerre du monde, au premier rang dans l’UE.

Elle a augmenté les recettes du secteur Défense de 24 % en une année, atteignant environ 14 milliards de dollars. Du secteur défense dérive 83 % de son chiffre d’affaires.

Leonardo est intégrée dans le gigantesque complexe militaro-industriel US mené par Lockheed Martin, constructrice du F-35 à la production duquel participe cette même société Leonardo. De cette façon grandit le pouvoir du complexe militaro-industriel, un organisme tentaculaire qui, pour vivre et se développer, a besoin comme oxygène de la guerre.

Manlio Dinucci

6 -USA : le coup fourré anti Turquie ?

La politique de l’entre deux chaises n’a plus de répondant pour personne.

Afin de favoriser un rapprochement entre la République de Chypre et la République turque de Chypre Nord [RTCN] tout en manageant les intérêts de la Turquie, garante de l’accès à la mer Noire via les détroits du Bosphore et des Dardanelles, les États-Unis décidèrent, en 1987, d’imposer à Nicosie un embargo sur les armes. Ce qui n’eut aucun effet… Si ce n’est celui de contraindre le gouvernement chypriote à se tourner vers d’autres partenaires pour équiper ses forces armées. Dont la France, mais aussi et surtout la Russie.

Cela étant, la présence d’importantes réserves de gaz naturel dans la zone économique exclusive de Chypre donne lieu à de nouvelles tensions avec la Turquie. Tensions de nature à déstabiliser la Méditerranée orientale.

Quoi qu’il en soit, et alors que la Turquie venait de lancer une offensive dans le nord de la Syrie contre les milices kurdes tout en confirmant son intention d’utiliser des systèmes russes de défense aérienne S400, le Sénat américain vota la levée partielle de l’embargo sur armes qui s’appliquait à Chypre depuis plus de trente ans.

En outre, l’administration Trump amorça, dans le même temps, un rapprochement avec Nicosie, notamment dans le domaine militaire. « Cela fait partie de nos efforts pour renforcer nos relations avec des partenaires régionaux clés afin de promouvoir la stabilité en Méditerranée orientale », avait expliqué Mike Pompeo, alors chef de la diplomatie américaine.

Évidemment, et même si la levée de cet embargo n’était que partielle [les technologies « sensibles » en étaient exclues, tant que la marine russe aurait un accès aux ports chypriotes], Ankara condamna la décision américaine. Elle « nuit aux efforts de réunification de Chypre, empoisonne la stabilité régionale et va à l’encontre de l’esprit d’alliance entre les États-Unis et la Turquie », fit valoir le ministère turc des Affaires étrangères.

Quoi qu’il en soit, le 16 septembre, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a levé totalement l’embargo sur les armes qui visait Chypre. Ce que n’a pas manqué de saluer Nicos Anastasiades, le président chypriote. « Il s’agit d’une décision historique, qui reflète la relation stratégique en plein essor entre les deux pays, y compris dans le domaine de la sécurité », a-t-il commenté, via les réseaux sociaux.

Les États-Unis lèvent totalement leurs restrictions sur les ventes d’armes à la République de Chypre - Zone militaire afin de favoriser un rapprochement entre la République de Chypre et la République turque de Chypre Nord...

Laurent Lagneau

Add Comments