Un radar iranien qui scanne l'Europe! (e press)

PressTV Français 53 views
L'armée de l'air de la République islamique d'Iran exploitera bientôt son premier radar indigène de type over-the-horizon (OTH) appelé "Sepehr" d'une portée de 3 000 kilomètres, a déclaré un haut commandant militaire du pays.

Au sommaire :

1- Un radar iranien qui scanne l'Europe

L'armée de l'air de la République islamique d'Iran exploitera bientôt son premier radar indigène de type over-the-horizon (OTH) appelé "Sepehr" d'une portée de 3 000 kilomètres, a déclaré un haut commandant militaire du pays.

« Nous faisons maintenant partie des dix premières puissances mondiales… dans certains domaines. Nous allons bientôt déployer un radar trans -horizon fait maison », a déclaré lundi le commandant adjoint des forces aériennes iraniennes, le général de brigade Alireza Elhami, à la radio de Téhéran,

Et d’ajouter : « Peu de pays dans le monde disposent de ce type de radar et moins de cinq Etats disposent du savoir-faire technique indispensable pour le produire localement. »

Le radar iranien "Sepehr" sera opérationnel dans un futur proche. Le général de brigade Alireza Elhami a rappelé que ce nouveau système radar fabriqué de A à Z en Iran a une portée effective de 3 000 kilomètres permettant à la Force de défense aérienne iranienne de mener des opérations sans précédent dans son rayonnement.

Le système radar ultramoderne de l'Iran peut donc surveiller toutes sortes d'avions, allant des avions de ligne commerciaux aux avions de chasse et de commandement et de contrôle militaires, en passant par les avions équipés de stations de relais radio et de drones, a déclaré le commandant.

"Le radar Sepehr peut détecter toutes les menaces aériennes et fournir ainsi les informations nécessaires à la prise de décision et aux contre-mesures", a confirmé le général iranien.

Le commandant en chef de l'armée de l'air iranienne a ajouté que le système de missile sol-air à longue portée transportable "Bavar-373" entrera en service dans un avenir proche, soulignant que le système peut détecter des cibles ou des avions à plus de 300 kilomètres.

Les experts iraniens s'efforcent d'augmenter la portée du système de missile sol-air tactique "Sayyad" à 120 kilomètres.

Ces dernières années, les experts et techniciens militaires iraniens ont fait des progrès substantiels dans la fabrication d'un large éventail d'équipements indigènes, rendant les forces armées autosuffisantes en matière d'armements.

Les responsables iraniens ont averti à plusieurs reprises que le pays n'hésiterait pas à renforcer ses capacités militaires, y compris sa puissance balistique, toutes destinées à la défense, soulignant que les capacités de défense de la République islamique d'Iran ne feront jamais l'objet de négociations.

Le Leader de la Révolution islamique, l'honorable Ayatollah Ali Khamenei a appelé à plusieurs reprises à des efforts pour maintenir les capacités de défense de l'Iran à un niveau élevé, afin de riposter le jour venu contre des ennemis cherchant à faire dérailler le programme balistique iranien.

Source : PressTV

2- Référendum russe : le oui l'emporte

Référendums d'adhésion à la Russie : le oui l'emporte à Kherson, Zaporojié, Lougansk et Donetsk

Les Républiques de Donetsk et Lougansk, reconnues par Moscou, ainsi que les zones sous contrôle russe des régions de Kherson et Zaporojié, en enfin organisé un référendum sur leur adhésion à la Russie.

Hier, mardi 27 septembre marque le dernier jour du vote dans les Républiques populaires de Donetsk et Lougansk ainsi que dans les régions sous contrôle russe de Zaporojié et Kherson. Alors que les quotas de participation sont atteints ou en passe de l'être dans toutes les régions, les résultats devraient être considérés comme valides par les autorités locales.

Selon l'agence de presse Tass, plus de 100 observateurs internationaux ont assisté au vote, issus d'une quarantaine de pays dont la France, l'Allemagne, la Syrie, le Venezuela ou encore le Cameroun.

Les chancelleries occidentales ont néanmoins dénoncé la tenue de ces référendums, spécifiant qu'ils n'en reconnaîtraient pas les résultats. Selon la presse russe, le président Vladimir Poutine devrait s'exprimer dans les prochains jours devant le Parlement.

Les Occidentaux ont tous qualifié les scrutins d’illégitimes.

Quoi qu’il en soit ; Denis Pouchiline, dirigeant de la République populaire de Donetsk, a réagi aux résultats lors d'une conférence de presse, affirmant : « Le référendum a eu lieu.

Le chemin a été long pour en arriver là – et voilà, le résultat est colossal.

Dire qu’on ne s’attendait pas à un tel résultat serait mentir. Personnellement, je croyais et je crois toujours en le Donbass. Je crois en nos gens. Nous voulions cela depuis très longtemps.

On en rêvait en 2014, et ensuite, on écrivait l’histoire, c’est ainsi. Ce sont en ce moment des jours historiques, on se réunifie avec notre grande patrie, avec la grande Russie. Maintenant, on peut pousser un soupir de soulagement, prendre du repos pendant une demi-journée, et recommencer à créer, à construire, à reconstruire.

Mais désormais, on ne le fera pas tous seuls : nos frères et nos amis sont avec nous. »

« Nous agirons pour protéger notre peuple: à la fois dans la région de Kherson, dans celle de Zaporojié, dans le Donbass, et aussi dans les zones actuellement occupées de la région de Kharkiv et en Crimée », a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un message enregistré au Conseil de sécurité de l'ONU.

« La reconnaissance par la Russie des pseudo-référendums comme normaux, la mise en œuvre du même scénario qu'en Crimée et une énième tentative d'annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n'avons pas à discuter avec l'actuel président russe », a encore ajouté le dirigeant ukrainien.

Mardi 27 septembre La commission électorale de la République populaire de Donetsk a validé le référendum d'adhésion à la Fédération de Russie, annonçant que le oui l'avait emporté à 99,23%, pour un taux de participation de 97,51%.

A 22h17 heure locale : « Les référendums ont été déclarés terminés. Les résultats sont clairs. Bienvenue chez vous en Russie ! », a commenté Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, sur son canal Telegram.

20h57 : La Commission électorale a officiellement annoncé que la région de Kherson a voté en faveur de l'adhésion à la Fédération de Russie à 87,05%.

La République populaire de Lougansk a quant à elle voté positivement à 98,42%, toujours selon les résultats officiels validés par la Commission électorale.  Dans la région de Zaporojié, le score rapporté officiellement s'élève à 93,11%.

« Nous avons beaucoup attendu ce moment. Nous avons passé par beaucoup de choses. Je suis moi-même habitante d'une zone près du front. C'était la douleur, les larmes, la peur tous les jours. Pour nous, pour tous les habitants de la République [de Donetsk] c'est une énorme fête. En premier lieu, j'attends la paix, que Donetsk revienne enfin à sa vie heureuse d'avant, c'est une énorme ville avec une gloire minière », a témoigné une électrice au micro de RT France à la sortie d'un bureau de vote de Donetsk.

Lors d'une réunion gouvernementale, le président russe Vladimir Poutine a déclaré que « le sauvetage des populations sur tous ces territoires dans lesquels se tient ce référendum est [...] au centre de l'attention de notre société et de tout le pays ».

A 15h47, les commissions de dépouillement ont publié les premiers résultats provisoires des référendums sur l'adhésion à la Fédération de Russie des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, et des régions de Zaporojié et de Kherson, a rapporté l'agence RIA Novosti.

Dans la région de Zaporojié : 98,19% en faveur, après traitement de 18% des votes ;

Dans la RPD : 98,27% en faveur, après 20,64% des suffrages ;

Dans la LPR : 97,83% en faveur, après 21,11% des suffrages ;

Dans la région de Kherson : 97,63%, après 27% des suffrages.

L'UE considère que les référendums d'adhésion à la Russie sont « illégaux » et promet de sanctionner toutes les personnes qui ont participé à leur organisation.

Peter Stano, porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, a ainsi déclaré en conférence de presse à Bruxelles : « Il y aura des conséquences pour toutes les personnes qui ont pris part à l'organisation de ces référendums illégaux et qui les ont soutenus. »

Source : RT France

3- Les navires sino-russes se rapprochent des côtes US

Un groupe naval composé de navires de guerre russes et chinois s'est suffisamment rapproché des côtes américaines pour mener une "attaque au missile". Ils se trouvent à moins de 140 kilomètres des eaux territoriales américaines.

L'apparition de plusieurs navires de guerre dans cette zone hautement sensible a provoqué une grande panique aux États-Unis, car aujourd'hui Washington est loin d'être en bons termes ni avec Moscou ni avec Pékin, tandis que la Russie et la Chine forment un monolithe.

A une telle distance des côtes américaines, les navires russes et chinois sont facilement capables d'effectuer des frappes de précision à l'aide de missiles. Les garde-côtes américains rapportent qu'au total, il est question de sept navires de guerre - trois navires de la marine de l'APL et quatre navires de la marine russe.

En outre, il existe également un sous-marin non identifié, dont l'affiliation à un camp ou à un autre n'a pas encore été clarifiée.

Selon les garde-côtes américains, trois navires de la marine chinoise et quatre navires de guerre russes ont été repérés à 139 km au nord de l'île de Kiska dans les îles Aléoutiennes. Les navires de guerre, dont un croiseur lance-missiles chinois et un destroyer russe, naviguaient dans la même formation, mais après avoir été découverts par un navire de patrouille des garde-côtes américains, ils ont rompu la formation et suivi des cours différents. 

Bien que le mouvement des navires soit conforme aux règles et réglementations internationales, les États-Unis ont besoin d'assurances que les intérêts américains ne seront pas affectés dans la zone maritime autour de l'Alaska, a déclaré le commandant du 17e district de la Garde côtière américaine, le contre-amiral Nathan Moore, selon l'agence de presse turque Anadolu Agency.

Pour le moment, les circonstances de l'apparition des navires de guerre russes et des navires de la marine de l'APL au large des côtes des États-Unis restent inconnues. Cependant, la situation est clairement très effrayante pour Washington.

Source : Avia-pro

4- Le Pentagone sème la zizanie 

Les États-Unis visent à renforcer leurs liens militaires avec New Delhi, accusant Pékin de contester "l'ordre international fondé sur des règles"

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a organisé une réunion lundi au Pentagone avec le ministre indien des Affaires extérieures, Subrahmanyam Jaishankar, pour discuter des moyens d'approfondir leur coopération bilatérale en matière de défense. Les responsables "ont réaffirmé leur engagement à travailler ensemble en tant que partenaires inébranlables pour faire avancer la vision commune des États-Unis et de l'Inde pour un Indo-Pacifique libre, ouvert et inclusif", a déclaré le Pentagone.

Le principal défi à cette vision – du moins selon Washington – est la Chine, qui a déclenché des conflits territoriaux avec diverses nations de la mer de Chine méridionale. Pékin s'est également engagé à se réunifier avec Taïwan, qu'il considère comme une province séparatiste. La Chine et les États-Unis se sont de plus en plus affrontés au sujet de Taïwan ces derniers mois, en particulier après la visite de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi sur l'île autonome en août, une décision que Pékin considérait comme une atteinte à sa souveraineté. La Chine a répondu en coupant les liens militaires et climatiques avec Washington et en organisant des exercices militaires dans le détroit de Taiwan.

"La sécurité régionale est particulièrement importante en ce moment, en raison de la bellicosité croissante de la Chine, en particulier à l'égard de Taiwan", a déclaré Austin. "Ces derniers mois, nous avons vu la RPC intensifier ses efforts pour remettre en cause l'ordre international fondé sur des règles."

Austin a ajouté que les États-Unis et l'Inde sont confrontés à "des défis soutenus pour la paix, la sécurité et la prospérité dans le monde". Il a également critiqué Pékin pour avoir refusé de condamner et d'isoler la Russie à propos du conflit ukrainien.

Cependant, les États-Unis ont également été incapables de persuader New Delhi de cesser de faire des affaires avec la Russie. En fait, l'Inde a fortement augmenté ses importations de pétrole et de charbon en provenance de Russie cette année. Un responsable du département d'État américain a déclaré aux journalistes la semaine dernière que Washington était en pourparlers "profonds" avec des responsables indiens sur la dépendance du pays sud-asiatique à l'énergie et à l'armement russes.

Jaishankar a minimisé l'aspect ukrainien de la réunion de lundi en déclarant : "Je partage avec vous que la situation mondiale est devenue beaucoup plus difficile cette année [due à une variété de raisons, l'Indo-Pacifique en particulier. Il est important que la stabilité, la sécurité et la prospérité de l'Indo-Pacifique soient garanties. Cela se fait mieux, entre autres, par la coopération entre deux pays.

Austin a accueilli le ministre indien de la Défense Rajnath Singh au Pentagone en avril et s'est entretenu avec Singh par téléphone au début du mois. Alors que les deux parties ont déclaré que l'appel était "productif", Singh a déposé une plainte concernant un récent accord américain visant à prolonger la durée de vie des avions de combat F-16 du Pakistan.

Source : RT

5- Hongrie l’embargo anti russe soumis au vote

Le Premier ministre hongrois a fait part de son intention de recueillir l'avis de la population sur les sanctions actuelles et futures de l'UE visant la Russie, estimant qu'elles n'ont pas été décidées démocratiquement. Le Premier ministre Viktor Orban a annoncé le 26 septembre devant le Parlement qu'il allait organiser des « consultations nationales » afin de recueillir l’avis des Hongrois sur les sanctions imposées par l'UE à la Russie, rapporte le journal Magyar Nemzet.

Orban dénonce des choix occidentaux à l'origine de « dégâts immenses pour l’Europe ». « Les sanctions [contre la Russie] ont été introduites de manière antidémocratique », a affirmé le dirigeant, qui a fait part à de multiples reprises de son opposition à ces mesures. Mettant en avant les répercussions de ces mesures, il a fustigé « une décision des bureaucrates de Bruxelles, pour laquelle les peuples européens paient maintenant », et souligné la nécessité de mieux connaître l’opinion de la population à ce sujet.

« Pour la première fois en Europe, en Hongrie, nous allons demander l'avis du peuple concernant les sanctions », a déclaré Viktor Orban. Ladite consultation doit permettre de déterminer si le peuple hongrois soutient les mesures actuelles, et s'il est favorable à l'introduction de nouvelles sanctions envisagées par l’UE en réponse à l'organisation de référendums portant sur le rattachement à la Russie organisés dans Les Républiques de Donetsk et Lougansk, reconnues par Moscou, ainsi que les zones sous contrôle russe des régions de Kherson et Zaporojié.

L'AFP avait déjà évoqué la perspective d'une consultation nationale le 22 septembre, rappelant que la Hongrie avait déjà utilisé ce procédé pour recueillir l'avis de la population par le passé, au sujet de la politique migratoire par exemple. Le conflit ukrainien risque de se prolonger en raison de l'implication de l'Occident, avertit le dirigeant Plus globalement, Viktor Orban a jugé que les sanctions économiques imposées par l'Occident à la Russie ont conféré une dimension mondiale au conflit ukrainien, alors que celui-ci aurait pu conserver un caractère local et limité.

Le Premier ministre a estimé qu’il fallait se préparer à des hostilités de longue haleine, en ajoutant que « les Etats-Unis et l'UE aident l'Ukraine avec de l'argent, alors que les ressources de la Russie sont inépuisables », celle-ci tirant profit des prix élevés de l'énergie. Le dirigeant a enfin ajouté qu'il était catégoriquement opposé à la « poursuite » du conflit et a appelé à « des pourparlers de paix immédiats et à un cessez-le-feu » entre Moscou et Kiev. Le 26 septembre également, Budapest a fait part de sa ferme opposition à toute sanction de l'Union européenne qui toucherait à la coopération nucléaire avec Moscou, la qualifiant de « ligne rouge » à ne pas franchir. Si elle applique une partie des sanctions européennes, la Hongrie a négocié plusieurs exemptions et choisi de faire cavalier seul en matière énergétique, en négociant des livraisons de gaz supplémentaires avec le géant russe Gazprom début septembre.

Source : RT

Add Comments