L'armée iranienne à l'heure russe

PressTV Français 69 views
En visite à Moscou le ministre iranien de la Défense a commenté le non russe au Conseil de sécurité en faveur de l'Iran et de la fin de l'embargo souhaité par Washington sur la vente des armes à Téhéran. 

En visite à Moscou le ministre iranien de la Défense a commenté le non russe au Conseil de sécurité en faveur de l'Iran et de la fin de l'embargo souhaité par Washington sur la vente des armes à Téhéran. 

Le général Hatami a qualifié de « réaliste » cette réaction russe qu'a partagée la Chine en affirmant qu’il s’agissait d’un « sérieux revers » pour les États-Unis et leurs alliés régionaux.

« Le rejet du projet de résolution anti-iranienne déposée par Washington au Conseil de sécurité sur quoi neuf membres du CS dont les alliés US ont refusé de se prononcer, a prouvé l’opposition du monde à ces politiques hostiles ». Hatami s’est également penché sur la réaction négative des États parties prenantes au PGAC et sur les tentatives des États-Unis d’activer le mécanisme de déclenchement.

« Cette action des États parties prenantes à l'accord de 2015 a asséné un autre coup dur au maximalisme américain. »

Quel a été est le but de la visite du ministre iranien de la Défense en Russie dans un contexte d'extrême tension régionale?

Cette visite poursuit deux objectifs, selon le politologue Shoeib Hassan : il s'agit d'abord de coopérations durables dans le domaine militaire et en matière de technologie. Étant donné la fin de l'embargo sur les armes imposé à l'Iran sur la base de la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies, ces relations seront renforcées. Un message important de cette visite est que ni Téhéran ni Moscou ne sont prêts à renoncer à leurs positions face à la pression américaine et que les coopérations bilatérales se poursuivront. Mais avec cette visite, les Russes passent eux aussi un message aux États-Unis : on n’ira nullement dans votre sens sur la question de la prolongation de l'embargo sur les armes imposé à l'Iran. Comme cela a déjà été montré par un vote négatif au Conseil de sécurité. En d'autres termes, cette visite revêt une importance cruciale sur la scène internationale et elle est également porteuse de messages importants, notamment pour les États-Unis. ». 

Elie Hatem, juriste international et Fabrice Beaur, expert pour l'ONG EODE s'expriment sur le sujet.

Add Comments