Burkina: les relais de la CIA/DGSE (Zoom Afrique)

PressTV Français 87 views
Au Burkina Faso, l’armée a transmis un communiqué affirmant avoir découvert un obus et divers autres matériels, au domicile d’un individu à Tanwalbougou.

L’actualité en Afrique :

  • Afrique du Sud : un prêt de 225 millions $ pour le financement de projets climatiques 

  • La confiance des investisseurs revient au Sénégal au sortir de sa période de résilience au COVID-19

  • Au Cameroun, le gouvernement sensibilise les entreprises sur les questions de cybersécurité

 

Les analyses de la rédaction :

1-Mali / or : la Chine s’implante dans la région

Après l’acquisition de Mali Lithium acquis auprès d’AngloGold Ashanti et Barrick de 80% de participations sur la mine d’or malienne Morila, non seulement au moment où l’or jaune affole les compteurs, mais de plus dans un contexte particulièrement tendu de coup d’État au Mali, c’est au tour de la Chine de répondre à cette acquisition en s’associant avec Kodal Minerals, dont le siège social est au Royaume-Uni. La société chinoise du nom de Sinohydro  devrait être le partenaire de Kodal Minerals pour le développement de son projet de lithium Bougouni.

Au Mali, le projet de lithium Bougouni se rapproche davantage de l’entrée en production. Son propriétaire, la compagnie minière Kodal Minerals, a en effet conclu un protocole d’accord avec l’entrepreneur chinois Sinohydro pour certains travaux d’ingénierie et l’obtention d’un financement pour les travaux de construction.

Selon les termes de l’accord, Sinohydro dispose d’une période d’exclusivité de six mois pour examiner les besoins de financement du projet et aider la compagnie à obtenir les fonds nécessaires. Durant cette même période, le groupe chinois aura à apporter son expertise sur la meilleure façon de mener les travaux de construction. Sinohydro négociera également des accords de prélèvement de la future production avec des sociétés implantées en Chine. Ce qui fait que la Chine va apporter un certain poids dans le marché de l’exploitation de l’or au Sahel. Car, les multinationales occidentales se sont implantées dans ces pays surendettés par des organes de financement divers. Mais la Chine n’avait pas encore pu s’implanter dans cette région. Au vu de la réunion entre l’ambassadeur de Chine au Mali et les militaires arrivés au pouvoir, la situation semble s’être débloquée pour Pékin. On devrait sans aucun doute s'attendre à voir de plus en plus de sociétés chinoises faire leur apparition sur le territoire malien, mais la question à se poser c’est : quelle sera la réaction de l’ennemi chinois, à savoir les États-Unis ?

 

2-Burkina Faso : d’où provient le financement des terroristes

Au Burkina Faso, l’armée a transmis un communiqué affirmant avoir découvert un obus et divers autres matériels, au domicile d’un individu à Tanwalbougou.

« Les Forces armées nationales poursuivent les opérations de sécurisation du territoire national à travers les activités menées au sein des Groupements de Forces. Depuis le 27 Août 2020, des unités ont été déployées pour des opérations de ratissage suite au saccage d’installations de l’ONEA dans la localité de TITAO. Ce 24 Août 2020, c’est un obus et divers autres matériels qui ont été découverts au domicile d’un individu à TANWALBOUGOU suite à des informations recueillies. Ces matériels ont été récupérés et des investigations sont en cours.

Le 23 Août 2020, un engin explosif improvisé a été découvert par une unité du détachement mixte de TOENI au cours d’une mission d’escorte. L’engin a été neutralisé.

Les opérations sont en cours par l’armée burkinabé, mais par contre on peut de demander comment les terroristes arrivent à s’approvisionner en arme, et surtout d’où peuvent provenir les financements ?

Auparavant, Zoom Afrique avait publié un article sur l’implication et les accords passés par les ONG et les terroristes afin de pouvoir circuler librement sur les territoires sous contrôle terroriste. Dans un article paru sur RFI, l'Observatoire économique et social a mené une étude sur le mécanisme de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme au Burkina Faso. Selon le site, il en ressortirait que les terroristes bénéficient de plusieurs sources potentielles de financement.

Plusieurs sources alimenteraient le terrorisme au Burkina Faso. « Il s’agit premièrement de financements et dotations extérieurs, explique Bernabé Kambou, le coordonnateur de l’Observatoire économique et social, qui arrivent de certains États, de certaines organisations non gouvernementales. L’autofinancement est l’activité la plus importante aujourd’hui, notamment à travers l’exploitation des ressources naturelles comme l’or. » Vu la rapacité des multinationales occidentales et leur investissement dans la sécurité de leur emplacement (comme il a été question au Mali, avec l’acquisition de la mine d’or malienne Morila en plein milieu du coup d’État), il serait possible de croire qu’un accord serait aussi passé entre les multinationales et les groupes terroristes. Le site RFI continue en affirmant que certaines de ces attaques ont été réalisées grâce à des financements entrants dans le cadre du blanchiment de capitaux. Selon RFI, il y a un secteur des organisations à but non lucratif faiblement contrôlé. La tendance du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, dans le secteur des organisations à but non lucratif, est élevée. Le contrôle effectué lors de la création et au cours de leur activité est limité. Ce qui voudrait dire que l’association entre les ONG et les multinationales pourrait être en tête de liste. Il est question de près de 80 milliards de FCFA, à savoir près de 122 millions d’euros. Ce qui fait que l’armée burkinabé tente non seulement de se battre contre le terrorisme, mais doit aussi se battre contre les organes qui alimentent le terrorisme dans le pays des Hommes intègres. 

 

3-Cette intolérable arrogance française au Mali et au Liban 

Depuis l’explosion à Beyrouth et les événements du coup d’État au Mali, pas un jour ne se passe sans que la France ne s’ingère dans les affaires de ces deux pays.

Comment expliquer cette intolérable arrogance française au Mali et au Liban ?

Pour le décryptage de la situation nous avons demandé l’avis de Luc Michel géopoliticien, écoutons-le !

Add Comments