Biden; président de la Guerre?

PressTV Français 57 views
Antony Blinken, Jake Sullivan, John Kerry, autant de noms à retenir puisque désormais, sous Biden, ce sont ces vieux faucons qui vont tournoyer au-dessus de la Maison-Blanche.

Au sommaire :

1- Présidentielle 2021: le général Dehghan annonce sa candidature

L'ex-ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehghan a annoncé sa candidature pour la présidentielle 2021 qui se tiendra au mois de mai.

Se présentant comme un patriotique et révolutionnaire qui s'est toujours efforcé de faire avancer les intérêts et les objectifs de la Révolution islamique, M. Dehghan a également évoqué entre autres la prospérité de la société iranienne ainsi que le développement des infrastructures du pays.

Le conseiller du Leader de la RII a par ailleurs averti que toute attaque américaine contre la République islamique pourrait déclencher une «guerre à part entière» au Moyen-Orient dans les derniers jours de l'administration Trump.

Avec Tasnim et news-24.fr

 

2- Gilets jaunes et manifestants anti-Loi sécuritaire dans la rue ! 

En France, des manifestants et des Gilets jaunes ont donné rendez-vous ce mardi 24 novembre aux abords de l'Assemblée nationale pour protester contre la Loi Sécurité globale.

Quelques dizaines de manifestants, majoritairement composés de Gilets jaunes, se sont rassemblés devant l'Assemblée nationale le 24 novembre pour protester contre la proposition de loi Sécurité globale, dont le vote solennel vient d'avoir lieu à l'Assemblée nationale, comme l'a rapporté la journaliste de RT France, Katia Pecnik, indique la source avant d’ajouter : A proximité du palais Bourbon, les Gilets jaunes scandaient des slogans anti-gouvernementaux en musique dans une ambiance bon enfant. «Stop à la loi Sécurité globale», a-t-on pu lire sur l'une des pancartes brandies par un manifestant.

La sécurité a été renforcée aux abords de l'Assemblée nationale avec un important dispositif policier, comme l'a rapporté la correspondante de RT Charlotte Dubenskij.

Source: RT France 

 

3- Manifestation anti-US en Ukraine

Un rassemblement s’est organisé à Kiev contre l'ingérence américaine dans les affaires de l'Ukraine.

Le 24 novembre, près de l’ambassade américaine à Kiev, un rassemblement a été organisé contre l’ingérence américaine dans les affaires intérieures de l’Ukraine.

Le député Ilya Kiva a pris la parole lors de l’action: «Malheureusement, aujourd’hui, le gouvernement de notre pays est faible, fantoche, il jouera et exécutera toutes les instructions qu’il émettra de ce bâtiment (l’ambassade des États-Unis) de toutes les manières possibles. Mais nous n’accepterons jamais de vendre et de détruire l’avenir de nos enfants. Nous sommes venus pour montrer aux citoyens américains qu’ils ne sont que des invités», a déclaré Kiva.

Les manifestants ont brandi des affiches «Arrêtez de tuer les Slaves», «Les États-Unis réduisent le nombre de Slaves», «Vous n’êtes pas les maîtres ici», «L’Ukraine, ce n’est pas le cinquante et unième État des USA».

Source : News-front.info

 

4- La Chine annonce la fin de l’extrême pauvreté

Alors que la crise sanitaire liée à la Covid-19 assèche davantage financièrement les populations, la Chine annonce avoir éradiqué l’extrême pauvreté de ses neuf derniers comtés.

D’après Reuters, l’Empire du Milieu a réalisé ce que les responsables chinois décrivent comme l’objectif politique phare du président Xi Jinping, cette année 2020.

Les responsables chinois qui ne cachent pas leur satisfaction, précisent que pour en arriver là, le pays a affranchi 93 millions de personnes de la pauvreté depuis 2013.

Déjà lundi, les responsables du Guizhou, l’une des provinces les plus pauvres de Chine, annonçaient que les neuf derniers comtés restants avaient été retirés de la liste des régions pauvres du pays.

Source: Agence Ecofin

 

5- Biden, les faucons à la Maison-Blanche

Antony Blinken, Jake Sullivan, John Kerry ; des noms à retenir, puisque désormais, sous Joe Biden, ces vieux faucons vont tourbillonner autour de la Maison-Blanche. Tous ont déjà travaillé avec lui, Hillary Clinton ou Barack Obama durant les décennies précédentes.

Au micro de Sputnik, Gérald Olivier, spécialiste des États-Unis, estime qu’il s’agit d’un retour en force de l’establishment néoconservateur à la Maison-Blanche.

On prend les mêmes et on recommence. Joe Biden n’a pas souhaité injecter de sang neuf dans l’équipe qu’il place à la tête de la politique étrangère américaine, bien au contraire.

Avec Sputnik

Add Comments