La France avertit la Chine! (E-Press)

PressTV Français 22 views
Le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], l’amiral Vandier : « [...] la Chine s’armant en mer à cadence de combat. Tous les quatre ans, la Chine met à l’eau l’équivalent de la marine française ».

Au sommaire :

1-L’Iran booste financièrement le secteur nucléaire 

« Aucun crime, aucun assassinat et aucun acte stupide ne restera sans réponse de la part du peuple iranien. Nous poursuivrons certainement les criminels jusqu’au bout, et les criminels doivent savoir qu’ils seront punis pour leurs actes », a promis ce lundi matin, le ministre iranien de la Défense et de la Logistique des forces armées iranienne lors des funérailles du défunt martyr Mohsen Fakhrizadeh, éminent scientifique nucléaire iranien au service de la Défense et de la Patrie.

Selon l’IRNA, le général de brigade Amir Hatami, s’exprimant lundi lors des funérailles de l’honorable scientifique atomiste iranien, le Dr Mohsen Fakhrizadeh, se référant aux traits saillants de la personnalité du défunt martyr a déclaré : « Aujourd’hui, nous adressons notre ultime adieu à une personne qui avait prêté le serment d’allégeance avec son Dieu dès son jeune âge et qui a insisté sur cette alliance et qui l’a persévéré jusqu’au bout. Aujourd’hui, il a fini par remplir ses engagements au service de cette alliance divine en tombant en martyr. Cet honneur et ce succès réalisés par ce haut martyr (littéralement : “témoin”) qui aimait la mort en martyr sont sincèrement dignes de félicitations. 
Je félicite et présente à la fois mes condoléances à l’occasion de cette perte à tout le peuple iranien et à toute la communauté scientifique iranienne au service de défense et de la technologie nucléaire. » 

2- Dernier acte héroïque de Fakhrizadeh

Dans un article consacré à l’attentat terroriste du 27 novembre qui a coûté la vie au grand savant atomiste iranien, Fakhrizadeh, Al-Binaa écrit : « Le président américain Donald Trump est apparemment prêt à claquer la porte et à se donner beaucoup de mal pour montrer son amour à ses amis à Tel-Aviv avant de se retirer de la Maison-Blanche.

« Le 27 novembre, Mohsen Fakhrizadeh, éminent professeur iranien de physique et théoricien des champs quantiques, a été assassiné près de la capitale iranienne, Téhéran. Formellement, Fakhrizadeh était à la tête de son Organisation pour l’innovation et la recherche défensives, tandis qu’Israël et les États-Unis insistent pour qu’il dirige le programme d’armes nucléaires iranien. Les médias israéliens ont même appelé Fakhrizadeh “le Soleimani nucléaire” en référence au commandant de la Force iranienne Qods, qui a été assassiné par une frappe de drone américain en Irak le 3 janvier 2020. Cet assassinat a presque conduit à une guerre américano-iranienne et à la Maison-Blanche a même avalé une frappe de missiles balistiques sur ses bases en Irak, tandis que les forces de défense aérienne iraniennes ont accidentellement abattu un avion de ligne près de Téhéran. Heureusement, une guerre plus large a été évitée, mais la région est entrée dans une nouvelle spirale de tensions entre le bloc israélo-américain et les forces dirigées par l’Iran. L’assassinat de novembre n’a pas déclenché une réponse militaire immédiate de Téhéran, mais il y a peu de doute qu’il aura également des conséquences négatives sur la stabilité régionale.

Selon les médias américains et israéliens, le développement du programme nucléaire iranien nécessite les facteurs suivants : temps, argent et spécialistes. L’Iran a déjà eu beaucoup de temps. La “campagne de pression maximale” de Trump visait à cibler le facteur “argent”, mais la soi-disant économie de résistance iranienne a survécu malgré la pression. À présent, les États-Unis et Israël se sont à nouveau tournés vers le facteur “spécialiste” de cette formule et ils ont la capacité de mener des assassinats à motivation politique dans le cadre de ce qu’ils appellent la “campagne de dissuasion” contre l’Iran.

Les premiers rapports indiquent que la voiture de Fakhrizadeh a été la cible d’une explosion de voiture piégée puis a été soumise à des tirs d’hommes armés sur la ville d’Absard. Selon le ministère iranien de la Défense, Fakhrizadeh “a été gravement blessé au cours des affrontements entre son équipe de sécurité et des terroristes et a été transféré dans un hôpital”, où il a succombé plus tard à ses blessures. Plus tard, il est apparu dans la version non officielle des événements, affirmant que les assaillants avaient utilisé une mitrailleuse télécommandée installée dans le coffre d’un pick-up Nissan. Ensuite, la camionnette et le pistolet ont explosé. Le rapport de Fars News insiste sur le fait que toute l’attaque n’a duré que 3 minutes et qu’aucun homme armé n’a été impliqué.

L’assassinat démontre les lacunes particulières dans la sécurité de ces personnalités éminentes et de haut rang. Ce n’est un secret pour personne que la vie de Fakhrizadeh a été menacée pendant des années, mais il se déplaçait encore dans le pays avec une petite équipe de sécurité avec seulement deux voitures, et sa voiture n’était même pas blindée. Cette posture peut s’expliquer en partie par le culte du martyre à tous les niveaux de la société iranienne et par le fait que les fonctionnaires iraniens sont assez proches des gens ordinaires, surtout en comparaison avec d’autres États du Moyen-Orient. Ces facteurs permettent au régime politique actuel en Iran de résister aux sanctions sans précédent, aux pressions politiques et même militaires de ses opposants, mais créent en même temps des difficultés de sécurité supplémentaires.
Immédiatement après l’assassinat, le Corps des gardiens de la révolution iranienne et l’armée ont été mis en état d’alerte et les hauts responsables iraniens ont juré de se venger de l’attaque. Aussi, le 29 novembre, le Parlement iranien a décidé d’accélérer l’examen du projet de loi qui suppose d’augmenter le niveau d’enrichissement d’uranium. En tant que “double urgence”, il a été ratifié par 232 voix sur un total de 246 députés présents à la session. Le vote final sur l’adoption de la loi pourrait avoir lieu le 2 décembre. Le projet de loi stipule que l’Iran produirait désormais au moins 120 kg d’uranium enrichi à 20 % par an. En comparaison, l’accord sur le nucléaire iranien, dont l’administration Trump s’est retirée unilatéralement, a permis à l’Iran d’enrichir de l’uranium à un maximum de 3,67 %. De plus, en vertu du projet de loi à l’étude, le gouvernement devra mettre en service mille centrifugeuses supplémentaires dans les installations nucléaires de Natanz et Fordo d’ici un an. Le projet de loi suppose également un retour immédiat au projet de reconstruction du réacteur nucléaire d’Arak, qui existait avant la signature de l’accord nucléaire. Par conséquent, au lieu de ralentir le programme nucléaire iranien, l’assassinat de Fakhrizadeh a conduit à une augmentation publique de l’activité iranienne sur le terrain. Les États-Unis et Israël qualifieront probablement ces actions de grande menace pour la sécurité mondiale et déclareront qu’ils sont obligés de répondre à la menace iranienne croissante.

La seule question est à quoi s’attendent les dirigeants israéliens et américains ? Pensaient-ils vraiment qu’après des années de résistance et de confrontations régionales, les Iraniens se rendraient après l’assassinat d’un de leurs scientifiques ? »

Source : South Front

3-La France met en garde la Chine ! 

Lors de ses deux premières auditions parlementaires [au Sénat et à l’Assemblée, NDLR] en tant que chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM], l’amiral Pierre Vandier avait insisté sur le “retour de l’usage stratégique de la mer”, marquant la “face visible du nouveau cycle géopolitique actuel.”

Ainsi, avait souligné le CEMM, la “mer est redevenue une zone de friction, de démonstration de puissance, souvent désinhibée” et, “demain, elle pourrait être une zone d’affrontements”, alors que le “code de bonne conduite entre nations n’est plus toujours respecté”. Et de citer la fortification d’îlots à peine émergés pour en faire des bases militaires, la prospection “sans vergogne” de la zone économique exclusive des pays voisins ou encore le pillage des ressources halieutiques “partout où les espaces ne sont pas défendus.”

Des pratiques dont la Chine est régulièrement accusée [ce dont l’amiral Vandier s’était toutefois gardé de rappeler]… En effet, Pékin pratique la politique du fait accompli en mer de Chine méridionale en installant des capacités d’interdiction et de déni d’accès [A2/AD] sur des récifs poldérisés des archipels Spratleys et Paracel, envoie des navires de prospections dans des eaux qui ne sont pas les siennes [ce qui donne lieu régulièrement à des frictions avec le Vietnam et la présence de ses flottilles de pêche au large des côtes africaines et sud-américaines suscite régulièrement des tensions, comme encore récemment aux Galapagos.

Dans le même temps, la Chine fait son retour dans le domaine maritime. “Ce dernier est d’abord économique au moyen des routes de la soie qui vont jusqu’en Europe, leurs points d’atterrissage étant au Pirée en Grèce ou à Venise en Italie. Le grand retour est aussi militaire, la Chine s’armant en mer à cadence de combat. Tous les quatre ans, la Chine met à l’eau l’équivalent de la marine française”, avait en effet relevé l’amiral Vandier.

Mais ce dernier est allé plus loin à l’occasion d’un entretien donné à l’AFP. En marge d’un déplacement au Japon, où il a notamment rencontré Nobuo Kishi, le ministre nippon de la Défense. À Tokyo, on redoute les visées chinoises, notamment celles sur l’archipel Senkaku…

“Il y a une grande communauté de vues entre les autorités japonaises et nous sur la politique indopacifique”, a confié l’amiral Vandier. Interrogé sur “l’expansionnisme et le militarisme chinois dans les espaces maritimes”, il a fait observer, comme lors de ses auditions parlementaires, que le “rapport de force militaire est en train d’évoluer extrêmement rapidement”… en faveur de Pékin.

Source  :Opex 360

Add Comments