Israël/Emirats: le Maroc pris au piège ? (Débat)

PressTV Français 136 views
Les réactions arabes se poursuivent après l'annonce par les États-Unis de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Les Palestiniens ont condamné la décision que le Hamas a qualifiée de « péché politique ». L'Organisation de libération de la Palestine a exprimé son rejet de la mesure qui « augmenterait l'arrogance d'Israël et son déni des droits du peuple palestinien ».

Les réactions arabes se poursuivent après l'annonce par les États-Unis de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Les Palestiniens ont condamné la décision que le Hamas a qualifiée de « péché politique ». L'Organisation de libération de la Palestine a exprimé son rejet de la mesure qui « augmenterait l'arrogance d'Israël et son déni des droits du peuple palestinien ».

En revanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est félicité d'un accord « historique », notant que des « vols directs » seraient bientôt lancés entre les deux parties. Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi l'a décrit comme une « étape importante » pour la région.

Cause palestinienne : l’hypocrisie à la Marocaine

Lors d'un entretien avec la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré que cette décision avait abouti à deux ans de contacts avec l'administration américaine, soit par le biais de délégations, soit par des interventions directes du roi du Maroc.

Bourita a souligné que « la reconnaissance américaine du Sahara marocain pour la première fois constitue un changement fondamental dans ce dossier ».

Il a ajouté que le bureau de liaison avec Israël, qui a été inauguré en 1994, rouvrira et le roi du Maroc a contacté directement le président palestinien Mahmoud Abbas et l'a informé de ces développements.

Il a prétendu que la consolidation de la souveraineté marocaine du Sahara ne se faisait pas au détriment de la cause palestinienne.

Le ministre marocain des Affaires étrangères a allégué que la reconnaissance par l'Amérique de la souveraineté du Maroc sur le Sahara n'a rien à voir avec la reprise des relations avec Israël. « Le Maroc adhère aux principes de base de la solution à deux États et de la négociation comme base pour résoudre la crise », a-t-il prétendu encore.

Colère palestinienne

Jeudi, les Palestiniens ont condamné l'accord maroco-israélien adopté par le président américain Donald Trump, tout comme ils ont condamné les précédents accords de normalisation avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Dans la bande de Gaza, le Hamas a considéré la décision de normaliser les relations entre le Maroc et Israël comme « un péché politique qui ne sert pas la cause palestinienne », selon le porte-parole du Mouvement.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que cette décision représentait « un péché politique qui ne sert pas la cause palestinienne et encourage l'occupation à démentir et bafouer les droits de notre peuple ».

« L'occupation profite de tous les cas de normalisation pour augmenter sa dose d'agressivité envers le peuple palestinien et ses intrusions dans les colonies de peuplement », a-t-il dénoncé.

De son côté, le mouvement Jihad islamique de la Palestine (JIP) a déclaré dans un communiqué que « l'annonce de la normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste usurpatrice est un nouveau revers pour le fragile régime arabe qui cherche à consolider les piliers de son régime tyrannique à l’aide de l'Amérique et du régime israélien ».

« Ce que le régime au pouvoir au Maroc a fait, c'est trahir les principes fondamentaux de l'islam et aliéner Qods et la cause palestinienne. Le peuple marocain rejette fermement la normalisation avec le régime de Tel-Aviv, et le Maroc ne sera pas un foyer pour les Sionistes, car le peuple marocain et ses forces politiques rejetteront la normalisation et l'affronteront », précise le JIP dans son communiqué.

 Luc Michel, géopoliticien, et Pierre Dortiguier, politologue, s'expriment sur le sujet.

Add Comments