Yémen: Ansarallah consolide son assise pétrolière (Débat)

PressTV Français 80 views
Des attaques hybrides d’Ansarallah contre le pétrole saoudien, Ansarallah veut-il éliminer Riyad du marché pétrolier ?

Même les radars français de type « Task Force Jaguar » que Riyad, dégoûté de Patriot US, s’est fait livrer en toute précipitation, après que le missile Qods-2 d’Ansarallah eut frappé le 22 novembre le réservoir 9 de la raffinerie du port stratégique de Djeddah et de plonger dans la pénurie d’essence le Sud saoudien à savoir les trois provinces stratégiques de Jizan, de Najran et d’Assir, largement exposées à la puissance de frappe de la Résistance yéménite, n’ont pu rien, une nouvelle et troisième explosion a frappé le 25 décembre un pétrolier « étranger » non loin des côtes saoudiennes. Le coup qu’Ansarallah n’a pas revendiqué, intervient à peine 48 heures après le dévoilement en plein ciel de Maarib d’un « mystérieux missile de croisière » que les Occidentaux ont codé avec le chiffre 358, lequel missile semble avoir une vitesse trop faible voire infrason, qui ne ressemble à aucun autre missile yéménite utilisé ces dernières années, mais qui a superbement fait descendre un CH-4 chinois, équivalent du MQ-9 US.
À l’heure qu’il est les amis français de Riyad devront bien se demander à quoi ressemble cet engin qui a tout pour appartenir à la famille des Loitering munition et qui a servi de missiles antimissiles aux Yéménites. Idem pour les amis britanniques de Riyad qui ayant lamentablement perdu leur pari de pouvoir « sécuriser » les ports pétroliers saoudiens, Djeddah, Yanbu et Jizan en sont désormais à se creuser la tête pour comment les « bateaux piégés », les « mines sous-marines » font, pour exploser, sous l’œil vigilant des radars et des satellites de l’OTAN et des patrouilles des forces spéciales british, au passage des pétroliers occidentaux qui viennent se charger du brut saoudien dans les ports pétroliers. Times disait même que « la situation à Djeddah ressemble de plus en plus à Hudaydah : Ansrallah est sur le point d’imposer un blocus en bonne et due forme au pétrole saoudien et de le supprimer du marché, comme Riyad l’a fait avec les Yéménites et il le fait alors même que Maarib, la pétrolifère est sur le point de tomber entre les mains des Houthis. C’est à croire que Sanaa est en train de se faire une place sur le marché pétrolier au grand dam de Riyad ». 
Or ce n’est pas uniquement via le ciel qu’Ansarallah a visé l’Arabie. À regarder de plus près, la quasi-totalité des attaques balistiques s’effectue en complémentarité avec des offensives terrestres. Cette nouvelle étape balistique qu’Ansarallah vient de franchir répond évidemment à l’émergence d’un Ansarallah à Maarib où il saurait peser sur le marché de l’énergie. 
André Chamy, juriste international et Pierre Dortiguier, politologue s’expriment sur le sujet.

Add Comments