Chef du pentagone : F-35, «a piece of...» (e press)

PressTV Français 37 views
Le chef du département américain de la Défense Christopher Miller n’avait pas sa langue dans sa poche lorsqu’il causait avec un officier de l’US Army au sujet du chasseur F-35. Pour lui, le F-35 est « a piece of shit ».

Au sommaire

1-La coqueluche des missiles iraniens ?

Le Corps des gardiens de la révolution islamique a détruit des navires de guerre ennemis hypothétiques à une distance de 1800 kilomètres avec des missiles balistiques lors de la dernière étape des manœuvres Grand Prophète-15. Le CGRI a effectué samedi la dernière étape des exercices du Grand Prophète 15 avec des opérations stratégiques de missiles balistiques à longue portée qui ont réussi à frapper les hypothétiques navires de l’ennemi à 1 800 kilomètres dans le nord de l’océan Indien.

Cette étape s’est déroulée en présence du chef d’état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Hossein Baqeri, du commandant du CGRI, le général de division Hossein Salami, du commandant de l’aérospatiale du CGRI, le général de brigade Amirali Hajizadeh et de plusieurs hauts gradés des forces armées iraniennes. Après la détection de la position hypothétique des navires ennemis par les systèmes de reconnaissance aérospatiale du CGRI, des missiles balistiques à longue portée de différentes classes ont été tirés depuis les déserts du centre de l’Iran et ont réussi à frapper et à détruire toutes les cibles dans le nord de l’océan Indien, à quelque 1 800 kilomètres de là. L’analyste politique principal Seyed Mostafa Khoshcheshm a déclaré que cette opération spécifique avait été planifiée pour transmettre un message spécial aux ennemis de l’Iran.

« Certes, la capacité de frappe de précision et la puissance de destruction de ces missiles balistiques à longue portée produisent une image en action, qui vient jouer un rôle central dans les évaluations militaires des ennemis de l’Iran, surtout si l’on considère le moment choisi pour cette partie très significative des exercices », dit-il.

Vendredi, le CGRI a lancé la première phase des exercices du Grand Prophète 15 avec le lancement massif de missiles et les opérations de drones de la Force aérospatiale du CGRI dans le désert central d’Iran. La première étape des 15 exercices du Grand Prophète du CGRI a débuté vendredi matin au cours de laquelle des missiles balistiques sol-sol ont été tirés et des drones bombardiers offensifs des opérations ont été mises en œuvre dans la zone générale du désert central iranien. 

Source : Fars News.

2-Iran : les réserves fossiles s’élargissent 

Plus de 740 millions de barils de pétrole ont été ajoutés aux réserves pétrolières de l’Iran, et ce alors que les pétroliers iraniens s’approchent d’ores et déjà des ports de la Syrie et du Venezuela.

Le directeur des affaires techniques de la société iranienne de pétrole offshore Falat Ghareh a annoncé une augmentation des réserves de pétrole iranien dans les champs pétrolifères du golfe Persique.

Les études effectuées sur quatre champs prolifères de Bahregan Sar, Hendijan, Nowruz et Abuzar, tous situés dans les eaux du golfe Persique, montrent que plus de 740 millions de barils de pétrole ont été ajoutés aux réserves pétrolières de l’Iran, a affirmé le responsable.

« Goodbye Party » du CGRI pour Trump ?!

La nouvelle intervient alors que le président iranien Hassan Rohani a déclaré début décembre dernier que « la production et les conditions de vente du pétrole iranien seront complètement différentes en 2021 et l’année prochaine, nous pourrons produire 2,3 millions de barils de pétrole par jour, nous aurons également la capacité de les vendre ».

À cet égard, Francis Perrin, directeur de recherche à l’IRIS, explique que sur le plan technique l’Iran est parfaitement capable d’augmenter ses exportations et sa production pour une raison très simple ; c’est ce qu’il l’a déjà fait dans le passé en 2016 après l’accord sur le programme nucléaire iranien de juillet 2015 à Vienne ; c’était l’époque où l’Iran a montré sa capacité à monter fortement en puissance en termes d’exportation et de production.

Selon lui, l’Iran n’a jamais quitté le marché pétrolier mondial, sauf que depuis 2018, les exportations pétrolières de l’Iran ont baissé en raison des sanctions économiques américaines.

Source : PressTV

3-La France se soulève contre la tyrannie...

La neige et le froid ne les ont pas arrêtés. Les opposants à la proposition de loi « sécurité globale » ont de nouveau manifesté à Paris et dans de nombreuses villes françaises ce samedi.

Des défilés qui ont rassemblé 34 000 personnes selon la police, et 200 000 selon les organisateurs. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a fait état sur Twitter de « 75 personnes interpellées dont 24 à Paris » et « 12 policiers et gendarmes blessés ».

L’appel à manifester avait été lancé par plusieurs associations comme La Ligue des droits de l’Homme et Amnesty, ainsi que de nombreux syndicats et associations, de journalistes et réalisateurs notamment. « Les enjeux sont (...) majeurs. Ils touchent au respect même de l’État de droit » et du contrôle des autorités « par les citoyens, le Parlement, la justice et la presse », soulignent les associations. Elles exigent toujours le retrait de plusieurs dispositions, à commencer par l’article 24, qui pénalise la diffusion malveillante d’images de membres des forces de l’ordre.

Le collectif, qui demande à être reçu par le président Emmanuel Macron, cible également les articles 21 et 22 sur l’usage des caméras-piétons et des drones par les forces de l’ordre, et du « nouveau schéma national du maintien de l’ordre » (SNMO), régulièrement invoqué par les forces de l’ordre pour limiter la couverture médiatique des manifestations.

La proposition de loi, déjà votée en première lecture à l’Assemblée nationale, doit être examinée en mars au Sénat.

Source : Sputnik

4-États-Unis, le grand désordre plane 

Reconnaissance faciale, points de contrôle militaire et zone verte au cœur de Washington D.C.

Les événements aux États-Unis évoluent vers une situation inédite offrant de nombreuses réminiscences avec les dictatures totalitaires décrites dans les romans de science-fiction des années 60 et 70.

La capitale fédérale Washington D.C. est actuellement quadrillée par l’armée et des points de contrôle militaires.

 Officiellement, 21 000 soldats de la Garde nationale ont été déployées rien qu’à Washington D.C. pour sécuriser l’investiture de Joe Biden.

Chose totalement impensable, le commandement militaire US vient de créer une GREEN ZONE ou zone verte interdite à l’intérieur de Washington D.C. ressemblant à la Zone verte de Bagdad. L’entrée de cette zone englobant le capitole, la Maison-Blanche et des bâtiments fédéraux est sévèrement réglementée par les militaires. La création d’une zone verte à Washington a suscité un déluge de commentaires en Irak où la plupart des éditorialistes n’ont pas manqué d’évoquer le Karma, l’effet boomerang, le transfert de la guerre du Moyen-Orient au cœur des États-Unis ou encore l’imminence d’une longue période de troubles sécuritaires sur le territoire de la première puissance militaire mondiale.

 La République populaire de Chine a de son côté condamné ce qu’elle a qualifié comme la manifestation de l’extrême hypocrisie américaine après l’usage massif par les services de sécurités US de technologie de reconnaissance faciale à intelligence artificielle dont deux fournies par des sociétés chinoises dans la traque des protestataires américains. Washington avait pour habitude de condamner le recours de la police chinoise à ce type de technologie pour traquer des délinquants sociaux et des opposants politiques. Les médias chinois s’attardent depuis des jours sur la répression des manifestants aux États-Unis.

Ces derniers sont traqués et recherchés sur l’ensemble du pays et des affiches du FBI où figurent leurs visages prolifèrent dans les villes.

 Des protestataires ayant participé aux incidents du capitole ont été arrêtés. L’homme qui a consulté les trois laptops de Nancy Pelosi, la figure de proue du coup d’État en cours aux USA a été exécuté d’une balle dans le haut du thorax chez lui. Il aurait réussi à neutraliser l’un des codes d’accès à un fichier sensible avant de le transmettre à un destinataire inconnu.

Les services secrets US ont mis en garde contre des attentats à l’explosif et d’assauts armés dans une centaine de villes après la cérémonie d’investiture de Biden/Harris. Ce qui a contraint plusieurs États à mobiliser la garde nationale.

Source : strategika51.org/

5-Chef du pentagone : F-35, « a piece of... »

Le chef du département américain de la Défense Christopher Miller n’avait pas mâché ses mots lorsqu’il causait avec un officier de l’US Army au sujet du chasseur F-35.

Bien que les États-Unis considèrent le chasseur de cinquième génération comme une source de fierté, le chef du Pentagone par intérim ne partage pas du tout cette opinion et considère le chasseur le plus cher au monde comme « foutu », mais ce n’est pas exactement le terme que ce dernier a utilisé pour désigner le F-35 : Aux yeux du chef du Pentagone Miller en fin de carrière, le F-35 est tout simplement « a piece of shit »

Cela est arrivé lors qu’un journaliste l’a interrogé au sujet du F-35 en considérant le projet de Lockheed Martin F-35 Lightning II comme « une interminable liste de programmes d’acquisition défectueux », et en guise de réponse, le chef du Pentagone Miller lui a évoqué une conversation qu’il avait eue quelques jours auparavant avec l’un des officiers de l’US Air Force dont voici un extrait :

« Mais je dois vous dire, hier, nous étions en train de parler à un type, un lieutenant-colonel ou un colonel et on a demandé : [Au fait, “Sur quoi volez-vous? »   Et le type de répondre : « le F-35 ». Et c’était à ce moment précis que Miller avait accouché  : « J’ai appelé l’avion [a piece of shit] et c’est le cas »..., a-t-il déclaré avant d’éclater de rire !?

Et lui de poursuivre : « Je pense que c’est « marrant », vous savez ?...[à quoi bon], maintenant que nous devons investir dans la sixième génération ? » […] « J’ai hâte de quitter ce poste, croyez-moi ! Mais une partie de moi me pousse à m’impliquer [encore davantage] dans le processus d’acquisition et faire des efforts […] Mais, vous savez ! [ce n’est pas toujours] facile de parler de problèmes pervers. »

Toujours est-il que M. Miller, sera remplacé le 20 janvier 2021 c’est-à-dire dans 3 petits jours lorsque le président élu Joe Biden aura pris ses fonctions.

Selon les dires de Miller, «  les chasseurs F-35 ne sont pas non plus « si populaires que ça » auprès des militaires étasuniens », et par conséquent, les arguments antérieurs avancés par les représentants du Pentagone selon lesquels cet avion de combat est supérieur à tous les véhicules de combat existants aujourd’hui ne sont rien de plus que de la propagande, note à la fin la source de cette information avia-pro.net.

 Source : avia-pro.net

Add Comments