F-35 : Il était une fois ...!! (e-Press)

PressTV Français 49 views
Peut-être que le cockpit du Joint Strike Fighter est une merveille technologique, utilisant des écrans montés sur le casque, une technologie de reconnaissance vocale et des écrans tactiles. Néanmoins, un pilote anonyme souligne un problème majeur : il affirme "ne pas avoir obtenu de résultat sur un écran tactile environ 20 % du temps".

E-Press du 29 janvier 2021

► Au sommaire :

1- Eurasie: l'Iran efface le dollar

2- Goodbye F-35

3- La Norvège annule ses exercices avec les USA

4- Russie : les réseaux sociaux punis 

5- Nord Stream 2 : la Russie finira par s'imposer ?

 

Source : Press TV Français

---------------------------------------------

1- Eurasie: l'Iran efface le dollar

Le pacte monétaire libère l'Union économique du monopole de dollar, selon un communiqué de la Chambre de commerce de Téhéran.

Évoquant la question d'une monnaie unique entre les pays membres de l'Union économique eurasienne, le chef de la Chambre de Commerce de Téhéran, Massoud Khansari, a déclaré : « L'utilisation d'un pacte monétaire peut sortir le commerce du monopole du dollar, ce qui profitera à tous les pays membres. »

Mercredi 27 janvier, s’exprimant à l’occasion de la cérémonie d'ouverture d’une conférence sur les relations Iran-Eurasie, Massoud Khansari évoque les progrès de la science et de la technologie enregistrés ces dernières années : « Cette croissance a conduit à une augmentation du commerce mondial et a amélioré les revenus et le bien-être des gens. »

Nous voyons maintenant que le Brexit est difficile à faire en raison de l'interdépendance économique du Royaume-Uni et de l'Europe, et c'est pourquoi les deux parties ont eu recours à des négociations diplomatiques pour résoudre les problèmes.

M. Khansari a ajouté : « La Chine et les États-Unis aussi, malgré tous les problèmes et différends, devraient donner la priorité aux négociations en raison de cette cohésion économique, ce qui montre que les relations économiques peuvent réduire le risque de guerre entre les deux pays et accroître la paix et la sécurité. »

Soulignant qu'une économie compétitive conduit à la croissance des pays, il a déclaré qu'« en Asie de l'Est, une alliance appelée Eurasie a été formée et a su résoudre des problèmes de sécurité et des défis économiques.

Source : IRNA

2- Goodbye F-35

Le département d'Etat américain a déclaré que l'administration Biden suspendait une vente d'armes à l'Arabie saoudite et de chasseurs aux Emirats arabes pour permettre aux « nouveaux dirigeants de les réexaminer ». Les Emirats ont-ils perdu grand-chose ?

Un pilote de F-35 révèle la vérité décevante sur le cockpit du chasseur : « Je n'ai rencontré personne qui l'utilise », dit le pilote à propos d'une fonctionnalité inutile.

Le pilote de F-35 affirme par la suite que le cockpit du Joint Strike Fighter est une merveille technologique, utilisant des écrans montés sur le casque, une technologie de reconnaissance vocale et des écrans tactiles.

Malheureusement, bien que toutes ces fonctionnalités sonnent bien en théorie, en pratique, elles sont insuffisantes. Au moins une des fonctionnalités est si inutile que le pilote ne connaît personne qui l'utilise réellement.

Le F-35 Joint Strike Fighter est probablement l'avion de combat le plus avancé actuellement. Le F-35, alias le Panther, est le premier avion à réaction à utiliser un certain nombre de nouvelles technologies conçues pour en faire l'avion de combat le plus meurtrier et le plus survivant. Le problème ? Certaines de ces cloches et sifflets ont atterri avec un bruit sourd retentissant.

Dans une interview avec le magazine aéronautique Hush-Kit, un pilote anonyme de Panther décrit le cockpit et le système d'interface du F-35. Le pilote dit que le cockpit lui-même est « magnifique », plein d'écrans qui vous permettent d'afficher une quantité incroyable d'informations sur le combattant en quelques glissements de doigt et de personnaliser les données pour les adapter à la mission particulière.

Le F-35 est le premier à utiliser la technologie d'écran tactile. Contrairement aux interrupteurs, qui occupent un espace permanent dans le cockpit, les écrans tactiles permettent de réutiliser instantanément le même espace d'écran LCD. Une minute, un écran pourrait être utilisé pour extraire des données sur les réserves de carburant d'un avion, et la suivante, il pourrait aider à cibler une position ennemie à flanc de montagne. Cela simplifie grandement le cockpit et ne submerge pas un pilote avec des commutateurs physiques mur à mur, des cadrans et des écrans à usage unique.

Mais le problème avec les écrans tactiles, explique le pilote, est un manque de retour tactile. Les commutateurs ont un clic agréable et satisfaisant qui permet instantanément à l'utilisateur de savoir qu'ils ont été inversés avec succès. Presque tout le monde avec un smartphone a touché un bouton virtuel sur un écran tactile, attendait un résultat... et puis rien ne se passe. Le pilote anonyme signale ne pas avoir obtenu de résultat sur un écran tactile environ 20 % du temps: À l'heure actuelle, j'appuie sur la mauvaise partie de l'écran environ 20 % du temps en vol en raison d'une mauvaise identification, ou plus souvent par le fait que mon doigt se bouscule dans les turbulences ou sous G. L'un des plus gros inconvénients est que vous ne pouvez pas appuyer votre main contre quoi que ce soit lorsque vous tapez - pensez à quel point il est plus facile de taper sur un smartphone avec vos pouces que d'essayer de poignarder un clavier virtuel sur une grande tablette avec juste votre index. 

Source : francais.rt

3- La Norvège annule ses exercices avec les USA

La Norvège annule des exercices militaires interalliés dans l’Arctique. Elle a annoncé mardi l’annulation des exercices militaires avec des alliés de l’OTAN dans l’Arctique afin de se prémunir contre une éventuelle propagation d’une variante de la COVID-19.

Les manœuvres Joint Viking devaient réunir quelque 10 000 soldats, dont 3400 alliés (États-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne), en mars dans le Grand Nord de la Norvège.

« La Norvège, comme le reste du monde, se trouve dans une situation difficile », a fait valoir son ministre de la Défense, Frank Bakke-Jensen, dans un communiqué.

« Nous devons avoir une longueur d’avance pour essayer d’empêcher la propagation du variant du virus, plus contagieux », a-t-il ajouté.

Bien que l’épidémie soit globalement en recul dans le pays nordique, les autorités norvégiennes ont imposé le weekend dernier à Oslo et dans sa région les mesures les plus strictes depuis le début de la crise sanitaire, après la détection d’un foyer du variant anglais dans une localité proche de la capitale.

M. Bakke-Jensen a donc justifié l’annulation des manœuvres Joint Viking et d’un autre exercice, Rein I, par la nécessité de respecter le principe de précaution.

Plus de 1000 soldats américains, près d’un millier de Britanniques, 600 Néerlandais et 200 Allemands ont déjà pris place dans la région septentrionale de Troms.

« Pour ces forces déjà en place, il y aura un départ contrôlé et bien planifié », a précisé le ministère de la Défense.

Comptant parmi les membres fondateurs de l’OTAN, la Norvège, qui partage une frontière avec la Russie dans l’Arctique, accueille régulièrement des exercices militaires interalliés pour aguerrir les troupes de l’Alliance au combat dans de rudes conditions hivernales.

En mars dernier, le royaume scandinave avait déjà annulé les manœuvres Cold Response 2020 qui devaient impliquer plus de 15 000 soldats de l’OTAN, également à cause du coronavirus.

Source : AFP

4- Russie : les réseaux sociaux punis 

La Russie va sanctionner les réseaux sociaux pour incitation de mineurs à manifester. Les autorités russes ont annoncé le 27 janvier qu'elles sanctionneraient les principaux réseaux sociaux pour avoir incité des mineurs à manifester en faveur de l'opposant Alexeï Navalny.

« Facebook, Instagram, Twitter, TikTok, VKontakte, Odnok lass niki, ainsi que [...] YouTube, seront condamnés à une amende pour non-respect des exigences visant à supprimer la diffusion aux mineurs d'appels à participer à des rassemblements non autorisés du 23 janvier », a indiqué dans un communiqué le gendarme des télécoms russes, Roskomnadzor.

Moscou s'indigne de la façon dont l'ambassadeur des Etats-Unis a incité les mineurs à la violence et à la désobéissance civile : des dizaines de milliers de personnes ont manifesté le 23 janvier dernier dans une centaine de villes russes à l'appel d'Alexeï Navalny. Ces manifestations non-autorisées s'étaient soldées par près de 3 900 interpellations.

Le Comité d'enquête russe, chargé des investigations prioritaires, a annoncé le 27 janvier qu'une vingtaine d'enquêtes avaient été ouvertes en lien avec les manifestations, notamment pour appels à des troubles, hooliganisme, violences à l'encontre des policiers ou encore pour incitation de mineurs à commettre des actions illégales.

Le ministère de l'Intérieur a ouvert de son côté une enquête pour blocage de voie de transport, notamment à Vladivostok (Extrême-Orient), les manifestants ayant bloqué la circulation en manifestant.

Source : RT France

5- Nord Stream 2 : la Russie finira par s'imposer ?

Le directeur de la compagnie allemande Uniper, qui est l’un des partenaires de Gazprom dans le projet Nord Stream 2, Andreas Schirenbek estime que le pipeline sera achevé malgré la pression politique et croit en sa nécessité.

Il l’a déclaré lors d’un discours à la Conférence européenne du gaz. « Je crois qu’il sera achevé, car seule une petite partie du projet reste inachevée. Je compte entièrement et je suis convaincu que Nord Stream 2 sera achevé. Et je crois toujours que ce projet est nécessaire », a-t-il déclaré, répondant à la question du risque de ne pas terminer la construction de Nord Stream 2 en raison de pressions politiques.

Nord Stream 2 envisage la construction de deux chaînes d’un gazoduc d’une capacité totale de 55 milliards de mètres cubes de gaz par an de la côte russe à travers la mer Baltique jusqu’en Allemagne. Le projet est activement combattu par les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz naturel liquéfié auprès de l’UE, ainsi que de l’Ukraine et d’un certain nombre de pays européens.

En décembre 2019, les États ont imposé des sanctions contre le gazoduc, à la suite de quoi le Swiss Allseas a été contraint d’arrêter la pose.

Cela s’est poursuivi un an plus tard, en décembre 2020, le poseur de canalisations Fortuna a posé 2,6 kilomètres de tuyaux dans les eaux allemandes.

En conséquence, selon Nord Stream 2 AG (opérateur du projet), environ 148 kilomètres du gazoduc sont restés inachevés sur la longueur totale de ses deux lignes de 2 mille 460 kilomètres – 120 kilomètres se trouvant dans les eaux danoises et environ 28 kilomètres restantes dans les eaux allemandes. 

Écoutons ensemble Fabrice Beaur, expert pour l'ONG Eode, à ce sujet.

Source : News Front

Add Comments