«Oyé, oyé», la France est en guerre !

PressTV Français 27 views
Oyez, oyez, braves gens, damoiselles et damoiseaux ! Troubadours, faites rugir les trompettes, les tambours ! Et faites silence pour écouter ensuite cette histoire. Le régime macronien réprime les Français à l’intérieur, eux qui protestent contre une pléthore de lois répressives (loi sécuritaire, séparatisme, reconfinement, passeport vaccinal,...) tout en détournant ces deniers publics vers les fronts de guerre où la France n’a aucun intérêt à s’impliquer…

Au sommaire :

1-Et Israël fabrique des bombes nucléaires !

Soulignant l’expansion silencieuse du site nucléaire de Dimona par Israël, le ministre iranien des Affaires étrangères Zarif pointe du doigt l’hypocrisie de l’Occident et de l’AIEA

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué les dirigeants européens et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour avoir fermé les yeux sur l’expansion silencieuse par le régime israélien de la très secrète installation nucléaire de Dimona dans le désert du Néguev, la seule usine de bombes atomiques de la région, tout en visant le programme nucléaire de Téhéran.

« Israël étend Dimona, la seule usine de bombes nucléaires de la région », a déclaré Zarif dans un message publié samedi sur son compte Twitter.

Israël procéderait actuellement à une expansion majeure de son installation nucléaire de Dimona dans le désert du Néguev, a rapporté jeudi le quotidien britannique The Gardian.

Selon cette source, des travaux de construction ont été révélés par des images satellites publiées par le Panel international sur les matières fissiles (IPFM), un groupe d’experts nucléaires indépendants de 17 pays.

Source : IRNA

2-L’Iran à deux pas de quitter le protocole additionnel

La deuxième visite de Rafael Grossi en Iran depuis sa prise de fonction, fin 2019, en tant que directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a au lieu samedi, au moment où Téhéran a fixé une date butoir (23 février) pour mettre fin aux inspections découlant du protocole additionnel de l’agence viennoise que l’Iran respecte à titre volontaire.

Rafael Grossi s’était rendu pour la première fois en Iran, en août 2020 à l’invitation officielle des autorités iraniennes et dans la cadre de la poursuite de la coopération bilatérale et des engagements de l’Iran en tant que membre de cette organisation internationale. Le déplacement a été jugé « fructueux ».

Le directeur général argentin de l’AIEA se rend cette fois-ci à Téhéran dans des circonstances différentes et délicates et avec peut-être une mission spéciale. L’Argentin Rafael Mariano Grossi, s’est engagé à agir avec l’impartialité, l’indépendance et le professionnalisme.

Selon Kazem Gharibabadi, ambassadeur d’Iran et représentant permanent auprès des organisations internationales à Vienne, Rafael Grossi se rend à Téhéran à sa propre demande en tant que Patron de l’AIEA pour des entretiens techniques avec l’Organisation nationale de l’énergie atomique (OIEA) sur la manière de mettre en œuvre les dispositions de la lettre du 15 février de l’Iran à l’adresse de l’Agence.

Source : IRNA

3-Irak-Iran : les crimes de guerre signés US/OTAN

Guerre imposée et ses dommages : une conférence internationale sur les revendications juridiques et internationales de l’Iran prévue mardi.

Le général Yahya Rahim Safavi, l’assistant et haut conseiller du commandant en chef des forces armées de la République islamique d’Iran a fait part de la tenue d’une conférence internationale autour de la réparation des dommages de guerre causés par l’Irak de Saddam et les revendications juridiques et internationales des Iraniens, prévue le mardi 23 février, avec la présence et l’intervention des autorités gouvernementales et militaires nationaux.

Selon cette autorité, la conférence est le premier événement critique international qui se penche sur les actions des soutiens régionaux et internationaux de Saddam durant l’agression de ce dernier contre la République islamique d’Iran. Le rendez-vous est consacré aux soutiens des États-Unis, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne et de la France à Saddam et au terrorisme d’État du régime américain impliqué dans les assassinats du haut général martyr iranien Qassem Soleimani et de son compagnon irakien, Abou Mahdi al-Mohandes.

Faisant référence aux pertes humaines et matérielles de la guerre imposée, il a déclaré : « Dans cette guerre, environ quatre millions de personnes ont été déplacées des provinces frontalières iraniennes. »

Le major général Rahim Safavi, l’assistant et haut-conseiller du commandant en chef des Forces armées de la République islamique d’Iran soulignant l’impératif d’intenter une poursuite juridique contre le terrorisme d’État du gouvernement américain, impliqué dans la mort en martyr du haut général Soleimani a ajouté : « Cette question, en tant qu’une revendication du peuple et du gouvernement iraniens, des nations de la région et du Front de résistance, est l’axe clé de cette conférence. »

Source : IRNA

4-Le vaccin Cov-Iran Barakat montre un taux d’immunogénicité de 90 %

« Les évaluations préliminaires et les résultats des tests effectués jusqu’à présent sur les volontaires vaccinés montrent que le taux d’immunogénicité du premier vaccin iranien de Coronavirus appelé Cov-Iran Barakat est d’environ 90 % », a déclaré le responsable des études cliniques du vaccin iranien.

Dans une interview accordée à l’IRAN, le Dr Mohammad Reza Salehi a ajouté : « Des tests d’immunogénicité ont été effectués sur environ 35 volontaires jusqu’à présent, et les résultats montrent que le vaccin Cov-Iran Barakat a une efficience immunitaire plus élevée que prévu. »

« Les résultats préliminaires montrent qu’environ 90 % des personnes qui ont reçu la deuxième dose du vaccin ont montré dans leurs tests un niveau d’immunité allant jusqu’à 90 au bout de deux semaines », a précisé ce responsable iranien.

Le responsable des études cliniques du vaccin Cov-Iran-Barakat a poursuivi : « La première phase du test humain du vaccin iranien de coronavirus est terminée et la deuxième dose aussi est injectée à 56 volontaires. La deuxième phase du test humain du vaccin iranien de Covid-19 débutera au mois de mars. »

Ce membre du corps professoral de l’Université des sciences médicales de Téhéran a noté : « Nous entamons la troisième étape des tests sur l’homme au mois de mai. »

Selon l’IRNA, la première injection humaine de la première phase des études cliniques du premier vaccin de coronavirus produit par des chercheurs iraniens au Comité exécutif de l’Ordre de l’Imam Khomeiny a été faite sur les volontaires le 29 décembre 2020 en présence du ministre iranien de la Santé.

L’Iran est actif dans le domaine de la production des vaccins humains depuis les années 1920.

Source : IRNA

5-Les Guerres dévastatrices de Jupiter

Devant les députés de la commission de la Défense, le 19 février, la ministre des Armées, Florence Parly a été très claire au sujet de la République populaire de Chine, affirmant que les « ambitions » de ce cette dernière « ne sont plus voilées », son objectif étant de « devenir la première puissance mondiale » avant son centenaire, en 2019.

La Chine « n’hésite plus à imposer son propre système de valeurs et à bafouer certaines règles internationales, notamment celles de la libre circulation dans les airs, et sur la mer » et elle « investit massivement en Indo-Pacifique, jusque dans nos départements, régions et collectivités d’outre-mer, mais aussi en Afrique », a expliqué la ministre.

D’où, d’ailleurs, la mission « Marianne » que vient d’effectuer dans la région Indo-Pacifique le sous-marin nucléaire d’attaque [SNA] Émeraude, accompagné par le Bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain [BSAM] « Seine ». Et cela, jusqu’en mer de Chine méridionale, dont la quasi-totalité est revendiquée par Pékin, sans la moindre considération pour les prétentions territoriales de ses voisins.

Après une édition 2020 perturbée par la pandémie de covid-19, la mission Jeanne d’Arc, dont le coup d’envoi a été donné le 18 février avec le départ du porte-hélicoptères amphibie [PHA] Tonnerre et la frégate légère furtive [FLF] Surcouf, va mettre de nouveau mettre l’accent sur la région Indo-Pacifique.

Mais les guerres de Macron n’en restent pas là : à l’issue d’une réunion avec les ministres de la Défense des États membres, le 18 février, le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a annoncé que la mission de l’OTAN en Irak allait passer de 500 à 4 000 instructeurs.

« Aujourd’hui, nous avons décidé d’élargir la mission de formation de l’OTAN en Irak afin de soutenir les forces irakiennes dans leur lutte contre le terrorisme et de garantir que l’EI [Daech] ne reviendra pas. Note mission passera de 500 à environ 4 000 personnels de manière graduelle », a expliqué Stoltenberg. Et combien de Français y participeront ? Macron ne dit évidemment pas rien aux Français.

Et ce n’est pas tout : ces derniers temps, les avions militaires français semblent s’aventurer de plus en plus dans la région de la mer Noire. Ce 17 février, à en croire le Centre national de gestion de la défense russe, ce sont trois avions militaires français qui ont été interceptés au-dessus de la mer Noire.

« Deux chasseurs Su-27 […] du district militaire du sud ont décollé en alerte pour identifier des “cibles aériennes” et empêcher une violation de la frontière de l’État russe », a-t-il indiqué. « Les équipages des chasseurs russes ont identifié les cibles aériennes comme étant un groupe d’avions de l’armée de l’Air française, composé d’un avion ravitailleur KC-135 et de deux avions tactiques Mirage 2000. Ils les ont suivis au-dessus de la mer Noire », a-t-il ajouté.

 Bref le régime macronien réprime les Français à l’intérieur, eux qui protestent contre une pléthore de lois répressives (loi sécuritaire, séparatisme, reconfinement, passeport vaccinal,...) tout en détournant ces deniers publics vers les fronts de guerre où la France n’a aucun intérêt à s’impliquer…

Add Comments