Iran/Afrique: les retrouvailles géostratégiques

PressTV Français 26 views
Décidément, le corridor anti-sanction US s’élargit. L’Iran et l’Afrique se rapprochent de plus en plus et les dernières évolutions entre les deux parties montrent que ce rapprochement a pris une vitesse sans précédente.

L’actualité en Afrique  :

Ghana : portée par une hausse de 7 % de la production d’or à Wassa, Golden Star atteint ses objectifs révisés pour 2020 

Le Bénin autorise la sélection des prestataires pour la mise en œuvre du projet ePasseport 

Afrique du Sud : 688 millions de dollars pour combattre la Covid-19

Sénégal : le gouvernement ambitionne de numériser les adresses des localités du pays

 

Les analyses de la rédaction  :

Iran/Afrique : les retrouvailles géostratégiques

Décidément, le corridor anti-sanction US s’élargit. L’Iran et l’Afrique se rapprochent de plus en plus et les dernières évolutions entre les deux parties montrent que ce rapprochement a pris une vitesse sans précédent.

Le nouveau directeur général du bureau iranien des pays arabes et africains du TPO, Farzad Piltan, a affirmé que l’organisation redéfinirait sa stratégie afin de permettre à l’Iran de bénéficier des avantages du marché africain.

Il a également annoncé que dans le cadre des plans du gouvernement iranien pour soutenir les exportateurs, et avec l’appui de l’Organisation de développement du commerce d’Iran au sein de la Commission économique du siège africain, l’Iran accordera une ligne de crédit de 200 millions d’euros aux pays africains.

« En conséquence, dans le cadre de ce programme, la relance des activités, des événements et des relations commerciales avec le continent africain dans la période post-corona et post-sanctions, le développement des relations commerciales tels que le transport et la banque, en fournissant de nouvelles installations telles que des lignes de crédit en coopération avec le Fonds national de développement seront dans notre agenda. L’organisation d’expositions et l’échange de délégations commerciales avec les pays africains, en utilisant de nouvelles stratégies et méthodes pour pénétrer les marchés africains, figurent également dans la nouvelle stratégie iranienne en Afrique », a ajouté le directeur général du bureau iranien des pays arabes et africains du TPO, Farzad Piltan.

Il a également ajouté que l’Iran envisage de construire des lignes maritimes directes vers l’Afrique du Nord et du Sud, de développer la route reliant l’Afrique de l’Est à l’Afrique du Sud et de suivre le lancement d’une route aérienne directe vers l’Afrique.

De son côté, lors de sa rencontre avec l’ambassadeur zimbabwéen à Téhéran, Christopher Mapanga, Hossein Amir-Abdollahian, conseiller spécial du président du Parlement iranien pour les affaires internationales a affirmé la volonté des deux pays de renforcer leurs relations et de s’unir afin de contrer les sanctions américaines.

« Les sanctions unilatérales américaines constituent un levier de pression contre les États, dont l’État zimbabwéen. Les colonialistes pillent les ressources de ce continent riche. Mais l’Iran est prêt à renforcer ses liens avec le Zimbabwe et les commissions spécialisées du Parlement iranien dans les domaines économiques et sanitaires sont prêtes à venir en aide au Zimbabwe », a affirmé Hossein Amir-Abdollahian.

L’ambassadeur zimbabwéen à Téhéran a de son côté affirmé la volonté de son pays de se rapprocher davantage de l’Iran et a insisté sur la nécessité de l’essor des relations bilatérales compte tenues des progrès considérables de l’Iran durant ces dernières années dans les secteurs scientifique, défensif et technologique.

De plus en plus de pays africains rejoignent le corridor anti-sanctions que des pays comme l’Iran ont mis en place afin de montrer au monde qu’il n’est pas nécessaire de subir la continuité de la période de l’esclavage et de la colonisation, qui aujourd’hui, a simplement changé de visage et est devenu légale aux yeux des États qui se sont autoproclamés « défenseurs des droits de l’homme dans le monde » !

RCA : Touadéra ne cesse de surprendre !

Le président Touadéra ne cesse de surprendre l’axe colonialiste et continu à défier les plans néocolonialistes.

En Centrafrique, les opérations de reconquête du territoire par l’armée et les alliés bilatéraux se poursuivent. L’armée centrafricaine a repris cette semaine la ville de Bossangoa notamment. Et ce samedi un sommet sous l’égide de la CIRGL devait s’ouvrir à Luanda, mais il est pour la seconde fois repoussé sine die.

Et sur le sujet, la présidence était claire ce vendredi. Si Faustin Archange Touadéra se déplaçait à Luanda ce ne serait que pour affirmer sa position : il n’y aura pas de discussions avec ceux qui ne respectent pas les termes de l’accord de paix. Ceux-là « doivent être arrêtés et traduits en justice », martèle le porte-parole de la présidence. 

Touadéra a depuis longtemps prouvé qu’il n’est pas du genre à se laisser faire et c’est via l’annulation de ce sommet qu’il réaffirme sa position.

En effet, depuis plus de 4 ans, la présence des forces de MINUSMA n’ont mené le pays que vers l’insécurité et la déstabilisation et ont a tenté par tous les moyens de faire pousser le pays dans le chaos et ce, en accusant ses forces armées d’exactions, en fomentant des complots contre les élections présidentielles et en soutenant le putschiste Bozizé… mais tout cela a échoué grâce à l’unité du peuple centrafricain et les bons calculs du mathématicien Touadéra.

Ce détachement par la Centrafrique, de la France et de l’ONU, et aussi le rapprochement avec la Russie reste une pilule difficile à avaler pour ces Occidentaux qui veulent seulement garder le pays dans un chaos afin d’y organiser leur pillage continu des ressources naturelles. La population centrafricaine n’est absolument pas prête à revoir débarquer les nombreux contingents qui prétendent vouloir assurer la sécurité du pays.

Et la force d’occupation est loin de son objectif qui est le renversement du président centrafricain. Doté d’intelligence et en mathématicien habile qu’il est, il a très bien su défausser jusqu’ici tous les calculs de la force d’occupation.

Mali : Dogons/Peuls ; plus unis que jamais

La force d’occupation a peur d’une armée malienne qui compte dans ses rangs des Maliens issus de toutes les ethnies — Touaregs, Peuls, Dogons et autres — et qui fait de la diversité une force et non pas une faiblesse. Eh bien, rien ne semble au profit de cette force d’occupation :

Au Mali, un nouvel accord de paix a été signé jeudi 25 février à Koro, dans le centre du pays. Il concerne les communautés peuls et dogons sous le patronage des communautés mossi et samogo.

« Les seize communes du cercle de Koro sont représentées, notamment grâce à la médiation de l’ONG Centre pour le dialogue humanitaire. Plus de 300 leaders communautaires se sont engagés entre autres à déposer les armes et permettre le retour des déplacés. C’est le quatrième accord de paix signé dans cette partie du Mali, mais c’est la première fois que l’état malien était représenté. 

La présence de l’administration malienne auprès des communautés peuls et dogons, par l’intermédiaire du chef de cabinet du ministre de la Réconciliation nationale et de la Cohésion, a été saluée par les deux camps », lit-on sur RFI.

Cet accord de paix montre encore une fois que la population et l’armée malienne sont soudées et que la junte militaire interposée par Barkhane n’a pas son mot à dire quand il s’agit de la volonté de peuple.

Pendant toutes ces années, la force d’occupation a tenté via le massacre des Dogons et des Peuls de semer la zizanie entre les différentes ethnies au Mali. Mais jamais, ce peuple intelligent n’est tombé dans le piège occidental et il a toujours su que ce sont les forces d’occupations et les terroristes interposés qui sont à l’origine de ces attaques puisque cela fait des siècles que les ethnies maliennes vivent ensemble.

Les plans de démembrement, les tentatives visant à ternir l’image de l’armée et les massacres perpétrés contre les populations innocentes ont tous échoué grâce à la vigilance du peuple malien et la force d’occupation est outrée par le retour en force des forces de l’armée malienne et l’unité du peuple malien.

Tout ceci constitue de terribles défaites pour un G5 Sahel qui tente de se ressaisir via de nouveaux complots, mais cet axe est totalement dans l’impasse et l’évolution des faits au Sahel le prouve clairement.

Add Comments