La réoccupation US de l'Allemagne...

PressTV Français 28 views
Le chef du Pentagone a annoncé une bonne nouvelle à la ministre allemande de la Défense; celle de poster en permanence environ 500 militaires américains supplémentaires dans la région de Wiesbaden dès cet automne.

Au sommaire:

1- Araghchi annonce le début de l'enrichissement à 60% en Iran

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères et le principal négociateur du programme nucléaire de la RII, Seyyed Abbas Araghchi, a annoncé le début de l'enrichissement à 60% en Iran.

Seyyed Abbas Araghchi qui s'est rendu le mardi 13 avril à Vienne pour poursuivre les pourparlers de la commission mixte du Plan global d’action conjoint sur le nucléaire iranien (PGAC, JCPOA, selon son acronyme anglais), a annoncé dans une lettre à l’adresse du directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, le vice-ministre des Affaires étrangères a annoncé l’enrichissement à 60% par l’Iran.

Le diplomate de haut rang a également annoncé que 1 000 centrifugeuses supplémentaires avec 50% de capacité en plus seront ajoutées aux machines de Natanz. A cela s’ajoute le remplacement des machines endommagées.

La 18e réunion de la Commission mixte du PGAC a débuté en ligne le 2 avril 2021, avec la présence des représentants iraniens et des 4+1 (Chine, Russie, France, Royaume-Uni+Allemagne).

La réunion s'est poursuivie sous forme présentielle à Vienne, et deux groupes de travail chargés de la levée des sanctions et des mesures réversibles nucléaires de l’Iran (prises en riposte à la violation par Washington) préparent ce que les États-Unis et l'Iran devraient faire.

Source : IRNA

 

2- Ukraine : la Russie prête à la guerre

La Russie a massé ses troupes le long des frontières des républiques populaires de Donetsk - RPD - et de Lougansk - LPR - une armée deux fois plus grande que celle des républiques autoproclamées.

Les troupes russes sont actuellement déployées le long de la frontière avec les républiques autoproclamées du Donbass. Leur nombre est d’environ 83 000 soldats, soit deux fois plus que la totalité des forces de la RPD et de la LPR, dont environ la moitié en Crimée, péninsule annexée par la Russie en 2014.

Les forces russes représentent pour le moment une menace importante pour les forces armées ukrainiennes, mais Kiev n'a pas l'intention de passer à l'offensive dans le Donbass.

« Pendant six mois, alors que le régime du silence était observé, il n'y a eu que cinq morts de notre côté. Et déjà cette année, en un peu plus de trois mois, 26 soldats ukrainiens ont été tués. Ces tristes statistiques montrent que, l'équilibre est toujours aussi fragile. Le long de la frontière orientale, 40 000 soldats russes sont déjà massés, le même nombre est regroupé en Crimée occupée. Mais vous devez évaluer la situation sobrement et céder à la panique. C'est insensé de sous-estimer la réalité de la menace. Notre ferme conviction est que seules les négociations doivent conduire à la paix. C'est pourquoi nous voulons des négociations au format Normandie et nous avancerons vers la paix par tous les moyens diplomatiques possibles », a déclaré Yulia Mendel, attachée de presse du président ukrainien.

Selon Sergueï Choïgou, les troupes déployées ces trois dernières semaines mènent des « exercices militaires » qui dureront encore deux semaines.

Deux analystes militaires russes interrogés par l’AFP, Vassili Kachine et Alexandre Goltz, ont estimé que ces unités représentaient au moins 100 000 militaires.

Source : Avia.pro

 

3- USA : la réoccupation de l'Allemagne !

La semaine passée, lors d’un entretien avec la presse, la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, fit part de son soulagement après la décision de l’administration Biden de geler le retrait partiel des troupes américaines d’Allemagne, lequel avait été décidé par l’ex-président Trump en juin 2020.

Durant son mandat, l’ancien chef de la Maison-Blanche s’en était régulièrement pris à Berlin, critiquant la faiblesse de ses dépenses militaires, dont le niveau était alors bien loin des 2% du PIB comme cela avait été décidé dans le cadre de l’OTAN en 2014, ainsi que son implication dans le projet russe de gazoduc Nord Stream 2 et sa politique commerciale.

Quoi qu’il en soit, la page des relations tumultueuses entre Washington et Berlin est désormais tournée. Du moins pour le moment. En effet, lors d’un déplacement en Allemagne, le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a annoncé une nouvelle à laquelle Mme Kramp-Karrenbauer ne s’attendait sans doute pas.

Ainsi, ce 13 avril, M. Austin s’est dit « heureux d’annoncer que nous allons augmenter la présence des forces américaines en Allemagne. » Et d’ajouter : « J’ai informé la ministre [allemande] de notre intention de poster en permanence environ 500 militaires américains supplémentaires dans la région de Wiesbaden dès cet automne. »

« Ce sont des soldats [américains] bien payés. Ils vivent en Allemagne, ils dépensent des tonnes d’argent en Allemagne. Partout autour de ces bases, c’est très riche. L’Allemagne en profite », avait lâché Donald Trump sans vergogne.

Actuellement, la base de Wiesbaden [« Lucius D. Clay Kaserne »] abrité le quartier général de l’US Army en Europe ainsi que des unités spécialisées dans la collecte du renseignement [66th Military Intelligence Brigade] et les télécommunications [2nd Signal Brigade].

Source : Opex.360

 

4- Covid-19 réarmé, la bio-attaque se poursuit

Un cauchemar biologique. Les variants P.1 et B.1.1.248 du SARS-CoV-2 pourraient non seulement rendre les vaccins à ARN messager totalement inopérants mais mettre fin à l’immunité collective acquise naturellement par certaines populations.

Un cauchemar géostratégique. La montée de fièvre militariste en Ukraine et le déploiement inédit des forces spéciales de l’OTAN autour du sanctuaire russe peuvent provoquer une violente réaction de Moscou.

Idem au détroit de Formose, où les unités de surface des marines de guerre chinoise et américaine se font face.

Cauchemar économique. La planche à billets n’est plus seulement à plein régime : elle explose avec les packs stimulus à coup de trillions de dollars. L’inflation.

Ainsi donc on se dirige tout droit vers une configuration idéale d’une infection=un décès assuré.

On nous a assuré que l’avenir sera aussi brillant que les feux des explosions des charges à neutrons qui s’abattront à vitesse hypersonique sur d’autres cobayes humains envoyés à une mort assurée.

La guerre des crypto monnaies fait rage tandis que les économies réelles s’effondrent.

Les populations ne savent pas encore que le monde dans lequel elles vivaient vient de disparaître par effraction. Chaque individu s’accroche à sa bouée de sauvetage ou s’enfonce dans un délire peu déviant par rapport la diffraction du réel en cours.

Partout ailleurs, c’est la bêtise humaine et les extrêmes, signes manifestes de la débilité, qui l’emportent.

L’Empire s’est suicidé. Thanatos s’est réveillé. Est-ce la fin de l’homme? Ou est-ce le début d’une nouvelle ère avec les incertitudes des débuts? La manipulation des génomes et des monnaies nous a menés vers ce cauchemar où le mensonge ne pourra éluder la mort.

Pour le commun des mortels qui croient vivre, rien ne changera car ils sont déjà dans la nasse.

Le variant brésilien P.1. Serait apparu en Amazonie. La guerre biologique dure depuis plus d’un an. Elle n’a pas encore abouti à une configuration mortelle d’une infection=un décès comme ce fut le cas de la Peste noire au 14ème siècle. Mais certains y rêvent. La nature n’a pas dit son dernier mot.

Reste la confrontation. Celle-ci permettra une redistribution des cartes. La dernière simulation d’un conflit thermonucléaire global laissait entrevoir la possibilité d’une victoire dans un monde où il y aurait plus de six milliards de survivants. Le bilan d’un tel conflit est évalué à 900 millions de victimes directes et indirectes.

Le tabou de l’arme nucléaire était basé sur un mensonge utile. Il ne l’est plus.

Le Grand jeu risque de se transformer en un massacre à la tronçonneuse…

Source : WordPress

 

5- La Chine perce la furtivité du F-35 ?

La presse américaine s’est intéressée aux jeux d'entraînement militaire initiés par le département américain de la Défense. Il s'agit d'une variante du développement d'éventuelles opérations militaires avec l'implication de sous-unités dans une version virtuelle.

La revue Defence News cite une déclaration du lieutenant général de l'US Air Force Clinton Hinote, qui propose de ne pas inclure les chasseurs F-35A dans ce genre de jeux.

Le projet en question concerne notamment l'opération de « Soutien à Taiwan face à l'agression militaire de la Chine ».

Le général Hinote a noté qu'il avait des doutes sur l'utilisation du F-35A au cours des hostilités sur un territoire frontalier avec « un ennemi pratiquement égal en termes militaires ». Auparavant, le Congrès américain avait émis des doutes sur la nécessité de poursuivre le développement du programme F-35.

Selon le général américain, une telle victoire à Taiwan deviendra une victoire à la Pyrrhus, car pour y parvenir, il faudra impliquer du matériel qui n'a pas encore été utilisé, comme par exemple le F-35A Block 4, équipé d’armes et d’un système radar de guerre électronique dernier cri. Ce chasseur bombardier est actuellement en cours de développement.

Le général a également mentionné la portée limitée du F-35A et a souligné que l'utilisation de réservoirs de carburant supplémentaires lui octroierait furtivité et maniabilité. Il est peu probable que le F-35A soit en mesure de faire le plein en vol pendant l'opération du Pentagone « Soutien à Taiwan contre la Chine ».

Dans ce jeu d’entraînement à la guerre, le Pentagone ne nie pas la possibilité pour la Chine d'utiliser des armes bactériologiques si une guerre éclatait dans le bassin indo-pacifique. Selon le secrétaire d'État américain Anthony Blinken, la pandémie de coronavirus est la conséquence de « l'irresponsabilité de la Chine ». Il a accusé Pékin de dissimuler l'origine de la Covid-19.

Source: Avia.pro

Add Comments