Clash Russie/USA sur le front pacifique

PressTV Français 51 views
« Pour identifier une cible aérienne et empêcher la violation de la frontière de l’État russe, un MiG-31 a décollé depuis un aérodrome de la région du Kamtchatka. L’équipage du chasseur russe a identifié la cible comme étant un avion de reconnaissance stratégique RC-135 de l’US Air Force et l’a escorté au-dessus de l’océan Pacifique », a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Au sommaire :

1-Iran : le premier lot d’uranium enrichi à 60 %

Les scientifiques iraniens ont réussi à produire le premier lot d’uranium enrichi à 60 % du pays à Natanz quelques jours après que cette installation nucléaire a été victime d’une attaque terroriste, ont déclaré de hauts responsables.

Un enrichissement à 60 % est actuellement en cours à l’installation nucléaire de Shahid Ahmadi Roshan à Natanz, a déclaré vendredi le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Ali Akbar Salehi.

Salehi a déclaré que tout niveau d’enrichissement est désormais possible pour l’Iran, ajoutant que malgré le récent sabotage, l’enrichissement se poursuit dans l’installation de Natanz.

Il a déclaré que l’enrichissement à 60 % avait été achevé en deux jours. « La production d’uranium enrichi à 60 % se poursuit actuellement au rythme de 9 grammes par heure », a déclaré Salehi.

L’enrichissement de 20 pour cent qui était déjà en cours dans l’installation se poursuit parallèlement à l’enrichissement de 60 pour cent, a-t-il dit, ajoutant que « le site de Natanz est toujours debout et avance vigoureusement ».

« L’un des éléments dissuasifs est la disponibilité de nos jeunes pieux qui résolvent immédiatement le problème chaque fois que l’ennemi crée un accident et font également quelques pas en avant », a déclaré Salehi.

Source : IRNA

2- Biden à Netanyahu : « cesse ton bavardage ! »

Les États-Unis avertissent Israël de mettre fin aux bavardages « dangereux et préjudiciables » sur l’attaque de Natanz.

Washington a déclaré à Israël en des termes non équivoques que le “bavardage” sur son implication présumée dans l’explosion de la centrale nucléaire de Natanz au début de cette semaine doit cesser, avertissant que cela est dangereux et préjudiciable ainsi que gênant pour l’administration Biden alors qu’elle tente de négocier un retour à l’accord nucléaire avec Téhéran, a rapporté vendredi la Douzième chaîne.

Des responsables israéliens se sont déclarés préoccupés par le degré inhabituel auquel Israël s’est permis d’être lié à l’attaque du site nucléaire.

Ces responsables qui ont gardé l’anonymat se demandent si les fanfaronnades accrues étaient une tentative d’affecter les négociations nucléaires à Vienne, ou peut-être un effort du Premier ministre pour utiliser l’Iran à des fins politiques internes.

Mais il y a eu beaucoup de confirmations anonymes dans les médias israéliens et étrangers diffusées par des responsables du renseignement non identifié, avec des comptes rendus détaillés sur l’attentat à la bombe qui aurait coupé l’alimentation électrique des centrifugeuses et causé pour certaines d’entre elles d’importants dégâts.

Israël reste normalement totalement silencieux sur les exploits secrets de ses services de sécurité, et la censure militaire d’Israël empêche systématiquement la publication de ces détails, obligeant les médias locaux à citer des rapports de médias étrangers, mais cela ne s’est pas produit cette fois.

L’Iran a directement blâmé Israël pour l’attaque et a juré de se venger.

3- Face-à-face MiG-31 russe/RC-135 US

 “Pour identifier une cible aérienne et empêcher la violation de la frontière de l’État russe, un MiG-31 fut décollé depuis un aérodrome de la région du Kamtchatka. L’équipage du chasseur russe a identifié la cible comme étant un avion de reconnaissance stratégique RC-135 des US Air Force et l’a escorté au-dessus de l’océan Pacifique”, a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué et d » ajouter que les Russes ont agi « en stricte conformité avec les règles internationales d’utilisation de l’espace aérien ».

Le MIG-31 a regagné en toute sécurité son aérodrome d’attache après avoir éloigné l’avion américain de la frontière russe.

Une vidéo de l’interception a été publiée par le ministère. L’avion américain vu dans la vidéo peut être identifié comme une variante spécifique du RC-135 connue sous le nom de RC-135V/W Rivet Joint.

Le RC-135V/W est la principale plateforme de renseignement sur les signaux aéroportés (SIGINT) de l’US Air Force. L’avion est équipé de capteurs capables de détecter, d’identifier et de localiser des signaux dans tout le spectre électromagnétique.

Des avions-espions américains volent régulièrement le long de la frontière russe. Récemment, les États-Unis ont étendu leurs opérations de renseignement aérien sur la côte syrienne, où se trouvent deux bases militaires russes.

Source : South Front

4-Biden se retire d’Afghanistan ?

Le président Biden a annoncé, le 14 avril 2021, le retrait des troupes US d’Afghanistan.

Cependant, il ne s’agit pas là de l’application du programme de son prédécesseur (retrait des troupes et arrêt de la « guerre sans fin »). Joe Biden n’a d’ailleurs jamais évoqué l’abandon de la stratégie Rumsfeld/Cebrowski.

Selon le secrétaire à la Défense, le général Lloyd Austin, les États-Unis continueront à payer les salaires de l’armée et de la police afghanes et devraient prendre en charge l’équipement de l’armée de l’Air et des Forces spéciales. Il ne s’agirait pas à proprement parler d’un « retrait », mais d’une « opération de rétrogradation ». Le Pentagone ayant la volonté de redéployer ses soldats sur d’autres fronts.

Il semble que le Pentagone entende poursuivre la « guerre sans fin » en Afghanistan à la manière dont il l’a débutée au Liban : sans troupes US, en jouant uniquement sur les divisions locales.

Au passage, on a entendu un mensonge de plus : selon le président Biden et le secrétaire d’État Blinken, les États-Unis ont tenu leur promesse. Ils ont « traduit en justice Oussama Ben Laden » (sic).

Source : Voltaire.net

5- L’AstraZeneca danois refilé à des pays « pauvres » ?!

Suite à la suspension de l’AstraZeneca au Danemark : les lots inutilisés ont pris le chemin des pays « pauvres »… ?

La responsable de la santé danoise est tombée dans les pommes lors de l’annonce de la suspension par le Danemark du vaccin AstraZeneca.

La responsable, Tanja Erichsen, s’est subitement évanouie à l’annonce de la suspension du vaccin très controversé. Est-ce un cumul de fatigue ? Une émotion trop forte ou le résultat de pressions occultes et parfois impossibles à supporter émanant de certains lobbies et autres groupes d’intérêt nichés à tous les échelons du pouvoir ? A-t-elle été vaccinée à l’AstraZeneca ? On ne le saura jamais.

Aucune explication officielle n’a été rendue publique suite à cet incident.

Contrairement à ce que publie chaque année l’organisation Transparency International, le Danemark est un pays où la corruption et le chantage demeurent des outils de gestion dans les domaines politique et économique, même si à des degrés moindres comparativement à des pays des pays comme la France ou, pire, l’Italie, champions d’Europe en la matière.

Dans le cas danois, ce pays nordique est quasiment la propriété exclusive de trois familles liées à la Trilatérale et au Groupe informer de Bilderberg.

Autre fait cocasse, mais normal en ces temps troublés, le Danemark a décidé de se débarrasser des doses de vaccins d’AstraZeneca qu’il a jugé dangereuses pour la vie des danois en les fourguant à des pays « pauvres » (avec une « prime de 10 % pour les élites corrompues de ces pays).

Le racisme structurel est bien présent au Danemark, mais en arriver à ce stade de mépris de la vie humaine dans les pays dits pauvres est un signe des temps. Au moins il n’y a aucun déni en la matière (en France, les racistes haineux arborent toujours un rire jaune, quelques amabilités malgré un visage qui se tord de haine, mais ils nient énergiquement tout racisme jusqu’au jour où le malheureux objet de la haine tombe sous leur pouvoir dans le cadre d’une structure sociale ou d’un contrat, mais le déni persiste jusqu’au bout même après un coup vicieux).

Hormis les pays d’Amérique centrale et du Sud, les pays « pauvres » qui recevront les lots inutilisés du vaccin AstraZeneca enregistrent les taux de contamination au SARS-CoV-19 les plus bas. Cela rappelle les lors inutilisés de la grippe H1N1 vendus par millions de lots et qui n’ont servi finalement qu’à augmenter les bénéfices de ce que l’on appelle parfois le Big Pharma et dans la foulée, enrichir par la corruption pas mal d’intermédiaires.

Ainsi va la vie !
Source : Strategika 51

Add Comments