Des F-35 à bombarder la Russie ! E-Press du 20 avril 2021

PressTV Français 41 views
Le ministère britannique de la Défense a désigné nommément les types de navires de guerre ayant mis le cap sur la mer Noire.

Au sommaire :

1-Riyad/Téhéran : le dégel ?

L’ambassadeur d’Iran à Bagdad, Iraj Masjedi, a déclaré mardi que Téhéran reconnaissait la médiation du gouvernement irakien pour désamorcer les tensions régionales.

Masjedi a déclaré dans une interview exclusive avec IRNA que la présence militaire américaine en Irak n’est pas dans l’intérêt des nations de la région et que la résolution adoptée par le parlement irakien l’année dernière exige clairement la sortie des États-Unis d’Irak.

Masjedi a souligné que l’Iran soutenait également l’élargissement des liens entre l’Irak et le monde arabe, Bagdad méritant de restaurer son statut politique parmi le monde arabo-musulman. Certains États d’Asie occidentale qui ont tenté d’aggraver la situation avec l’Iran ces dernières années ont indiqué qu’ils étaient disposés à la désescalade, a déclaré le diplomate.

Interrogé sur la position de l’Iran concernant les prochaines élections en Irak, l’ambassadeur a souligné que l’Iran respectait le peuple irakien et ses votes et qu’il soutiendrait également le prochain gouvernement formé par le parlement.

Citant les troubles en Irak l’année dernière, Masjedi a déclaré que les élections anticipées étaient nécessaires et d’une grande importance. Il a déclaré que les relations Iran-Irak étaient excellentes, car des responsables des deux pays au cours de plusieurs visites au plus haut niveau, y compris le chef de la justice iranienne, avaient rencontré leurs homologues irakiens ainsi que le président, le Premier ministre et le président du Parlement, le tout au cours de cette année passée.

Selon Masjedi, l’Iran continuera d’exporter du gaz et de l’électricité vers l’Irak, mais Téhéran s’attend à ce que le gouvernement irakien améliore le paiement de ses dettes.

Source : IRNA

2-France : les dépenses militaires en hausse

L’État français a constitué plusieurs groupes d’experts pour étudier toutes les éventualités. Notamment la question de l’acceptabilité par les citoyens d’un nombre élevé de morts, jamais égalé depuis la Seconde Guerre mondiale. À cet égard, les pays ciblés par cette « guerre de haute intensité » ne sont pas nommément désignés. Cependant tous les experts s’accordent à citer la Russie, la Turquie ; voire aussi, l’un des pays de l’Afrique du Nord. 

Or, sous sa présidence les dépenses militaires auront augmenté de 46 %, passant de 32 milliards en 2017 à plus de 50 milliards d’euros à l’issue de son mandat. Bien éloigné du prétendu renouvellement démocratique claironné par Macron, ce dernier a donné une dimension militariste à son régime, par l’augmentation exponentielle du budget de l’armée (confirmant la préservation de la centralité du complexe militaro-industriel, fleuron de l’impérialisme français) et le durcissement autoritaire du pouvoir, matérialisé par la militarisation de la société, inaugurée par la répression sanglante du mouvement des Gilets jaunes, parachevée par la dictature sanitaire instaurée à la faveur de l’apparition de la pandémie du Covid-19. 

L’ère de la guerre totale est ouverte. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Hitler avait déclaré, en guise de justification de l’entrée en guerre de l’Allemagne étranglée par le blocus économique imposé par les « Alliés » : « l’Allemagne doit exporter ou périr ». La France semble renouer avec cet agenda militariste : « La France doit conquérir ou périr ».

Source : les7duquebec.net

3-Monde post-COVID : la pire imposture sioniste

Le modèle israélien : leader du monde libre post-COVID

Nous y sommes : voici une nouvelle corde à l’arc du fameux modèle israélien qui est censé être bénéfique pour nous. On était habitué à d’autres thématiques à répliquer jusque-là, notamment au sujet du terrorisme. Comme quoi, il n’était pas si farfelu de suggérer un prolongement logique structurel entre le terrorisme spectaculaire et le Covid-19 en tant que justifications d’une restriction des libertés individuelle au profit d’un État policier totalitaire. Maintenant, nous savons en plus que le vaccin Pfizer est le nouveau rédempteur des nations… avec les Israéliens comme preuve et peuple intermédiaire. Halélouia !

Le journal Le Monde : « Avec la moitié de sa population vaccinée contre le Covid -19, Israël lève l’obligation du port du masque à l’extérieur. »

Par contre, il va falloir une troisième dose aux cobayes israéliens ; histoire de confirmer tout cela en double aveugle ! Fait notable : le PDG de Pfizer suggère que le Covid-19 pourrait devenir comme la grippe… et grâce à lui bien sûr ! En fait, c’est déjà le cas avec 0,003 % de mortalité (Santé Publique France) et cela fait un an qu’on le dit !

Le journal, Les Échos : Exclusive - Le PDG de Pfizer : « un retour à la vie normale possible à l’automne ».

Alber Bourla, le patron du géant pharmaceutique américain, se montre optimiste sur la capacité des vaccins à enrayer la pandémie et il promet des milliards de doses au cours des années à venir. Il prie que « cette épidémie va devenir comme la grippe. Nous serons vaccinés et nous aurons une vie normale ». Il évoque la possibilité d’une troisième dose nécessaire. 

Vu le nombre d’informations « complotistes » s’étant révélées vraies quelques mois après leurs diffusions, ces derniers temps, je suggère de garder au minimum l’esprit ouvert. « 60 à 70 % des victimes britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment vaccinées ?

En effet, plusieurs sources assurent qu’au Royaume-Uni “60 à 70 % des victimes de la troisième vague étaient des personnes vaccines, citant un rapport officiel, on se donne donc rendez-vous pour la quatrième vague, le quatrième confinement et la quatrième dose.

Source : Réseau international 

4-KF-21 : du dumping américain contre le Rafale ?

Les Sud-Coréens ont présenté leur futur chasseur multirôle, le KF-21. Développé conjointement avec l’Indonésie sous le patronage des Américains, l’appareil devrait voler dès l’année prochaine et entrer en service en 2026. Grâce à une industrie coréenne capable de casser les prix, il risque de faire de l’ombre au Rafale.

Voilà bien une chose dont se serait passé Dassault Aviation : l’arrivée d’un nouvel acteur dans le club très restreint des concepteurs de chasseurs de génération 4+. Début avril, Korean Aerospace Industries (KAI) a présenté en grande pompe son dernier né : le KF-21 (pour Korean Fighter, 21th Century), lors d’une cérémonie en présence du Président sud-coréen Moon Jae-in.

Surnommé Boramae (‘jeune faucon’ en coréen), ce chasseur développé depuis 2011 en partenariat avec l’Indonésie et avec le concours de Lockheed-Martin permet à l’industrie aéronautique du pays du Matin calme de s’inviter dans la cour des grands. ‘On passe vraiment à la catégorie supérieure’, insiste Jean-Vincent Brisset auprès de Sputnik. Le général (2S) de brigade aérienne compare le KF-21 au T-50 Golden Eagle, le précédent et tout premier aéronef supersonique développé par la Corée dans les années 1990.

Avec une entrée en service prévue pour 2026, l’appareil multirôle monoplace devrait concurrencer l’Eurofighter Typhoon, le Grippen suédois et, bien sûr, le Rafale sur les marchés. Premier gros avantage du chasseur coréen par rapport à ses homologues européens : sa conception récente.

‘Le Rafale est un appareil des années 1980, on est parti sur l’architecture de base qui était possible à l’époque. Celle-ci est évolutive, mais pas autant que l’architecture d’un gros avion comme le F-15’, développe le général Brisset, chercheur associé à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS).

Reste à savoir si cette fraîcheur peut contrebalancer les capacités en opération dont le Rafale a su faire preuve depuis son entrée en service au début des années 2000. Le KF-21 peut en tout cas compter sur un autre argument de taille face au fleuron de l’industrie aéronautique française : son prix. L’appareil dont KAI espère vendre quelques 120 exemplaires d’ici 2032, est annoncé autour des 65 millions de dollars pièce… bien loin des 100 millions d’un Rafale. ‘S’ils réussissent à maintenir leur prix, ce sera un concurrent très dur pour le Rafale’, assure l’invité de Sputnik.

Source : Sputnik

5-Des F-35 pour bombarder la Russie 

Le ministère britannique de la Défense a désigné nommément les types de navires de guerre ayant mis le cap sur la mer Noire.

Le ministère britannique de la Défense MOD confirme d’abord l’information précédemment diffusée selon laquelle il s’agirait d’un destroyer et d’une frégate de la Royal Navy, le MOD, précisant en outre que la Grande-Bretagne enverra également une frégate de type 28 avec un déplacement d’environ 5000 tonnes et un destroyer de type 45 avec un déplacement de 7500 tonnes vers la mer Noire.

Selon Avia pro, ‘les frégates de la Royal Navy de ce type sont habituellement armées de missiles antinavires américains Harpoon et de systèmes de missiles antiaériens britanniques Sea Wolf.’

Et le portail d’actualité militaire russe d’ajouter : ‘Les destroyers modernes de type 45 sont équipés de systèmes de défense aérienne PAAMS avec une portée allant jusqu’à 80 km pour les cibles aérodynamiques et le système d’artillerie antiaérienne embarqué Phalanx CIWS qui est utilisé pour détruire les systèmes de missiles antiaériens se déplaçant à des vitesses allant jusqu’à Mach 2’.

Citant le commandement du Royaume-Uni, la presse britannique écrit que les chasseurs F-35 à bord du porte-avions ‘Queen Elizabeth’ seront ‘en état d’alerte’.

D’après une déclaration de la marine britannique ‘Les chasseurs furtifs F-35, basés à bord du porte-avions Queen Elizabeth, sont prêts à soutenir les navires de la marine britannique en mer Noire à tout moment.’

En effet, il est à noter que le porte-avions de la marine britannique se trouve actuellement en Méditerranée. Il a d’abord été envoyé dans la région du Pacifique ‘pour contenir la Chine’.

Mais dans une décision de dernière minute, Londres a pris la décision de ‘contenir’ à la fois et la Chine et la Russie grâce au soutien d’un groupe de porte-avions.

Inutile de dire que pour des raisons pratiques, il est impossible d’atteindre ces deux objectifs en même temps, et c’est pour cette même raison que le MOD a reporté la décision de ‘quitter la Chine’.

La Presse britannique s’explique : ‘Pendant que le ministère de la Défense insiste sur le fait que le déploiement est prévu selon un agenda commun, ce conflit se déroule dans le contexte d’un conflit probable entre l’Ukraine et la Russie. Et donc non pas entre l’Ukraine et la chine.’

Les troupes russes se sont effectivement massées le long de la frontière ukrainienne, et c’est dans de tels contextes que des affrontements entre les forces armées ukrainiennes et des séparatistes pro-russes dans l’est du pays ont eu lieu.

Le chroniqueur de Reuters a rappelé que le président américain avait refusé d’envoyer des navires de guerre de la marine américaine en mer Noire après une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine.

C’est marrant, le concept de la coalition chez les Anglo-saxons ! La presse britannique rapporte une méga arnaque US contre Sa Majesté en ces temps de guerre ukraino-otanienne contre la Russie. Ainsi la Royal Navy avec sa flotte F-35 aurait reçu l’ordre de partir en mer de Chine avant qu’en pleine route, sa destination ne change et qu’elle ne se trouve nez à nez avec la redoutable flotte de combat russe !

Avec Avia.Pro

Add Comments