Afghanistan : l'Eurasie reprend ses droits ! (e-Press)

PressTV Français 80 views
E-Press du 31 août 2021

 

◾ En se précipitant hors d'Afghanistan, les États-Unis ont laissé un butin inestimable de près de 85 milliards de dollars, dont des armes de pointe et du matériel militaire le tout tombant directement entre les mains des talibans. Le retrait américain donne-t-il un coup de fouet à l'alliance militaire eurasienne naissante Sion-Russie ?

 

▶ Au sommaire :

 

1-Vente de pétrole : Raïssi normalise !

2-Armée iranienne: la leçon afghane?

3- Affaire de l'aéroport Hamid Karzaï : le Pentagone au courant

4-Afghanistan: l'OTAN échoue aussi

5- Afghanistan : l'Eurasie reprend ses droits !

 

__________________________

1-Vente de pétrole : Raïssi normalise !

Le président a donné la priorité à la vente de pétrole et à la libération d'avoir iraniens à l'étranger parmi les questions urgentes :

Le président iranien Ebrahim Raisi a appelé son équipe économique à se recentrer sur les efforts pour vendre du pétrole et assurer le déblocage des fonds du pays à l'étranger, a rapporté le 30 août l'agence de presse iranienne Tasnim.

S'exprimant lors d'une session du cabinet dimanche soir, le président Raisi a déclaré que les problèmes urgents que les structures iraniennes doivent résoudre immédiatement et sérieusement sont la vente de pétrole et le retour de ressources financières injustement bloquées par d'autres pays. Il a également réaffirmé que la résolution des problèmes économiques ne devrait pas dépendre de la levée des sanctions.

L'administration devra chercher des moyens de lever les sanctions, mais elle ne doit pas conditionner ces efforts pour atténuer les problèmes économiques qui en résultent, a-t-il déclaré, ajoutant : « Nous agirons de manière à pouvoir gouverner le pays même sous sanctions par le biais d’une économie de résistance tout en s'appuyant sur les capacités nationales.

Raïssi a en outre souligné la nécessité d'une action sérieuse pour lutter contre la corruption à tous les niveaux du système administratif du pays et rétablir la justice dans tous les secteurs.

Dans des remarques pertinentes lors d'une réunion à laquelle ont participé samedi des membres du cabinet, le chef de la Révolution islamique, l'ayatollah Seyed Ali Khamenei, a souligné que la diplomatie étrangère du pays devrait être plus active, en particulier sur les questions liées à la diplomatie économique.

Le chef suprême du RII a également souligné que la diplomatie du pays ne devait pas être éclipsée par la question nucléaire.

Il a souligné que les Américains ont dépassé toutes les limites de l'impudence et de l'audace concernant les négociations nucléaires, ajoutant : « Ce sont eux qui se sont retirés du JCPOA, mais ils parlent comme si c'était l'Iran qui s'était retiré du JCPOA.  En fait, ce sont eux qui se sont moqués des négociations. Les Européens ont agi de la même façon

Source: Tasnim

 

2-Armée iranienne: la leçon afghane?

Le chef d'état-major des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Baqeri, a déclaré que les États-Unis avaient subi une "défaite humiliante" en Afghanistan qui a conduit à leur retrait après des années d'atrocités dans le pays.

Il a fait ces remarques dimanche, deux semaines après l'effondrement du gouvernement et de l'armée afghans face aux avancées rapides des talibans sur le terrain, que beaucoup attribuent au retrait irresponsable des forces étrangères dirigées par les États-Unis dans le pays.

Des centaines de personnes attendent toujours d’être évacués à l'aéroport international de Kaboul alors que la date limite de mardi pour le retrait de toutes les troupes américaines approche.

« Des criminels américains ont déployé des troupes dans la région sous divers prétextes, y compris les attaques suspectes du 11 septembre », a déclaré Baqeri.

"Les États-Unis n'ont pas quitté la région depuis 42 ans, et au fil du temps, ils concoctent de plus en plus de conspirations et de menaces contre la région.

" Le général a dit que ce qui se passe en Afghanistan est une tragédie et que les États-Unis sont derrière.

« Les États-Unis ont occupé l'Afghanistan avec beaucoup de meurtres, de pillages et de nombreux autres crimes, mais ont laissé le pays avec une défaite humiliante.

Cela a laissé le peuple opprimé de ce pays en proie à des problèmes, des troubles sans aucun avenir clair », a-t-il déclaré.

« Malgré plus de 2 000 milliards de dollars dépensés en Afghanistan, les États-Unis ont transformé l'armée nationale afghane en une force inutile et flasque avec une apparence glamour et un équipement apparemment avancé qui, selon leurs propres mots, a cédé devant un groupe d’insurgés pendant 11 jours seulement. "

 

3- Affaire de l'aéroport Hamid Karzaï : le Pentagone au courant

Le Pentagone aurait su des heures avant qu'une attaque sanglante contre l'aéroport de Kaboul était en préparation

L'attentat du 26 août qui a transformé l'aéroport de Kaboul en bain de sang n'a pas tant surpris le commandement américain, car il savait déjà qu'un "événement avec de nombreuses victimes" allait se produire, précise Politico, qui affirme avoir consulté des documents secrets pour le confirmer.

Le Pentagone était au courant d'une attaque près de l'aéroport de Kaboul quelques heures avant l'explosion, écrit le média politique Politico, se référant à des documents top secrets.

Il a déclaré que 24 heures seulement avant que le kamikaze ne fasse exploser son engin explosif près de l'aéroport le 29 août, de hauts responsables militaires américains étaient en réunion pour discuter de la manière de gérer la situation en Afghanistan.

Selon les documents, le chef du Pentagone Lloyd Austin a appelé plus d'une douzaine de hauts fonctionnaires du ministère à travers le monde à se préparer à un "événement avec de nombreuses victimes".

L'un des dirigeants a avancé d'importantes informations de renseignement qui affirmaient que Daech* en Afghanistan préparait une "attaque complexe".

Les hauts fonctionnaires ont donc tiré la sonnette d'alarme et se sont préparés à une attaque potentielle qu'ils avaient réduite à un nombre limité de cibles possibles et dans un délai de 24 à 48 heures, des estimations qui par hasard se sont avérées extrêmement précises.

La suite de l'histoire avec spoutnik :

Alors que les commandants de Kaboul ont évoqué que l’Abbey Gate, où les citoyens américains avaient été invités à se rassembler pour accéder à l'aéroport, était « le plus grand risque », et ont détaillé leurs plans pour protéger l'aéroport, les commandants ont décidé de garder la porte ouverte plus longtemps qu'ils le voulaient.

Cela a été dicté par une tentative de permettre à leurs alliés britanniques, qui avaient accéléré leur calendrier de retrait, de continuer à évacuer leur personnel, basé à l'hôtel Baron.

« Je ne crois pas que les gens aient une quantité incroyable de risque au sol », avait alors lancé Lloyd Austin à en croire les documents consultés par Politico.

Un jour avant l’attaque meurtrière, le mercredi 25 août, Lloyd Austin a lancé la discussion en disant que les menaces augmenteraient dans les prochaines 24 à 48 heures, et a donné pour instruction à son équipe de rester axée précisément sur l’évacuation des citoyens américains de la ville. La veille, les forces américaines et de la coalition avaient transporté au total 19.000 personnes de Kaboul, a déclaré le Pentagone.

 Dans la semaine qui a précédé l'attaque, le Président états-unien et son administration ont parlé à plusieurs reprises en public de la menace générale que Daech* faisait peser sur l'aéroport. Joe Biden a même cité cette menace comme une raison de ne pas prolonger la mission militaire au-delà du 31 août.

Le Président a, en outre, prévenu ce week-end qu'une nouvelle attaque de Daech* était « très probable ». Ces pronostics ont été suivis par les bombardements des États-Unis dimanche 29 août contre un véhicule conduit par un kamikaze qui fonçait vers l’aéroport de Kaboul.

Le premier attentat lors du retrait des troupes américaines et de leurs alliés d’Afghanistan, que les États-Unis n’ont pas réussi à empêcher, était une série d’explosions qui se sont produites le 26 août 2021 près de l'aéroport de Kaboul. Cette attaque a été revendiquée par l’État islamique* au Khorasan. Elle a fait plus de 170 morts, dont 13 militaires américains.

Le 29 août, l’armée des États-Unis a ciblé une voiture conduite par un kamikaze à Kaboul, après qu’une nouvelle explosion a été entendue près de l’aéroport. La frappe a été effectuée par un drone.

Enfin, ce lundi 30 août, les États-Unis ont intercepté cinq roquettes tirées dans la matinée sur l’aéroport de Kaboul. Cette attaque a plus tard été revendiquée par Daech*.

Source : Sputnik

 

4-Afghanistan: l'OTAN échoue aussi

Lors des opérations d'évacuation de ressortissants étrangers et de civils afghans susceptibles d'être menacés par les talibans, désormais maîtres de l'Afghanistan, les pays européens ont pu donner l'impression d'avoir agi en ordre dispersé, sous la houlette des États-Unis sans lesquels ils se seraient compliqués la vie

Certes, les talibans sont désormais les maîtres absolus de l'Afghanistan, les pays européens ont pu donner l'impression d'avoir agi en ordre dispersé, Chacun a ainsi lancé sa propre mission d'exfiltration, déployant ses propres forces de protection à Kaboul, en plus des 6 000 soldats américains affectés à assurer la sécurité de l'aéroport.

Dans une interview accordée au « Corriere della Serra » le 30 août, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a déclaré que l'Union européenne [UE] doit « tirer les leçons de cette expérience ».

« Tous les pays de l'UE présents en Afghanistan se sont mobilisés autour de l'aéroport de Kaboul ces dernières semaines. Ils coopéraient entre eux et partageaient leur capacité de transport.

Mais en tant qu'Européens, nous n'avons pas pu envoyer 6 000 soldats […] pour sécuriser la zone.

Les États-Unis l'ont été », a déclaré Borrell.

Il appelle donc à la création d'une "force de réaction rapide" européenne permanente capable d'agir en cas d'urgence. "L'UE doit pouvoir intervenir pour protéger nos intérêts lorsque les Américains ne veulent pas être impliqués", a fait valoir Borrell, estimant qu'une telle unité devrait être capable de mobiliser "5 000 soldats" à court terme.

Une telle proposition avait déjà été faite en mai dernier par quatorze pays membres de l'UE, dont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, l'Autriche, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Grèce, Chypre, la République tchèque, le Portugal, l'Irlande et la Slovénie.

Le ministre des Affaires étrangères de l'UE appelle à une force européenne de réaction rapide. Mais à quoi bon l'OTAN alors ?!

L'idée était alors de créer une force de 5 000 hommes, dotés des moyens de transport nécessaires pour les transporter, avec leur matériel, vers un théâtre d'intervention donné.

Et il pourrait aussi être mis à disposition des Nations unies... et de l'OTAN.

Plusieurs initiatives visant à doter l'UE d'une capacité militaire de réaction rapide ont été avancées par le passé... et aucune ne s'est réellement concrétisée. Il existe bien les « groupes tactiques » européens [GTUE]. Créés en 2007 et placés en alerte alternative, ils n'ont jamais été sollicités depuis leur création… faute d'accord entre les pays contributeurs.

Source : opex360.com

 

5- Afghanistan : l'Eurasie reprend ses droits !

Le retrait américain donne-t-il un coup de fouet à l'alliance militaire eurasiatique naissante Sion-Russie ?

En quittant l'Afghanistan en toute hâte, les Etats-Unis ont laissé un butin inestimable d'environ de 85 milliards de dollars, dont des armes de pointe et des équipements militaires le tout tombant  directement entres les mais des talibans.

Le Sunday Times a publié une infographie illustrative très intéressante et évocatrice, montrant le nouvel équipement que les talibans ont saisi.

Un bref coup d'œil nous montre que le groupe va désormais bénéficier de toute une longue liste d'équipements militaires dont plus de 22.000 Humvee, 42.000 camionnettes de différents types dont et SUV, 16.000 lunettes et appareils de vision nocturne, 64.000 mitrailleuses et 358.000 fusils d'assaut.

Grâce aux États-Unis, les talibans pourront rivaliser facilement avec le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et le Kirghizistan tous ensemble.

Dans le même temps, les combattants talibans sont bien plus aguerris que tout autre soldat des armées régulières de ces pays déjà cités.

Les membres de l'OTSC dirigés par la Russie sont profondément préoccupés par le niveau de militarisation de l'Afghanistan intensifié par les talibans.

De ce fait, de nombreux exercices communs sont organisés.

Plus récemment, environ 300 militaires russes et plus de 60 pièces d'équipement ont été transférés au Kirghizistan pour les manœuvres du CSTO.

Dans le même temps, 500 soldats russes participent aux opérations de sauvetage au Tadjikistan sous la forme d'unités de fusiliers motorisés.

Des exercices conjoints à grande échelle avec l'Iran et la Chine sont également en vue dans les prochains mois.

Malgré les changements dans leur agenda bilatéral, la Russie et la Chine, les deux principaux États eurasiens, sont unis dans leur désir de ne permettre à aucune autre force de contrecarrer l'avancement de leurs principaux intérêts dans la région d'Asie centrale.

Les nouvelles menaces sont susceptibles de devenir l'un des principaux facteurs pouvant renforcer considérablement la coopération militaire entre les deux pays, et pouvant même conduire à la création d'une nouvelle alliance militaro-politique dans un avenir proche. C'est exactement ce qui préoccupe l'establishment de Washington aujourd'hui. La Russie et la Chine s'orientent progressivement vers la création d'une alliance militaire, pour le moins défensive.

Si auparavant les partis pouvaient assumer une union politique, désormais toutes les dynamiques des relations internationales, notamment les événements de 2020-2021 en Biélorussie et en Afghanistan, ont poussé Pékin et Moscou à accélérer les processus qui pourraient conduire à la création d'une nouvelle Alliance.

Source South front

Add Comments