Taïwan: la réponse hypersonique de la Chine?

PressTV Français 35 views
L’armée chinoise vient de tirer avec succès un missile hypersonique de pointe, pensé et conçu pour faire le tour de la planète en orbite basse avant de s’abattre sur sa cible.

Au sommaire :

1-USA : le Venezuela a été encore trahi...

Le Venezuela a annoncé samedi qu’il suspendrait les négociations avec l’opposition qui devaient reprendre ce week-end, après que le Cap-Vert a extradé l’homme d’affaires colombien Alex Saab, un envoyé vénézuélien, vers les États-Unis pour blanchiment d’argent.

L’annonce a été faite par le législateur du parti socialiste Jorge Rodriguez, qui dirige l’équipe de négociation du gouvernement. Rodriguez a déclaré que le gouvernement vénézuélien n’assisterait pas aux pourparlers qui doivent commencer dimanche. Le gouvernement vénézuélien a nommé en septembre Saab - qui a été arrêté en juin 2020 lorsque son avion s’est arrêté au Cap-Vert pour faire le plein - en tant que membre de son équipe de négociation en pourparlers avec l’opposition au Mexique, où les deux parties cherchent à résoudre leur crise politique. Rodriguez, lisant un communiqué, a qualifié la décision de suspendre les négociations « d’expression de notre plus profonde protestation contre l’agression brutale contre la personne et l’investiture de notre délégué Alex Saab Moran ».

Le chef de l’opposition Juan Guaido a condamné la décision. « Avec cette suspension irresponsable de leur aide au Mexique, ils échappent une nouvelle fois à l’attention urgente pour le pays, qui souffre actuellement d’une extrême pauvreté de 76,6 % », a-t-il déclaré sur Twitter. Guaido a déclaré qu’il continuerait d’insister pour trouver une solution à la crise du pays. Le Venezuela, dans une publication sur Twitter du ministère des Communications, a dénoncé l’extradition comme un « enlèvement ».

Source : Reuters

2- Haïti opte pour la loi du talion envers les USA

En Haïti, un groupe armé a kidnappé dix-sept missionnaires américains et leurs familles à Port-au-Prince

Près de 3 mois après l’assassinat du président haïtien Jouvenel Moïse, un gang armé haïtien a kidnappé un groupe de 17 missionnaires américains dans le pays. L’enlèvement semble être lié à l’assassinat du président haïtien.

Dans un pays où les kidnappings sont de plus en plus fréquents à cause de l’ingérence américaine, on apprend que dix-sept missionnaires chrétiens américains et des membres de leurs familles ont été kidnappés par un gang, samedi 16 octobre, dans la capitale haïtienne.

Les dix-sept missionnaires chrétiens américains et leurs familles, dont des enfants, ont été enlevés par un gang à Port-au-Prince samedi alors qu’ils quittaient un orphelinat, ont rapporté les responsables de la sécurité haïtienne. Ils rentraient chez eux après avoir construit un orphelinat dans la capitale Port-au-Prince, a déclaré Christian Aid Ministries.

Selon le New York Times, les ressortissants américains ont été enlevés dans un bus se dirigeant vers l’aéroport pour déposer une partie du groupe avant de continuer vers une autre destination en Haïti. Un message vocal envoyé à un certain nombre de missions religieuses par l’association caritative à l’étranger basée dans l’Ohio a déclaré que « des hommes, des femmes et des enfants » étaient pris en otage par un gang armé. Il a dit : « Le directeur du service missionnaire et l’ambassade des États-Unis travaillent pour voir ce qui peut être fait. “Priez pour que les membres du gang parviennent à la repentance et à la foi en Jésus-Christ.” Un porte-parole du gouvernement américain a déclaré à l’agence de presse AP : “Le bien-être et la sécurité des citoyens américains à l’étranger sont l’une des plus hautes priorités du département d’État.

Toujours est-il que le pays est en proie à des troubles politiques depuis plusieurs années et les enlèvements se multiplient. Dans la capitale, Port-au-Prince, la violence a fortement augmenté. Selon certaines estimations, les gangs armés contrôlent désormais près de la moitié de la ville.

L’enlèvement des missionnaires américains intervient au lendemain d’un vote du Conseil de sécurité de l’ONU prolongeant de neuf mois sa mission sur l’île des Caraïbes. De nombreux Haïtiens ont appelé les États-Unis à envoyer des troupes sur le terrain pour stabiliser la situation, mais l’administration Biden s’est montrée réticente.   Haïti a connu une vague d’enlèvements notamment suite à l’assassinat du président Jovenel Moïse à son domicile en juillet.

L’assassinat de Jovenel Moïse, Président de la République d’Haïti, s’est produit au début de la nuit du 7 juillet 2021 à Pétion-Ville, dans la banlieue de Port-au-Prince, capitale d’Haïti, quand un groupe d’hommes armés attaque son domicile.

L’épouse du chef de l’État, Martine Moïse, a été blessée par balle. La police haïtienne a déclaré qu’un groupe de mercenaires pour la plupart étrangers - 26 Colombiens et deux Haïtiens américains - formaient le groupe qui a commis le meurtre.

Les troubles politiques dans le pays se sont encore intensifiés après l’assassinat du président Jovenel Moïse à son domicile en juillet, un meurtre qui n’a pas encore été élucidé.

Un juge d’instruction a déclaré que les deux Américains d’origine haïtienne ont avoué aux interrogateurs qu’ils avaient été embauchés comme interprètes sur Internet. Les deux allèguent qu’ils ne savaient pas qu’il y avait un plan pour tuer le président, mais pensaient qu’ils devaient servir d’interprètes lors de son arrestation. Les langues officielles d’Haïti sont le créole et le français, tandis que les suspects colombiens parlent espagnol. L’un des Américains d’origine haïtienne a déclaré avoir reçu ce qu’il croyait être un mandat d’arrêt contre le président. Ils pensaient qu’ils devaient servir d’interprètes lors de son arrestation. Les langues officielles d’Haïti sont le créole et le français, tandis que les suspects colombiens parlent espagnol.

Source : news.sky

3-Les Gilets jaunes de retour !

Ce samedi, c’était le 14e week-end de mobilisation contre le pass sanitaire en France.

Ce samedi 16 octobre, des centaines de personnes, hommes, femmes et enfants ont répondu à l’appel des gilets jaunes à se mobiliser contre la dictature sanitaire et la hausse des prix des carburants, à Paris et dans d’autres villes de France pour la 14e semaine consécutive.

Après de nombreux appels à manifester sur les réseaux sociaux, plusieurs marches ont été organisées ce samedi 16 octobre dans la capitale française pour protester notamment contre la politique sanitaire du gouvernement et la hausse des prix des carburants.

Selon les médias, dont Spoutnik, un cortège, rassemblant des gilets jaunes, devait se rendre de la Bastille à la place de Catalogne.

Le leader des Patriotes, Florian Philippot, a organisé un nouveau ‘défilé pour la liberté’, le premier après que les tests Covid-19 soient devenus payants le 15 octobre pour les Français non vaccinés sauf pour raisons médicales. Ce cortège était parti de la place du Trocadéro pour se diriger vers la place Jacques-Rueff.

Deux autres marches ont commencé leur marche sur la place de Clichy et la place de la Bourse pour rejoindre respectivement la Fontaine des Innocents, Châtelet et l’hôpital Saint-Antoine, précise ActuParis.

Au moins 5 000 manifestants étaient au rendez-vous à Paris : quelque 5 000 personnes ont manifesté le 16 octobre dans la capitale et 40 610 personnes dans toute la France, selon le ministère de l’Intérieur, qui dénombre 171 actions de protestation contre le pass sanitaire.

Le 9 octobre, lors du précédent week-end de mobilisation, 45 300 personnes ont défilé à travers le pays, tandis que le 2 octobre, les Français étaient 47 935 à manifester contre le laissez-passer sanitaire.

Source : Sputnik

4-Chafee : possible reconduction de l’incident ?

Les États-Unis et la Russie jouent-ils au chat et à la souris ? La Russie et les États-Unis en désaccord quant à l’incident avec le destroyer Chafee en mer du Japon

Accusé par la Russie d’avoir essayé de violer ses frontières le 15 octobre avec le destroyer Chafee en mer du Japon, l’US Navy a affirmé que celui-ci se trouvait dans les eaux internationales et que l’interdiction de naviguer dans cette zone n’était pas encore en vigueur. L’attaché militaire US a toutefois été convoqué par la Défense russe.

Les États-Unis ont contesté les déclarations russes sur la tentative du destroyer Chafee de violer les frontières nationales le 15 octobre dans le golfe de Pierre-le-Grand, en mer du Japon.

‘La déclaration du ministère russe de la Défense sur l’interaction entre nos deux navires est fausse’, a tranché l’United States Pacifis Fleet (USPASFLT) dans un communiqué.

En relayant la vidéo de l’incident, la Défense russe a indiqué que le destroyer américain Chafee (DDG 90) s’était approché des eaux territoriales et avait essayé de franchir la frontière dans le golfe de Pierre-le-Grand dont les berges abritent Vladivostok et Vostochny, le plus grand port russe du Pacifique.

L’Amiral Tribouts, navire anti-sous-marin russe de la Flotte du Pacifique a averti le navire américain de l’interdiction de se trouver dans cette zone fermée à la navigation. Cette restriction avait été imposée en raison des tirs d’artillerie qui se tiennent dans le cadre des manœuvres navales russo-chinoises ‘Interaction maritime 2021’ du 14 au 17 octobre, a précisé l’institution.

Les autorités américaines ont confirmé la mise en place de cet avis international (NOTAM) relayé plus tard dans la journée par Moscou, mais ont estimé qu’il n’était pas encore en vigueur au moment des faits.

Dans le même temps, la partie russe a mis en exergue le fait que le destroyer avait bravé un avertissement de changer de cap, tout en signalant le décollage imminent d’un hélicoptère depuis son pont. Vu la disposition américaine à camper sur ses positions, l’Amiral Tribouts s’est engagé pour l’expulser hors des eaux territoriales, ‘en conformité avec les règles internationales de navigation’, explique la Défense.

La Marine américaine a réfuté ces allégations, affirmant que son destroyer se trouvait dans les eaux internationales et ‘menait des opérations conformément au droit international de coutume’. Selon elle, c’est le bâtiment russe qui a réduit la distance entre les deux bâtiments à environ 65 mètres. Malgré cela, ‘l’interaction a été sûre et professionnelle’. L’institution a également fait part de son intention de ‘continuer de voler, de naviguer et d’opérer là où le droit international le permet’.

L’attaché militaire américain a été convoqué le jour même par la Défense russe. ‘L’attaché militaire a été informé des actions non professionnelles de l’équipage du destroyer Chafee de l’US Navy des États-Unis, qui a enfreint de manière flagrante les lois internationales sur la prévention des collisions de navires en mer et les dispositions de l’accord intergouvernemental russo-américain sur la prévention des incidents en haute mer et dans l’espace aérien environnant, qui date de 1972’, a fait savoir le ministère russe de la Défense.

Source : Sputnik

5-Taïwan : la Chine a son missile hypersonique !

La Chine vient de tirer un missile hypersonique à portée illimitée.

L’armée chinoise vient de tirer avec succès un missile hypersonique de pointe, pensé et conçu pour qu’il puisse faire le tour de la planète en orbite basse avant de toucher sa cible.

Cette information nous provient non seulement des médias chinois bien qu’ils n’aient fourni aucune preuve documentaire, mais aussi de représentants du Pentagone. Et quant à la question de savoir si le missile hypersonique chinois a touché ou non sa cible, certains prétendent que le missile est tombé à 30 kilomètres de la cible, tout en affirmant qu’en jugeant que la marge d’erreur insignifiante.

 The Financial Times écrit: "En août, la Chine a testé un missile hypersonique à propulsion nucléaire qui a fait le tour du globe avant de se diriger vers sa cible, affichant des capacités spatiales avancées qui ont pris les renseignements américains par surprise. Cinq personnes familières avec les tests ont déclaré que l’armée chinoise a lancé un missile hypersonique qui a volé en orbite basse puis est descendu vers sa cible. Le missile a raté sa cible d’une vingtaine de kilomètres, selon trois personnes, informées par les services de renseignement. Mais les deux autres ont déclaré que les tests ont montré que la Chine avait un succès incroyable dans les armes hypersoniques et était bien plus avancée que ce que les responsables américains avaient prévu."

En fait, on peut parler d’un missile à portée illimitée. Cela le place sur un pied d’égalité avec le missile de croisière russe Burevestnik. Cependant, le missile russe est toujours en développement, alors que la RPC a déjà testé avec succès le missile. De plus, il avait déjà été signalé que le missile de croisière Burevestnik serait supersonique ou même subsonique, tandis qu’un missile hypersonique était testé en Chine.

Il convient de noter que la Chine développe activement des armes hypersoniques et, en outre, des informations antérieures ont révélé qu’un avion hypersonique expérimental avait été créé en RPC, capable de frapper les forces ennemies.

Add Comments