RCA: la France remise à sa place ! Zoom Afrique du 22 octobre 2021

PressTV Français 24 views
La Centrafrique remet les points sur les i face à l'Élysée qui continue sa politique de diffamation de la RCA ! Macron et Le Drian sont sévèrement remis à leur place !

Actualité en Afrique :

  • Transition énergétique : le Gabon mise sur la prise en main du secteur pétrolier par les entreprises locales
  • Le Zimbabwe envisage la gazéification par plasma des déchets municipaux comme source d’énergie alternative
  • Côte d’Ivoire : la production d’anacarde est estimée à 1 million de tonnes en 2021
  • Guinée : reprise des services ferroviaires du train express de Conakry

Analyses de la rédaction :

1. La RCA remet la France à sa place !

La Centrafrique remet les points sur les i face à l'Élysée qui continue sa politique de diffamation de la RCA !

La ministre centrafricaine des Affaires étrangères, Sylvie Baïpo-Temon a répondu aux propos des officiels français par rapport à la situation en Centrafrique.

Elle a fait savoir encore une fois que les ingérences dans les affaires de la Centrafrique sont terminées et que cela doit cesser.

« Les propos de mon homologue français sont tout à fait inacceptables, parce qu’ils sont mensongers, ils ne représentent pas la réalité de ce qui se passe en RCA, il n’y a aucune accaparation du pouvoir par les instructeurs russes

Mon homologue parle de mercenaire, j’aimerai déjà dans un premier temps qu’il puisse nous faire la preuve de ce qu’il avance, car c’est une chose de pouvoir tenir des informations sans en apporter des preuves.

D’autres parts, parce qu’il fait référence à la mission d’évaluation qu’à apporter la Russie à la RCA, à la demande de Bangui, qui était une mission d’évaluation sur trois mois, qui a apporté un certains nombres de recommandation, nous avons bénéficiez de l’expertise et de l’expérience de la Russie dans ce domaine un rapport avec des recommandations a été apporté, et sur la base de ce rapport que le fonctionnement qui doit être vue.

Je conteste les propos de mon homologue français. Il y a une volonté depuis un certain temps, d'infantiliser la RCA, il y a un certain nombre de menaces qui sont porté à l’encontre de la RCA, déjà dans les propos du président Macron, qui ont accusé le président Touadera d’être l’otage des soi-disant mercenaires, en tout cas de la présence russe, ce qui est totalement faux ;

La RCA est un pays autonome, indépendant, souverain, qui est en droit de pouvoir faire appel à des partenaires. Et c’est ce que fait la Russie.

Je voudrais rappeler également que la présence de la Russie en terre centrafricaine vient du fait que les autres pays amis n’ont pas répondu présent à l’appel à l’aide de la RCA et notamment, lors de la prise de fonction du président Touadera en mars 2016, à l’appel au maintien des troupes Sangaris qui étaient déjà en territoire centrafricain du fait de la grosse crise. Je voudrais également rappeler la responsabilité de mon homologue dans cette histoire, et il faudrait qu’il puisse l’accepter : Il a mobilisé fortement le retrait de Sangaris de la RCA et la RCA était dans le besoin de survivre de faire face aux groupes armés qui occupaient une bonne partie du territoire. Nous sommes aujourd’hui dans une situation qui est contraire, ou l'autorité de l’État commence à être restaurée et nous avons des propos qui sont totalement diffamatoires, mensongers de la part de mon homologue français, donc c’est inacceptable, c’est irresponsable de sa part. Et je voudrais appeler l’opinion nationale et internationale à la menace auxquelles fait face la RCA. Il serait important que s’il a des turbulences avec d’autres pays, qu’il puisse les régler avec ces pays sans faire référence à la RCA. La Centrafrique a beaucoup de défis et d’enjeux actuellement, et ne veut pas se retrouver dans une guerre informationnelle entre deux puissances pour lesquelles elle ne se retrouve pas. Les besoins de la RCA sont autres, donc il faudrait que cette guerre de communication, cette guerre informationnelle et de désinformation puissent cesser. Et que les menaces à l’encontre de la RCA puissent également prendre fin.

Concernant la présence de soldats de Wagner qui participeraient aux combats, contre les rebelles aux côtés des FACA, la ministre centrafricaine répond que ce n’est pas la réalité.

Il ne faudrait pas qu’on se trompe d’ennemis. Aujourd’hui les Casque bleus qui sont venus en terre centrafricaine, sont venus pour réduire les capacités des groupes armés.

Les groupes armés continuent à sévir sur le terrain. Récemment, nous avons encore eu des cas d’attaque au niveau de Alindaoe et Bambari. Concernant cette localité, le contingent gabonais a assuré une certaine sécurisation, et suite à leur retrait, nous avons pu constater de nouvelles attaques.

Nous avons d’autres attaques ciblés dans d’autres localités. L’ennemi de la RCA, ce sont les groupes armés. Une guerre est une guerre. Forcément il y a des dégâts collatéraux. La RCA est consciente qu’il y a des exactions. Il y a eu un rapport des Nations Unis, auxquels elle a répondu en mettant en place une commission nationale d’enquête, qui a rendu son rapport. Il faut laisser la justice faire son travail. Je voudrais également rappeler que depuis des décennies la RCA fait face à de nombreux conflits, à des nombreuses exactions sur son territoire. Toutes les troupes auxquelles elle a fait appel justement pour lui apporter de l’aide ont commis des exactions. Je rappelle également que l’opération Sangaris a commis des actes de violations sur des mineurs, nous attendons également des réponses par rapport à cela. Aujourd’hui il y a des exactions des FACA, qui ont été attestées. Ils passeront devant la justice. Un tribunal militaire a été mis en place en RCA donc justice sera rendue. Mais il faut ne pas se tromper d’ennemi. Aujourd’hui il faut créer les conditions pour que le gouvernement, les Autorités centrafricaines puissent travailler et pour créer ces conditions, c’est être ensemble sur la même voie, qui est celle de l’anéantissement des groupes armés. Parce que c’est ceux-là qui sont des mercenaires. Pour rappel, les leaders de ces groupes armés ne sont pas des centrafricains, hormis l’ancien président Bozizé qui est centrafricain mais qui a un dossier au niveau de la CPI et également au niveau de la justice centrafricaine. Donc quand la justice doit faire son travail, il la laisse faire son travail. »

La Centrafrique est un pays souverain et que cela plaise ou non, elle a des priorités importantes ce qui fait qu’elle n’a pas de temps à perdre avec les enfantillages de l’Élysée, qui ferait bien mieux de s’occuper un peu plus de son propre pays qui part entièrement en lambeau.

 

2. Éthiopie: l'éradication du TPLF en vue ?

En Éthiopie, Addis Abeba est bien décidé à mette les éléments terroristes du TPLF hors d’état de nuire au grand dame de certains États occidentaux.

Les récits actuels du conflit tigréen nécessitent une perspective plus large et une compréhension des divers intérêts en jeu en Éthiopie. Il faut donc s'éloigner des informations que transmettent les médias mainstream.

Car, le conflit dans l'État du Tigré, dans le nord de l'Éthiopie, se déroule sur deux fronts interconnectés. La première est physique et sur le terrain, tandis que la seconde est une dangereuse campagne d'information projetée via les réseaux sociaux pour influencer, attirer et même orienter la réaction internationale.

Dans le même temps, les intérêts géopolitiques de diverses grandes puissances de la Corne de l'Afrique, comme les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore la France, restent évidemment cachés. Comme pour des situations similaires ailleurs, l'évolution des intérêts stratégiques et des décisions de ces acteurs mondiaux concernant leurs propres intérêts jouent donc un rôle primordial dans la situation notamment en Éthiopie.

Contrairement à ce que continuent d'affirmer les médias mainstream, le conflit a été déclenché par une attaque planifiée du Front populaire de libération du Tigré contre des avant-postes militaires du commandement nord des forces armées fédérales éthiopiennes. Pourtant, sur les réseaux sociaux, les "guerriers" du clavier ont travaillé dur pour présenter l'action du TPLF comme une "attaque préventive" défensive pour contrer une prétendue menace artificielle d'un assaut combiné de l'Éthiopie et de l'Érythrée. De graves allégations de génocide sont également formulées, ainsi que des allégations selon lesquelles les troupes érythréennes et même éthiopiennes auraient commis des actes de violence sexuelle. Des allégations sont également faites sur les réseaux sociaux selon lesquelles 80% de la région resterait inaccessible à l'aide humanitaire et est au bord de la famine. Il y a également des déclarations de porte-parole du TPLF dans les zones qu'il contrôle encore prétendument, qui font allusion à des sentiments séparatistes plus larges au sein de la population tigréenne.

D'un autre côté, preuve à l'appui, le gouvernement fédéral éthiopien insiste sur le fait qu'il fournit une aide à 4,2 millions de personnes dans la région. Il remet en question la crédibilité des allégations d'un massacre de plus de 750 personnes dans la ville historique d'Axum, ainsi que les allégations des médias occidentaux concernant des crimes de guerre présumés du gouvernement fédéral. Il affirme également que l'attaque militaire non provoquée du TPLF contre les troupes fédérales impliquait la fabrication illégale de faux uniformes érythréens dans des usines tigréennes. Le gouvernement fédéral affirme que des dizaines de milliers de réfugiés érythréens dans les camps régionaux et plus de 10 000 prisonniers détenus par le TPLF dans les prisons sont toujours portés disparus.

Les responsables à Addis-Abeba soulignent que les reportages des médias continuent d'ignorer de nombreuses réalités sur le terrain. Il s'agit notamment de l'effet puissant d'un réseau de renseignement autoritaire « un sur cinq », où une personne sur cinq est un espion pour le gouvernement tigréen – un système de contrôle marxiste-léniniste développé en 2005 après l'échec du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), d'obtenir des sièges à Addis-Abeba lors des élections fédérales. Cette culture politique autoritaire permet à la fois une intimidation par le TPLF et un contrôle important du « récit conflictuel ». En outre, la pratique de longue date consistant à armer et à entraîner les communautés agricoles pour augmenter une milice régionale de plus de 250 000 personnes – qui ressemble à une armée nationale – a aidé à abriter certains résistants du TPLF coupés du commandement central qui exécutent des tactiques de guérilla.

Alors que les deux récits sont aux antipodes, les médias occidentaux semblent avoir choisi leur camp, décrivant le TPLF comme un prétendu libérateur ou un groupe de résistant faisant face à la tyranie d'Addis Abeba. Alors que certains acteurs extérieurs se sont précipités pour juger, accusant le gouvernement éthiopien de génocide et d'avoir enrôlé une armée étrangère pour neutraliser l'opposition provinciale, la réalité est assurément tout autre. Un examen indépendant et intellectuellement médico-légal des faits est requis de toute urgence sur le comportement et la partialité de l'Occident.

Avant cet examen, il convient également de se demander pourquoi une grande nation africaine et alliée de longue date de l'Occident se retrouve soudain isolée et ses actions largement mal interprétées alors que cette nation se concentre sur son développement économique et défend une politique souverainiste. Pour y répondre, il est nécessaire d'examiner l'impact contextuel de la compétition géopolitique à la fois pour l'eau et les ressources naturelles.

L'Égypte et le Soudan contestent tous deux les plans de remplissage et de partage de l'eau du Grand barrage de la Renaissance (GERD). L'armée soudanaise a envahi et déplacé les agriculteurs éthiopiens d'une communauté frontalière contestée (el-Fashaga), tandis que la rhétorique anti-éthiopienne de l'Égypte devient de plus en plus belliqueuse, le Caire avertissant Addis que sa domination historique non partagée des eaux du Nil n'est pas négociable contrairement au Soudan qui affirme ne pas vouloir d'un conflit armé avec son voisin éthiopien. En travaillant ensemble, l'Égypte et le Soudan ont mené une rare démonstration de puissance aérienne conjointe quelques jours seulement après le début du conflit du Tigré. La deuxième partie de l'exercice, baptisée "Nile Eagle", est intervenue quelques jours seulement avant le début des nouvelles discussions sur le GERD le 6 avril. Ces pourparlers ont échoué et l'impasse continue. L'Éthiopie continue de protéger ainsi sa souveraineté. Addis Abeba affirme pourtant que le remplissage du grand barrage de la Renaissance ne portera aucun préjudice ni pour le Soudan et ni pour l'Égypte. S'il cela pouvait causer un problème quelconque, le deuxième remplissage aurait déjà du le montrer.

Avec les acteurs internationaux qui construisent une alliance pour pousser à des changements en Éthiopie, la nouvelle administration de Joe Biden aux États-Unis a envoyé son homme d'Afrique, spécialisé dans la politique de la Corne de l'Afrique, Chris Coons, à Addis pour rencontrer le Premier ministre éthiopien. Il est difficile d'imaginer que le Nil n'était pas à l'ordre du jour. Étant donné que les États-Unis ont déclaré que la sécurité nationale et la sécurité économique ne seront pas traitées séparément, et ont lancé un examen de 100 jours par Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale, sur la sécurisation de l'approvisionnement américain en minerais stratégiques, il est également très probable que l'accès aux minéraux stratégiques de la Corne de l'Afrique – cuivre, tantale, niobium, phosphate, gaz naturel et autres ressources enfermées à l'intérieur et à proximité du bouclier arabo-nubien – intéresse les États-Unis.

Le conflit du Tigré avec l'Éthiopie peut être considéré comme un champ de bataille par procuration pour les puissances extérieures et un moyen d'exercer une influence sur les décideurs politiques éthiopiens. Le gouvernement légitime de l'Éthiopie, si récemment loué par  la population éthiopienne et même la communauté internationale pour la paix qu'il a construite avec l'Érythrée, continue de travailler dur pour résoudre la menace existentielle que le TPLF fait maintenant peser sur cette paix. Il devra rester sur ces gardes tout en faisant face de manière durable à une culture de gouvernance autoritaire du TPLF sur les éthiopiens du Tigré et à des gangs de guérilla à la solde du TPLF à travers la région. Il reste à voir dans quelle mesure l'Éthiopie sera soutenue ou entravée dans ces efforts par des acteurs internationaux cherchant le chaos généralisé de cette partie de l’Afrique pour assouvir leurs propres intérêts.

Mais si les puissances occidentales ont des préoccupations légitimes et honnêtes comme ils le prétendent constamment, concernant la stabilité régionale en plus de leurs intérêts économiques, elles ne devraient pas se précipiter pour porter un jugement sur le conflit actuel du Tigré. Au lieu de cela, ils devraient faire des efforts pour soutenir et s'engager avec l'État fédéral éthiopien démocratique. Ils devraient par dessus émettre des condamnations concernant les exactions du TPLF dan le Tigré et surtout, condamner ce groupe terroriste pour avoir recruté de force des enfants soldats et d'utiliser les éthiopiens du Tigré comme bouclier humain. Pourtant, la Communauté occidentale continue seulement de mettre la pression sur le gouvernement éthiopien, montrant ainsi, leur partialité et leur soutien envers les éléments du TPLF.

C'est la meilleure chance pour la Corne de l'Afrique de prospérer. Ne pas le faire, montre la volonté des États Occidentaux de voir une résurgence de l'instabilité, ce qui n'exclut pas les incursions dirigées par des terroristes liés à Daech.

L'hyperbole des médias sociaux inspirée du TPLF crée un écran de fumée convaincant alors que les acteurs locaux renforcent leurs positions concernant l'eau du Nil et que les puissances mondiales cherchent à sécuriser l'accès aux métaux africains pour leurs propres économies. C'est un jeu risqué - et s'il est perdu, il élargira certainement l'espace pour la future domination économique non seulement des pays de la Corne de l'Afrique mais cela les poussent également à se tourner vers le bloc de l'Est. ce qui augmentera donc l'influence de la Chine, de la Russie ou encore de l'Iran dans la région.

Peu importe la position de l'Occident par rapport à la politique souverainiste de l'Éthiopie, le peuple, l'armée fédérale et le gouvernement sont tous uni, ce qui fait que le pays ne succombe pas aux différentes pressions que lui met cette fameuse Communauté occidentale.

Add Comments