Algérie/Russie : le grand jeu ! (Zoom Maghreb)

PressTV Français 130 views
Zoom Maghreb du 23 novembre 2021

Analyses de la rédaction :

Algérie

-Algérie/Russie : le grand jeu !

Entre le 12 et le 20 novembre, les armées russe et algérienne ont effectué des exercices navals en Méditerranée. Entrant dans le cadre de la coopération militaire ordinaire entre les armées des deux pays, ces manœuvres ne seraient pas vues d’un bon œil par les États-Unis.

Trois navires de la flotte russe de la mer Noire ont participé à ces exercices : la frégate classe Amiral Grigorovitch, le patrouilleur Dmitry Rogachev et le bateau de sauvetage SB-742.

Selon un communiqué diffusé le lendemain par le ministère algérien de la Défense nationale, la flotte devait participer à "un exercice naval interarmées avec des navires de la marine algérienne", entrant "dans le cadre de la concrétisation de la coopération militaire algéro-russe au titre de l’exercice 2021".

À en croire le communiqué de la Défense algérienne, en quoi ces exercices routiniers peuvent-ils susciter les inquiétudes des États-Unis ?

 Il fait remarquer que "les exercices algéro-russes ont eu lieu moins de deux semaines après l’irruption de deux navires de guerre américains en mer Noire : celui de commandement Mount Whitney de la sixième flotte, précédé de quelques jours par le destroyer lance-missiles USS Porter. Le but annoncé était la participation à des exercices organisés par l’Otan, sans en préciser la nature. En marge du sommet du G20 à Rome, la Russie, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, avait vivement réagi à l’irruption de ces deux navires surveillés de très près par sa marine. Ainsi, la participation de trois navires russes de la flotte de la mer Noire aux exercices avec la marine algérienne serait une réplique à la provocation de l’alliance américano-atlantiste qui a longtemps considéré la Méditerranée comme sa chasse gardée". Puis Dans le contexte de la crise migratoire à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne, outre les accusations d’invasion de l’Ukraine par la Russie catégoriquement réfutées par les autorités russes, "le Premier ministre britannique Boris Johnson a mis en garde l'Allemagne, la France, l'Italie et d'autres gouvernements européens face à toute envie de favoriser leur partenariat gazier avec la Russie au détriment de la défense de l’Ukraine ainsi que de la paix et de la stabilité en Europe. Il a également vanté le travail des troupes britanniques déployées en Pologne pour aider le pays à construire des barrières de barbelés pour arrêter le flux de réfugiés en provenance de la Biélorussie dans le but de +défendre l’Europe+", Les drapeaux américain et nigérien hissés côte à côte sur une base pour les forces aériennes soutenant la construction de la base aérienne nigérienne 201 à Agadez, au Niger.

"l’Allemagne a suspendu la certification du gazoduc Nord Stream II, une décision qu’elle va chèrement payer, ainsi que tous les autres pays européens dépendant du gaz russe à quelques semaines d’un hiver qui s’annonce, selon des climatologues, brutal. Ceci alors qu’il n’y a pas suffisamment de GNL ou de pétrole pouvant venir d'ailleurs pour approvisionner l'Union européenne cet hiver. Une grande partie de leur économie sera forcée de fermer. L'Allemagne n'a aucune marge de manœuvre pour dicter ses conditions à la Russie à qui le consortium européen, partenaire de Gazprom dans ce projet, devra payer des amendes pouvant dépasser les 200 milliards d’euros. Ce que la Russie ne vendra pas à l'Europe du Nord, elle le vendra à l'Europe de l'Est et du Sud via Turk Stream, mais surtout aux pays asiatiques, la Chine en tête".

Or "l’Algérie qui fournit du gaz à l’Espagne, au Portugal, à l’Italie et à la France n’a pas les capacités de combler le déficit d’une rupture d’approvisionnement du gaz russe en Europe, ni en conventionnel ni en GNL, alors qu’elle vient de refuser de renouveler avec le Maroc le contrat concernant le gazoduc GME (Gaz Maghreb Europe) qui la reliait à l’Espagne via le royaume chérifien. Dix milliards de mètres cubes transitaient chaque année via ce gazoduc pour alimenter l’Espagne et le Portugal. L’Algérie pourrait jouer un rôle important dans l’approvisionnement de l’Europe quand le gazoduc la reliant au Nigéria via le Niger sera fonctionnel, mais ceci nécessite encore plusieurs années".

Étant donné que l’Algérie est un allié stratégique de la Russie, les deux pays – bien que concurrents sur le marché gazier européen – "ne manqueront certainement pas de coordonner leurs positions pour maintenir les prix à des niveaux leur permettant de défendre leurs intérêts communs. Ils pourraient même envisager de relancer l'idée d'une OPEP du Gaz. Ceci dans le contexte où la Russie est sur la voie de conclure un accord militaire avec le Mali après celui qu’elle a passé avec le Nigéria.

Dans le contexte du retrait militaire français du Mali après la fin de l’opération Barkhane, une coopération entre l’Algérie, qui a fermé son espace aérien aux avions militaires français, la Russie et les pays du Sahel dans la lutte antiterroriste est très mal vue par les États-Unis, la France et d’autres pays européens qui ne veulent pas que le vide soit comblé par les militaires russes.

Avec Sputnik

-L’Algérie refuse le survol de son territoire à un avion militaire français évacuant un soldat blessé au Mali

Ce samedi 20 novembre, les autorités algériennes ont refusé d’accorder une autorisation de survol à un avion militaire spécial français qui évacuait depuis le Mali vers la France un soldat gravement blessé, a pu apprendre Algérie Part au cours de ses investigations.  

Cette autorisation de survol du territoire algérien a été adressée par l’Ambassade de France à Alger à la Présidence algérienne en sollicitant une autorisation d’urgence pour permettre à un avion militaire de l’armée de l’Air française chargé de transférer vers l’Hexagone un soldat gravement blessé.

Or, la missive française est restée sans suite puisqu’aucune réponse n’a été donnée par les autorités algériennes aux hauts responsables de l’ambassade de France à Alger. Ni refus, ni accord, aucune réponse claire et précise n’a été transmise par les autorités algériennes aux diplomates français.

Le silence absolu des autorités algériennes a été perçu par les interlocuteurs français comme un « refus de coopération » infligé à la France par l’Etat algérien. Ce qui démontre que les informations propagées à propos du « dégel » des relations bilatérales entre les deux pays, des informations communiquées aux médias par certaines sources diplomatiques françaises et algériennes, sont totalement infondées et fausses. A Alger, aucune source fiable n’a voulu expliquer les tenants et aboutissants de ce mutisme adopté vis-à-vis de la demande française.

Source: Reseauinternational

- Jacob Cohen : «C’est l’Algérie qui est visée par la visite de Gantz au Maroc !»

Interrogé sur le déplacement imminent du ministre israélien de la guerre au Maroc, l’écrivain antisioniste Jacob Cohen a estimé que la visite de Benny Gantz, qui «a d’abord été chef d’état-major» «est loin d’être anodine». «Le ministre Gantz se déplace rarement à l’étranger. A ma connaissance, il a dû aller seulement aux Etats-Unis depuis la formation du gouvernement israélien. C’est dire si sa visite doit comporter des aspects stratégiques essentiels», a-t-il expliqué, en soulignant qu’il devrait s’agir d’une «livraison d’armements de pointe» de «formation d’experts», d’«établissement de centres d’espionnage et d’infiltrations» et de «manœuvres communes». «Il est probable que les deux armées définiront des plans à long terme pour verrouiller la région à leur profit et définir divers scénarios d’attaque ou de défense», a-t-il ajouté, dans un entretien à Algérie54.

Selon lui, «l’accord militaire entre le Maroc et Tel-Aviv ne fait plus de doute». «Je dirais même que c’est une alliance stratégique fondamentale. Et cette alliance devrait être vue par la monarchie marocaine comme l’élément décisif qui lui assurera une place prépondérante dans la région. C’est donc l’Algérie qui est visée en premier lieu», a mis en garde Jacob Cohen, qui s’est montré persuadé que le Maroc «ne cherche pas l’apaisement», mais plutôt un rapport de force «à la manière de son nouvel allié sioniste».

Source: Algeriepatriotique

Tunisie

- L'Amérique s'ingère dans les affaires tunisiennes !

Le chef du département d’Etat américain, Antony J. Blinken, a appelé le président tunisien, Kaïs Saïed, lors d’un entretien téléphonique, à ce que les réformes programmées soient transparentes et avec la participation de toutes les parties, pour relever les défis politiques et socio-économiques, et répondre aux aspirations du peuple pour la poursuite de l’avancée démocratique ! Evidemment cette ingérence flagrante dans les affaires intérieurs de la Tunisie intervient après ces manifs pro Frères largement couvert par les medias mainstream et destiné à donner de la Tunisie l'image d'un Etat à feu et à sang où le président est dénie où le peuple exige le retour les Frères au Parlement et pourtant il n'en est rien.

Une semaine après cette manif, La capitale tunisienne, Tunis, a été le théâtre, ce samedi, d’une manifestation organisée par le Parti destourien libre, pour exiger la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (Parlement) et l’organisation d’élections législatives anticipées. Le parti a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne s'opposait pas aux mesures du président Kaïs Saïed, prises le 25 juillet dernier, mais appelle à la dissolution rapide du Parlement et à la tenue d'élections dans les plus brefs délais.

A vrai dire l'inquiétude des Américains qui ont réussi en 2020 de faire signer à la Tunisie un accord militaire de dix ans c'est que cet accord tout comme l'accord économique signé avec la Turquie atlantiste ne soit révoqué par le président. Surtout l’inversion de la tendance est de plus en plus perceptible. 

Comment peut-on analyser cette nouvelle ingérence américaine dans les affaires intérieurs de la Tunisie ?

Décryptage avec Imadeddin Hamrouni, expert des questions politiques.

-Tunisie – Chine : Vers l’ouverture d’une ligne aérienne directe ?

L’ambassadeur de Chine en Tunisie ZHANG Jianguo et le ministre tunisien du Tourisme et de l’Artisanat Mohamed Moez Belhassine ont évoqué la possibilité de l’ouverture d’une ligne aérienne directe entre la Chine et la Tunisie.

Il s’agit des relations entre la Chine et la Tunisie. En effet, lors d’un entretien récent, les deux parties ont échangé des points de vue sur les mesures promouvant la coopération bilatérale. Et ce dans le domaine touristique. Telles que :
-La digitalisation des sites historiques et culturels pour le développement du tourisme tunisien;
-Le renforcement de la formation professionnelle dans le secteur du tourisme et de l’artisanat en Tunisie.

En mars dernier,  l’ambassadeur chinois a affirmé la volonté de son pays à développer la coopération avec la Tunisie. Notamment dans les secteurs de la santé et de l’infrastructure. Il signale l’intention de la Chine à augmenter le nombre des touristes à destination de la Tunisie. Et aussi de hisser le volume des exportations notamment de l’huile d’olive.

Source: Leconomistemaghrebin

Sahara

-Sahara : l’UE fait appel de l’annulation de deux accords commerciaux

L’Union européenne a fait appel vendredi 19 novembre de l’annulation de deux accords de partenariat commerciaux concernant le territoire disputé du Sahara occidental, une décision de la justice européenne qui avait constitué un revers pour le Maroc et l’UE. L’appel a été décidé lors d’une réunion des ministres du Développement des 27, selon des sources européennes.

Cette annulation en première instance des décisions du Conseil européen avait été annoncée le 29 septembre dernier par le tribunal de l’UE, à la suite d’un recours des membres du Front Polisario qui avaient alors salué « une victoire ».

Outre le Front Polisario; l’Algérie avait salué à l’époque « une victoire éclatante pour la cause légitime du peuple sahraoui ».

Source: Lepoint

 

Add Comments