L'armée de l'air russe "hypersonisée"! (e-Press)

PressTV Français 48 views
E-Press du 30 novembre 2021

L'armée de l'air russe "hypersonisée"! (e-Press)

 

◾ Les forces aérospatiales russes seront armées du premier missile de croisière hypersonique à ultra-longue portée au monde. Les forces aérospatiales russes recevront bientôt un missile de croisière hypersonique à ultra-longue portée unique.

 

▶ Au sommaire :

 

1-Nucléaire : Raïssi interpelle Macron

2- Barbados quitte le giron de Sa Majesté et la Guadeloupe ?

3-La Turquie a l’intention d’envoyer des troupes dans le Donbass sous couvert de Casques bleus

4-Russie : l’OTAN continue à menacer

5-L’armée de l’air russe “hypersonisée” !

 

______________________________

1-Nucléaire : Raïssi interpelle Macron

Nucléaire iranien : 90 minutes d’entretien téléphonique entre Raïssi et Macron

Lors d’un entretien téléphonique, Emmanuel Macron s’est entretenu avec le président Raïssi sur la lutte commune contre le coronavirus, la coopération régionale et les pourparlers nucléaires.

Au cours de l’entretien téléphonique qui a duré 90 minutes, le président français a appelé à une coopération conjointe sur la nouvelle variante du coronavirus, qui a été saluée par le président iranien.

Le président Raïssi a déclaré lors de l’appel téléphonique : « L’Iran a toujours respecté ses engagements sur la question nucléaire et l’Agence internationale de l’énergie atomique a confirmé à plusieurs reprises l’adhésion de l’Iran ».

« Il faut demander à ceux qui ont violé l’accord pourquoi ils n’ont pas rempli leurs obligations ? Et nous réaffirmons que nous sommes attachés à nos engagements », a-t-il déclaré.

Évoquant le début des négociations pour la levée des sanctions, le président a déclaré : « L’envoi d’une équipe complète aux négociations montre la volonté sérieuse de l’Iran dans ces négociations ».

Raïssi a appelé le président français à travailler avec d’autres pays à Vienne pour conclure les négociations et lever les sanctions contre l’Iran.

Le président a souligné : « Les sanctions n’ont pas pu arrêter l’Iran sur la voie du progrès, et aujourd’hui le monde entier sait qui sont les contrevenants au JCPOA et ils doivent retourner à leurs obligations ». Raïssi a souligné : « La situation actuelle est le résultat du non-respect par les Américains et les Européens de leurs obligations dans le JCPOA. »

Se référant à la récente visite du directeur général de l’Agence de l’énergie atomique à Téhéran et à son annonce que l’Iran respecte ses obligations nucléaires, le président a déclaré : « Le directeur général de l’Agence de l’énergie atomique en Iran n’a rien dit au sujet du non-respect de l’Iran et nous sommes prêts à poursuivre notre pleine coopération avec l’Agence ».

Raïssi a souligné : « Ceux qui ont commencé à violer le JCPOA devraient gagner la confiance de l’autre partie afin que les négociations puissent se dérouler de manière réelle et fructueuse ».

Se référant à sa conversation avec le chef de l’équipe de négociation iranienne à Vienne et aux perspectives claires de résolution du problème, le président a déclaré : « Si les Américains lèvent les sanctions et que les Européens respectent leurs engagements, ne vous inquiétez pas du respect des engagements de l’Iran. Parce que nous avons montré à maintes reprises dans la pratique que nous tenons à nos engagements ».

Le président a déclaré : « Si vous croyez en l’Agence internationale de l’énergie atomique comme référence, la même AIEA a déclaré à plusieurs reprises que la République islamique d’Iran s’est conformée à ses obligations nucléaires.

Raïssi a appelé le Président de la République à œuvrer pour la levée des sanctions oppressives et le respect des engagements pris par les Américains et les Européens.

Dans une autre partie de son discours, faisant référence à la vaccination généralisée en Iran, le président a déclaré : « Compte tenu des nouvelles concernant la nouvelle variante du coronavirus, tout le monde devrait être prudent et utiliser les expériences précédentes pour y faire face. »

Concernant la capacité de production nationale de vaccin COVID, Raïssi a déclaré : « Nous avons importé des vaccins de différents pays, en particulier de Chine, pour contrôler la COVID, et maintenant nous augmentons la production de vaccins dans les entreprises nationales. »

Faisant référence aux violations des droits de l’homme par les États-Unis pour empêcher l’entrée de matériel médical en Iran, le président a déclaré : « Nous avons pu produire des vaccins en utilisant l’électricité nationale et surmonter les pénuries médicales ».

Il a également évoqué la vaccination des ressortissants étrangers, y compris les immigrants afghans, et a déclaré : « L’Iran fournit des services médicaux aux immigrants comme à nos propres citoyens sur la base de nos devoirs humanitaires.

“Nous considérons le JCPOA comme notre responsabilité commune et j’ai toujours essayé de ramener toutes les parties au cadre de l’accord”, a déclaré le président français Emmanuel Macron lors d’un appel téléphonique condamnant le retrait américain du JCPOA.

Macron a ajouté : “J’ai eu des entretiens avec le président américain Biden à cet égard et nous sommes déterminés à poursuivre les pourparlers pour parvenir à un résultat.”

Au final, le président français a déclaré : “La France veut poursuivre les discussions avec l’Iran pour progresser dans la résolution des problèmes”.

La première journée des pourparlers de Vienne sur la levée des sanctions entre de hauts diplomates du groupe P4+1 et des diplomates iraniens s’est terminée lundi après une réunion de deux heures. La délégation iranienne a assisté à la réunion avec une approche juridico-économique, en se concentrant sur la question de la levée des sanctions contre l’Iran.

Source : IRNA

2- Barbados quitte le giron de Sa Majesté et la Guadeloupe ?

Le ministre français des Outre-Mer, Sébastien Lecornu, s’est rendu en Guadeloupe dimanche 28 novembre, alors que le territoire est en proie à des débordements liés à l’obligation vaccinale contre le Covid-19 des soignants et au passe sanitaire.

Condamnant les soi-disant violences commises par certains manifestants, le ministre dit vouloir favoriser le dialogue et entendre les revendications d’autonomie des élus, qui ont ressurgi face à cette crise.

Mais le problème en Guadoloupe est vraiment le coronavirus ou des décennies de discrimination raciale. Entre-temps à Barbados, on sort du giron de sa Majesté !

Tout a commencé avec les manifestations en Guadeloupe contre l’obligation vaccinale des soignants et le passe sanitaire, le 27 novembre à Pointe-a-Pitre.

Mais aujourd’hui, la Guadeloupe veut reconquérir son indépendance et pas son autonomie. Nuance.Théâtre de vives contestations déclenchées par la vaccination contre le Covid-19, la Guadeloupe, par la voix de ses élus, a réclamé plus d’autonomie vis-à-vis de la métropole. Lors de son déplacement sur l’île, dimanche 28 novembre, le ministre des Outre-Mer s’est dit prêt à en débattre.

L’autonomie, c’est quoi ?

Le débat sur l’autonomie, poursuit le média francophone, ce n’est “évidemment pas le débat sur l’indépendance”, a déclaré ce lundi 29 novembre le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Et pour cause, il s’agit pour la Guadeloupe de voir évoluer son statut, sans pour autant devenir indépendante vis-à-vis de la métropole.

L’autonomie peut conférer aux autorités locales un certain nombre de prérogatives, qui sont celles de l’État : le pouvoir peut alors être délocalisé, écrit ouest France.

Le régime d’autonomie est défini par l’article 74 de la Constitution. Une loi organique détermine le statut particulier de chaque collectivité soumise à ce régime et fixe les lois qui s’y appliquent, celles de la métropole, et celles votées localement.

Cela varie selon le degré d’autonomie, qui permet aux assemblées du territoire d’élaborer des règlements, qui relèvent du domaine législatif.

Ainsi, un territoire d’Outre-Mer autonome dispose d’une plus grande liberté dans la prise de décisions, ainsi enfonce le cloue ouest France.

“L’autonomie c’est à la fois la décentralisation pour l’Outre-Mer et ça pourrait s’apparenter à un statut comme la Polynésie française qu’on a aujourd’hui”, a expliqué Gérald Darmanin au micro de BFMTV. I

Il a rappelé que la Polynésie “est un territoire pleinement français où nous avons nos armées (…), mais les compétences sociales, les compétences économiques sont la compétence du territoire”, a poursuivi le ministre de l’Intérieur.

Concrètement, si la Guadeloupe disposait de son autonomie, l’obligation vaccinale des soignants et la généralisation du passe sanitaire, décidées en France, pourraient ne pas s’appliquer sur l’île.

Les représentants locaux seraient en mesure de décider de leur propre politique sanitaire, dans le respect du cadre fixé par la loi organique qui détermine les compétences locales.

Les mesures gouvernementales prises en métropole ne seraient plus copiées-collées en Guadeloupe et le territoire disposerait d’une plus grande souplesse politique, pour adapter ses directives aux besoins et difficultés de la population.

Source : Ouest France

3-La Turquie a l’intention d’envoyer des troupes dans le Donbass sous couvert de Casques bleus

Le président turc a formulé son souhait de servir de médiateur entre l’Ukraine et la Russie pour résoudre un éventuel conflit armé entre les deux pays.

Dans le même temps, Recep Erdogan a souligné la gravité de la situation actuelle dans le Donbass et a également noté qu’il était préoccupé par le sort du peuple tatar de Crimée.

Dans tout cela, les analystes ont vu la volonté de la Turquie d’envoyer ses troupes dans le Donbass pour fournir une assistance militaire à l’Ukraine pour s’emparer des territoires des républiques autoproclamées.

“Notre position est claire ici. Nous sommes pour la paix dans la région, en particulier pour l’approche associée aux Turcs de Crimée. Nous avons discuté et discutons encore de telles questions à maintes reprises avec la Russie amie, en particulier avec M. Poutine. Nous espérons que cette région ne deviendra pas une région dominée par la guerre. Que cette région aille vers l’avenir en tant que région de paix. Nous voulons que l’attitude envers cette question évolue dans une direction positive. Il y aura une médiation à cet égard, nous discuterons de cette question avec eux, nous aimerions participer à la résolution de cette question, en développant ces négociations à la fois avec l’Ukraine et avec M. Poutine”, a déclaré le président turc.

Assez récemment, la Turquie a annoncé qu’elle était prête à aider l’Ukraine à restaurer ses frontières à l’est du pays, tandis que, quant au sort du peuple tatar de Crimée, qui préoccupe tant le dirigeant turc, il convient de noter que la Turquie non seulement accuse la Russie d’occuper la Crimée, mais a également déclaré à plusieurs reprises qu’elle était prête à la restituer à l’Ukraine, à propos de laquelle toute médiation de la part de la Turquie est douteuse.

Source : Avia-pro

4-Russie : l’OTAN continue à menacer

Bruxelles : les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN doivent discuter aujourd’hui mardi 30 novembre des tensions avec la Russie.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu est invité à la réunion. La réunion se tient dans la capitale lettone, Riga, pour discuter des questions à l’ordre du jour de l’alliance, en particulier des développements avec la Russie.

Les ministres participant à la réunion devraient discuter des activités militaires menées par la Russie en Crimée et à la frontière avec l’Ukraine, rapporte le correspondant de l’Agence Anadolu.

Et l’Agence Anadolu de poursuivre :

La réunion se tiendra exceptionnellement en présence des ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine et de la Géorgie. La Turquie sera représentée par son ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. Ce cadre, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avait déclaré, la semaine dernière, que la Russie disposait de chars, d’artillerie, d’unités blindées, de drones et de systèmes électroniques de guerre, ainsi que de forces prêtes au combat à sa frontière avec l’Ukraine. On estime qu’il y a environ 100 000 soldats russes à la frontière ukrainienne et en Crimée.

La Russie et l’Ukraine sont à couteaux tirés depuis mars 2014, date à laquelle la Russie avait annexé la Crimée, située en mer Noire, à la suite d’un référendum illégal, boycotté par les Tatars de Crimée. Depuis, des sanctions ont été imposées à Moscou par l’Union européenne, les États-Unis et quelques autres pays.

Depuis l’annexion de la péninsule, la minorité des Tatars se plaint de l’oppression qu’elle subit, dont les arrestations et les détentions arbitraires.

Il convient de noter que la Turquie et le reste du monde soutiennent l’intégrité territoriale et politique de l’Ukraine, et n’ont jamais reconnu l’annexion illégale de la Crimée.

Source : Anadolu

5-L’armée de l’air russe “hypersonisée” !

Les forces aérospatiales russes seront armées du premier missile de croisière hypersonique à ultra-longue portée au monde. Les forces aérospatiales russes recevront bientôt un missile de croisière hypersonique à ultra-longue portée unique.

Il s’agit d’un missile hypersonique sous le nom de Kh-95, qui remplacera à terme les missiles soviétiques Kh-101 et Kh-102 (à tête nucléaire) en service dans l’aviation stratégique des Forces aérospatiales russes.

La portée du nouveau missile sera considérablement augmentée, tandis que, compte tenu du vol à vitesse hypersonique au stade final, il sera impossible d’intercepter un tel missile même avec des moyens de défense aérienne prometteurs.

Le missile Kh-95 devrait équiper dans un futur proche les bombardiers porte-missiles Tu-22M3M, Tu-160M et le prometteur complexe d’aviation à longue portée (PAK DA). Les derniers missiles hypersoniques ne seront pas installés sur les bombardiers stratégiques Tu-95MS en raison du manque d’opportunité. On sait de sources ouvertes que des prototypes d’un nouveau missile hypersonique ont déjà été testés à partir d’un transporteur aérien, ce qui confirme le fait que cette arme sera bientôt adoptée par la Russie.

Quelle sera exactement la portée du missile de croisière hypersonique Kh-95 est inconnue, cependant, selon un certain nombre d’estimations, elle atteindra 7 000 kilomètres, dont 5 000 kilomètres seront parcourus à vitesse de croisière, après quoi le missile accélérer à une vitesse hypersonique et atteindre rapidement sa cible

Source : Avia pro

Add Comments