Accord Iran-AIEA : vers une levée des sanctions occidentales ? (Débat)

PressTV Français 82 views
Qu'y a-t-il de nouveau dans le dossier des pourparlers à Vienne? L'AIEA et l'Iran parviennent à un accord sur le remplacement des caméras de surveillance de l'installation de Karaj.

Qu'y a-t-il de nouveau dans le dossier des pourparlers à Vienne? L'AIEA et l'Iran parviennent à un accord sur le remplacement des caméras de surveillance de l'installation de Karaj.

Suivant les mêmes modalités qu'avant? Et bien non, l'AIEA dont les rapports troubles avec les actes de sabotage d'Israël ont depuis toujours inquiété l'Iran est prise cette fois-ci avec les pincettes. En effet l'Iran vient de permettre l'installation des caméras de l'Agence dans son complexe de Karaj, TESA, mais une fois que ces caméras auront été soumis à l'examen minutieux de ses experts. Puis les images qui en sortiraient ce n'est plus l'AIEA qui y aurait accès mais l'Iran aussi. C'est à dire que ces images seront mises sous scellées et l'AIEA ne pourra les avoir que simultanément avec l'Iran. 
L'Organisation de l'énergie atomique d'Iran (AEOI) a fait la lumière sur un accord avec l'Agence nucléaire des Nations Unies pour remplacer les caméras d'une installation nucléaire qui ont été endommagées par un acte de sabotage en juin, expliquant que l'équipement ne sera réinstallé qu'après " examen minutieux. Behrouz Kamalvandi a fait ces remarques jeudi, un jour après que des informations aient annoncé que l'Iran avait pris une mesure volontaire pour permettre à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) d'accéder à un certain nombre de caméras qui avaient été endommagées lors d'une opération terroriste au complexe TESA Karaj, un atelier de fabrication de composants de centrifugeuses près de Téhéran.
« À la suite d'échanges de vues entre l'AEOI et l'AIEA, notamment sur la base des récents pourparlers entre les chefs des agences Mohammad Eslami et Rafael Grossi, il a été décidé que l'AIEA aura la coopération nécessaire [avec l'Iran] dans les domaines techniques, sécuritaires et précisément dans les inspections judiciaires des caméras de l'Agence au complexe TESA Karaj. Cette mesure vise à apaiser les craintes que les saboteurs ne profitent des caméras », a-t-il déclaré.
L'Iran et le groupe de pays P4+1 qui comprend le Royaume-Uni, la France, la Russie, la Chine et l'Allemagne, ont tenu plusieurs séries de pourparlers dans la capitale autrichienne. Les pourparlers visent à lever les sanctions que les États-Unis ont réimposées contre Téhéran en 2018 après avoir quitté un accord nucléaire historique entre l'Iran et les pays susmentionnés. Et c'est à cette seule condition que l'Iran est prêt à revenir à ses engagements nucléaire alors même qu'il est désormais capable d'enrichir l'uranium à 60%.

 Xavier Dupret, économiste et analyste politique et Elie Hatem, juriste international s'expriment sur le sujet. 

Add Comments